Laure Cordelet
Présidente du Rassemblement Citoyen Beaucaire Terre d'Argence
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2018

DE LA LIBERTÉ D'EXPRESSION

Ainsi donc en 2018, dans une paisible petite ville endormie sous le soleil d'Occitanie, il est encore des susceptibilités qu'il faut ménager faute de se retrouver sommé d'avoir à répondre de ses actes manqués. La neutralité n'est plus de mise, on ne peut plus se payer le luxe d'une once d'humanité et d'un soupçon de réflexion sans craindre d'être pointé du doigt et roué en place publique

Laure Cordelet
Présidente du Rassemblement Citoyen Beaucaire Terre d'Argence
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ainsi donc en 2018, dans une paisible petite ville endormie sous le soleil d'Occitanie, il est encore des susceptibilités qu'il faut ménager faute de se retrouver sommé de répondre de ses actes manqués. La neutralité n'est plus de mise, il faut prendre parti vite et bien, de préférence en faveur du pouvoir en place et sans trop gamberger ! On ne peut plus se payer le luxe d'une once d'humanité et d'un soupçon de réflexion sans craindre d'être pointé du doigt et roué en place publique. Il n'est plus temps de raison garder, les fouets sont là, réels comme virtuels, qui guettent la moindre complaisance, qui punissent la plus petite empathie, qui cinglent les partisans de l'humour pris dans sa plus simple expression.

Objectera-t-on que de l'humour à l'injure ou la diffamation il n'y a qu'un pas et que de certains sujets il ne faut plus désormais se prendre à rire ? C'est un fait. Nous vivons dans un monde aseptisé qui ne tolère plus les écarts de langage et réprime les libertés auxquelles s'adonnent les esprits forts. Entendons par là les personnes éprises d'indépendance qui revendiquent leur droit à ne pas se poser en juges et parties, laissant ainsi aux autres une formidable et nécessaire liberté d'expression. Alors bien sûr toute liberté donne lieu à des dérives, voire même à des abus ! Mais c'est un risque à prendre et un outrage à assumer pour toute personne publique. On ne peut se poser en représentant de commerce d'une idéologie et réfuter tout argument qui la détruirait. De même on ne peut considérer qu'un jeu de mots puisant de toute évidence dans l'ironie et portant un jugement sur un comportement, soit une injure publique. Toute personne publique prête à rire, c'est un à côté livré avec le package de l'engagement au sein d'un parti politique, d'un état d'artiste reconnu ou d'une quelconque célébrité. Certes il n'est pas question dans nos cercles restreints de célébrité, mais de personnage publique oui. Et de toute évidence si l'on n'a pas les épaules assez solides pour supporter les inconvénients du job il vaut mieux envisager de se reconvertir. 

On ne niera point que cela puisse être pénible, voire même insupportable par moments. Le virtuel, on le sait, est d'une implacable férocité ! Nul doute que le face à face atténue ce type de comportements et la portée d'un trait d'humour, aussi agressif soit-il... Mais voilà, nous parlons ici de virtuel et de personnes qui font le choix de s'en offusquer au lieu d'avoir l'intelligence, voire l'élégance, de laisser couler. Les habitants de ladite petite ville jugeront s'il est naturel de leur faire supporter  le poids des états d'âme d'un seul, mais on peut raisonnablement douter que cela leur agrée. 

Il est clair qu'en ces temps compliqués que nous traversons certains contextes plus que d'autres prêtent à la dérision. Expression critique soutenue pas l'humour pour appréhender des faits difficilement supportables, elle permet à tout un chacun de s'exprimer sans ambages, et parfois sans modération. On ne saurait censurer la libre expression citoyenne, elle est un puissant vecteur de déconstruction des idéologies populistes et nécessaire à toute évolution sociétale. Pourtant, dans certaines bourgades ensoleillées comme dans d'autres dont les rigueurs climatiques boostent les énergies citoyennes et militantes, la liberté d'expression est sapée quotidiennement et grignotée en toute occasion. Or un pouvoir qui entend imposer respect et considération en bafouant les libertés individuelles ne parvient qu'à dévaloriser son action aux yeux de ceux qu'il prétend convaincre. Museler ceux qui s'expriment n'est pas, et de très loin, la meilleure manière de faire avaler l'amère pilule que certains distribuent à l'envie dans nos villes. Pour qui ne l'aurait visiblement pas compris, nous sommes encore en démocratie, ce qui sous-entend que chaque citoyen a toute liberté de s'exprimer. Et qu'on ne saurait imputer à qui respecte ce principe de liberté la responsabilité d'une quelconque expression.  

Il ne sera nommé personne dans ce billet, qui est à prendre comme une réflexion générale et ne prétend pas juger en lieu et place d'une cour de justice, et nulle situation particulière ne sera prise pour cible. Chacun est libre de l'ajuster à telle actualité qui lui plaira, car en ceci en tant d'autres lectures il incombe au lecteur de prendre ses responsabilités et de savoir retirer de ce qu'il lit ce qui saura nourrir sa propre réflexion. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement