Laure Cordelet
Présidente du Rassemblement Citoyen Beaucaire Terre d'Argence
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2017

VERTUEUSE INDIGNATION VERSION FN

Notre maire s'étant ému plusieurs fois de nuisances sonores dans le centre ancien pour quelques clients de commerces de restauration papotant sur le trottoir, je m'attendais à tout le moins à voir débarquer les cow-boys de la police municipale dûment armés et prêts à mettre de l'ordre dans ce foutu bazar indigne d'une ville Front National vantant l'ordre et la sécurité. Et rien...

Laure Cordelet
Présidente du Rassemblement Citoyen Beaucaire Terre d'Argence
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Et si nous reparlions un peu de Julien Sanchez ? Après tout c'est toujours notre maire, même si on ne le voit plus guère dans notre ville, pris qu'il est par ses nouvelles responsabilités régionales et nationales ! Je n'irais pas jusqu'à prétendre qu'il me manque, il ne faut rien exagérer, mais je remarque que son intérêt se porte désormais hors de notre belle cité et m'en voilà bien marrie...

Il est si occupé ce brave garçon ! A quoi, cela reste quelque peu mystérieux, mais il est certain que ce n'est pas au bon déroulement de la vie beaucairoise. J'en veux pour preuve un événement tout frais qui a impacté des milliers de jeunes d'origine maghrébine dans toute la France : la qualification du Maroc pour la coupe du monde de football qui se déroulera du 14 juin au 15 juillet 2018 en Russie. A ce sujet d'ailleurs, je me demande qui des fans de Vladimir Poutine arrivera en premier pour lui faire de la lèche et j'envisage sérieusement de lancer un concours avec bouteille de vodka à la clé pour les gagnants. D'ailleurs je m'en réserverais une, il me faudra bien cela pour survivre à la grande messe du football dont chacun sait que je la subis tous les quatre ans avec le même enthousiasme qu'un animal mené à l'abattoir. Et je pèse mes mots.

Mais ne nous égarons pas ! Si j'avoue volontiers un petit battement de cœur pour la victoire des Lions de l'Atlas, ce qui s'en est suivi a dépassé de très loin les manifestations de joie que suscite généralement ce type d'événement. Dans toute la France, des supporters sont descendus dans les rues pour manifester leur joie, drapés de rouge et de vert aux couleurs du drapeau marocain. A Paris l'afflux de centaines de supporters autour de l'Arc de Triomphe a bloqué la place de l'Etoile, et des camions de CRS se sont assurés qu'ils ne déborderaient pas des Champs-Elysées. Partout en France cris, klaxons et fumigènes ont ainsi duré plusieurs heures, animant certes bruyamment nos rues mais sans que l'on n'ait à déplorer le moindre incident. Hormis à Fréjus où un petit groupe de jeunes a mis le feu à des poubelles et dressé un barrage sur une avenue du quartier de La Gabelle, celui-là même où David Rachline avait fait fermer un centre social en 2015. D'après Var Matin "une vingtaine de policiers nationaux, appuyés par une dizaine de fonctionnaires municipaux, ont fait usage de grenades lacrymogènes et de tirs de flashball. Il n'y a eu aucune violence et les jeunes se sont dispersés immédiatement." Voilà donc pour le constat de cette soirée mémorable sur le sol français.

Mais pour notre maire l'affront d'un piétinement populaire aux abords de la tombe du soldat inconnu ne pouvait passer inaperçu, aussi s'est-il empressé de manifester une juste indignation sur les réseaux sociaux en twittant "En ce 11 novembre, la France entière se transforme en souk marocain. Que fait le ministre de l'Intérieur ?" (cf photo) Ben oui c'est vrai çà ! Que faisait-il ? Peut-être qu'il arrosait la victoire du Maroc avec un petit rosé de là-bas en savourant un couscous ? Ou peut-être qu'il avait déjà pris ses dispositions et n'avait pas attendu Julien Sanchez pour faire son job... Pendant que je découvrais ces inepties c'était du délire dans Beaucaire dont le maire, comme à l'accoutumée, était absent. Une troupe assez impressionnante de jeunes ont traversé la ville, empruntant les artères principales comme cela se faisait dans d'autres villes, avec cris, klaxons et fumigènes, une manifestation de liesse certes très très bruyante et même impressionnante quand on sait que d'ordinaire à Beaucaire le soir il n'y a plus un chat dans les rues en cette période de l'année. Notre maire s'étant ému plusieurs fois de nuisances sonores dans le centre ancien pour quelques clients de commerces de restauration papotant sur le trottoir, je m'attendais à tout le moins à voir débarquer les cow-boys de la police municipale dûment armés et prêts à mettre de l'ordre dans ce foutu bazar indigne d'une ville Front National vantant l'ordre et la sécurité. J'étais tellement penchée à ma fenêtre, guettant désespérément les lumières bleues de leurs véhicules, que j'ai bien failli chuter au milieu du troupeau de jeunes qui a dû me prendre pour une cinglée ! Et rien...

Force m'a été de constater que s'ils sont capables de se mobiliser à cinq pour traiter sous mes fenêtres un cas de conduite sans permis imputable à une jeune femme bien gentille qui avait manifestement un peu arrosé sa soirée et oublié ses papiers à son domicile, nos amis de la police municipale restent bien au chaud dans leurs locaux de la rue Nationale lorsque leur présence serait souhaitable. Ne serait-ce que pour encadrer cette manifestation de joie et veiller justement à ce qu'il n'y ait aucun dérapage. Alors après avoir refermé mes fenêtres pour retrouver un peu de quiétude, tout comme Julien Sanchez je me suis interrogée. Que faisait le maire ? Que faisaient son adjoint à la sécurité ? Que faisait notre police municipale ? A quoi sert-il d'augmenter les effectifs si on ne les voit plus patrouiller dans les rues, de jour comme de nuit ? Pourquoi investir 400 000 euros dans l'achat de caméras de vidéo surveillance qui ne servent même pas à verbaliser les dépôts d'ordures sauvages, les deals de drogue (oui les dealers sont toujours là, face à la mairie), les dégradations de biens publics (toujours face à la mairie) et les manifestations non déclarées comme celle qui fêtait cette belle victoire ? Fi de cette indignation qui ne pointe qu'une communauté parmi tant d'autres, laquelle ma foi ne fait rien de plus que ce que font nos bons patriotes à la moindre victoire, sportive ou autre. Ah non, pardon ! Des victoires il n'en ont pas eu depuis longtemps, il ne leur reste que leurs obsessions et leur vertueuse colère envers ceux qui ne leur ressemblent pas. Mais en même temps qui voudrait leur ressembler ? J'dis çà comme çà...

A la lumière de ces récents événements une question se pose : Julien Sanchez brigue-t-il la mairie de Paris ? Auquel cas je conseille vivement à mes amis parisiens de déménager très vite et de vendre leurs appartements avant qu'ils ne se déprécient, que les caisses de la ville soient vidées, que Paris s'endette pour au minimum 50 ans... Ben oui ! 20 ans d'endettement pour un quartier "majoratif" à Beaucaire équivaut bien à 50 ans d'endettement pour Dieu sait quel projet de génie qu'il nous pondrait pour la capitale ! C'est dur de laisser son empreinte après Jacques Chirac, Bertrand Delanoë et même Anne Hidalgo. Nous on veut bien faire un échange, mais à une condition : il embarque sa clique et ses nouveaux cow-boys avec lui, les anciens on les aime bien on les garde à Beaucaire. Et on fera une méga fête à tout casser en sortant tous les drapeaux de toutes les nationalités regroupées à Beaucaire ! Yallah !!!!!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland