Laure Cordelet
Présidente du Rassemblement Citoyen Beaucaire Terre d'Argence
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 avr. 2018

LES MOULINS A VENT

Martin Luther King est mort assassiné il y a 50 ans. Qu'en est-il aujourd'hui de son message de paix, d'unité et de non violence ? Pour nous qui menons un dur combat contre le racisme et les discriminations le constat est simple : très peu de choses changent, très peu de lignes bougent et le fond demeure, effroyable d'indifférence et d'individualisme forcené.

Laure Cordelet
Présidente du Rassemblement Citoyen Beaucaire Terre d'Argence
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Martin Luther King est mort assassiné il y a 50 ans. Qu'en est-il aujourd'hui de son message de paix, d'unité et de non violence ? Pour nous qui menons un dur combat contre le racisme et les discriminations le constat est simple : très peu de choses changent, très peu de lignes bougent et le fond demeure, effroyable d'indifférence et d'individualisme forcené. Les prises de conscience sont sporadiques, peu s'ancrent dans la réalité et survivent au quotidien.

Il nous faut avoir l'âme chevillée au corps pour continuer, persévérer, ne rien laisser passer ! Lutter contre les inégalités, contre la xénophobie, contre la haine, contre les violences racistes, est un choix de vie qui met une distance entre les autres et nous alors même que nous nous battons pour eux. A notre petit niveau nous ne pouvons qu'imaginer ce que Martin Luther King a vécu, les humiliations qu'il a supportées, les souffrances qu'il a endurées... Et c'est parce que nous ne souhaitons cela à personne que nous continuons. Il n'y a pas d'héroïsme ou d'abnégation dans la lutte antiraciste, il n'y a que de la colère face aux injustices ! Une colère que nous utilisons pour grignoter chaque jour un peu du terrain contrôlé par la haine et les peurs. Avec parfois de vraies avancées, des victoires qui nous réchauffent le coeur et nous confortent dans la justesse de notre combat. Mais parfois aussi, trop souvent, des reculs, des pusillanimités qui nous hérissent, des absurdités et une très grande solitude... Ceux qui minimisent à l'envie l'action des militants antiracistes feraient bien de se poser une seule question : jusqu'où autorise-t-on la haine et son cortège de violences ? Car c'est de cela qu'il s'agit.

Ainsi donc en 2018, en France, si l'on a une petite poussée de haine, on peut se livrer à des agressions mortelles à caractère ouvertement antisémite. Et si l'on a un petit coup de mou on peut dans la foulée laisser la présidente d'un parti fasciste faire son show de récupération politique, bien encadrée par nos CRS et la Ligue de Défense Juive, dont on se demande pour cette dernière pourquoi elle n'a pas encore été dissoute ! Dans la foulée on laisse les membres de cette même LDJ éructer des insanités à la figure de Jean-Luc Mélenchon et des insoumis qui l'accompagnent jusqu'à les contraindre à prendre la décision de quitter le cortège. On assiste donc à cette contradiction qui mène à accepter dans une marche contre l'antisémitisme la présidente d'un parti fondé par des nazis, qui s'est construit sur l'antisémitisme et le négationnisme. S'il n'entre certes pas dans les attributions du CRIF d'interdire la présence de qui que ce soit dans le cortège, on peut en comprendre aisément la motivation.

Les faits lui donnent raison. Le matin même de la manifestation un local de l'UEJF à la Sorbonne Paris 1 a été saccagé et couvert de tags antisémites. A contrario huit jours plus tôt Alain Soral, poursuivi pour avoir publié des caricatures clairement antisémites, était relaxé par le Tribunal Correctionnel de Paris. Un jugement incompréhensible... La montée d'une nouvelle forme d'antisémitisme fondée sur des actes de violences est une évidence. Elle progresse en même temps que se multiplient les propos racistes, sexistes, islamophobes, anti-migrants, anti-asiatiques, homophobes, et tant d'autres ! Dans un autre registre, des agressions contre des étudiants qualifiés de "gauchistes" sont menées, parfois avec une extrême violence, par des groupuscules d'extrême-droite clairement identifiés : Génération Identitaire, Bastion Social (fondé par d'ex militants du GUD), RED (Rassemblement d'Etudiants de Droite) dans les facultés de Montpellier, Lille et Angers, le lycée auto-géré de Paris, mais également dans le centre ville de Strasbourg et celui de Lyon. Et lorsque le député LREM Thierry Michels demande à l'Assemblée Nationale au ministre de l'Intérieur la dissolution du Bastion Social, la réponse de Jacqueline Gourault, ministre auprès de Gérard Collomb, aligne les références à la loi pour donner l'assurance d'une vigilance de ses services sans exprimer clairement qu'elle n'estime pas que les conditions nécessaires soient réunies... Faudra-t-il un massacre pour que des mesures soient prises ?

Une question se pose : qu'attendons-nous pour agir ? Et lorsque je dis nous je veux dire le gouvernement. Je n'entrerai pas dans le débat de l'avant-après Emmanuel Macron, ce n'est pas le sujet. Il y a en France des lois qui encadrent tous les agissements qui vont à l'encontre des valeurs républicaines, mais le cadre coercitif n'est pas appliqué avec suffisamment de rigueur pour être dissuasif. Aujourd'hui rien ne garantit que vos droits seront respectés, que votre souffrance sera prise en considération, que vos appels seront entendus. Il y a une effarante disproportion entre la réalité des faits et la manière dont les traite la justice. J'ai un grand respect pour nos institutions, mais je m'interroge sur l'obsolescence programmée de leur mode de fonctionnement qui ne nous donne aucune assurance que des solutions d'efficience leur seront apportées. Et nous savons, nous militants antiracistes, que nos combats ne sont pas la priorité de notre gouvernement, pas plus qu'ils ne l'étaient des précédents. Nous sommes un peu comme Don Quichotte, nous nous battons contre des moulins à vent...

La menace que l'extrême-droite fait peser sur la France est très réelle. Il serait temps de cesser de couper les cheveux en quatre pour prendre enfin les décisions qui s'imposent. Rien, pas même la plus petite entorse à ces lois qui sont censées protéger les citoyens contre les actes de haine, de violence, de racisme, d'antisémitisme, de négationnisme et de discrimination, ne doit être toléré. Fermons à double tour la porte à la haine, et prenons garde à ceux qui rouvrent discrètement les fenêtres à tous ses dérivés...

Note

Le Bastion Social est un mouvement fondé par d'ex-militants du GUD (Groupe Union Défense) sur le modèle de Casa Pound Italia, centre social et parti politique italien d'extrême-droite. Son slogan annonce la couleur : "les nôtres avant les autres". Son président, Steven Bissuel, est un transfuge du GUD. Les militants du Bastion Social se sont installés à Lyon, Strasbourg, Chambéry, Aix-en-Provence, Marseille... Le mouvement s'inspire également des Phalangistes espagnols et du mouvement fasciste grec Aube Dorée, et s'est allié en Provence à l'Action Française. Il est soutenu par plusieurs personnalités du FN : le sénateur de Marseille Stéphane Ravier, le député européen Jean-François Jalkh, et Frédéric Châtillon, ancien patron du GUD et proche de Marine Le Pen.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES