Laure Cordelet
Présidente du Rassemblement Citoyen Beaucaire Terre d'Argence
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 févr. 2020

LE SYNDROME DU LARBIN

Le syndrome du larbin touche toutes les couches de la société, toutes les formations politiques, toutes les catégories socioprofessionnelles. A Beaucaire le syndrome touche particulièrement la jeunesse locale. Je les catégorise comme "les toutous du maire", parfois il me prend l'envie de jouer avec eux avant de les renvoyer à leur niche #vachercherlababalle

Laure Cordelet
Présidente du Rassemblement Citoyen Beaucaire Terre d'Argence
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le syndrome du larbin touche toutes les couches de la société, toutes les formations politiques, toutes les catégories socioprofessionnelles. La parité s'y exerce sans aucune contrainte, avec une  fluidité assez extraordinaire que l'on pourrait citer en exemple dans de nombreux domaines. On remarquera cependant que c'est dans une certaine tendance politique, dite extrémiste, qu'il s'épanouit et s'assume en toute liberté.

Ici, à Beaucaire - mais ce constat s'applique de manière identique à toutes les villes gérées par l'extrême-droite, et plus particulièrement celles qui sont dans l'escarcelle du  Front/Rassemblement National - le syndrome touche particulièrement la jeunesse locale. Les réseaux sociaux sont le terrain de jeux privilégié de ladite jeunesse qui ne vous affronte jamais  en live, face à face, par manque évident de courage et de maîtrise de soi. Par contre, planqués derrière un écran ils sont très actifs et toujours à l'affût ! Dès que vous émettez une critique ou une simple remarque concernant la gestion de votre ville, les larbins du maire vous tombent dessus pour défendre leur idole injustement brimée ! Avec hargne, et pour certains dans de grandes envolées quasi lyriques, ils tentent de vous noyer sous une avalanche d'arguments fallacieux qui reprennent toujours les mêmes poncifs, au mépris de l'Histoire avec un grand H ! En commençant toujours, et c'est presque comique, par vous traiter de gauchiste. Que vous soyez ou pas d'une sensibilité de gauche leur importe peu, ils vous catégorisent à l'aune de leurs propres haines à partir du moment où vous osez remettre en question la toute puissance de leur "maître à penser", ainsi qu'ils le définissent eux-mêmes. Si vous argumentez, vous atteindrez inévitablement le point Godwin et vous aurez envie de vous taper la tête contre le mur de leur inaltérable bêtise, aussi est-il préférable d'éviter de vous engager dans ce combat inutile.

Je les catégorise pour ma part comme "les toutous du maire" et leur consacre le moins de temps et d'énergie possible, sauf s'il me prend l'envie de jouer avec eux avant de les renvoyer à leur niche. J'estime ne pas avoir de temps à perdre à argumenter avec de jeunes identitaires pétris de haine et de certitudes qui, tout comme leur idole, ne se remettront jamais en question. Cette jeunesse aux ordres, bons petits soldats qui propagent la peste brune le doigt sur la couture du pantalon, est définitivement perdue. Lorsque l'on tombe si jeune dans la marmite du bouillon nationaliste il y a fort à parier que cela empirera avec les années. Il suffit pour s'en convaincre de s'en référer au parcours du maire de Beaucaire et de ses congénères élus à Hayange, Fréjus et Hénin-Beaumont, pour ne citer qu'eux... 

Alors bien sûr ce syndrome du larbin ne touche pas que les formations d'extrême-droite, mais je sais d'expérience, pour pratiquer cet immense terrain de jeux qu'est internet avec son lot de réseaux sociaux et d'abjects sites web où la parole haineuse est totalement libérée, que c'est là que pullulent ces jeunes identitaires aux dents longues soigneusement formatés, et entraînés à vous sauter à la gorge. Au propre comme au figuré. Et tout cela ne laisse pas d'inquiéter celles et ceux qui luttent au quotidien contre la montée des nationalismes, fascismes et autres populismes qui pourrissent notre siècle. Je me permettrais de paraphraser le grand Emile Zola dans sa "Lettre à la Jeunesse" écrite en 1897 : "Des jeunes gens antisémites, racistes, islamophobes et xénophobes, çà existe donc, cela ? Il y a donc des cerveaux neufs, des âmes neuves, que ces imbéciles poisons ont déjà déséquilibrés ? Quelle tristesse, quelle inquiétude, pour notre vingt et unième siècle à peine entamé !" 

S'ils revenaient parmi nous, tous ces penseurs qui se sont battus pour l'égalité de tous et pour nos libertés individuelles, nul doute qu'ils seraient atterrés par ce que notre société soi-disant si évoluée est devenue. Et la vision de cette jeunesse pervertie qui distille la haine à l'envie autour d'elle leur donnerait envie de regagner immédiatement leurs tombes... Mais en attendant les larbins sont au garde à vous, et si l'on en croit le chemin que prend notre société intolérante, intransigeante, moraliste et puritaine, qui érige l'individualisme au rang de qualité et flatte ceux qu'elle devrait combattre, ils peuvent dormir tranquilles dans leurs niches. Il n'est pas venu le jour où ils quitteront la laisse et le collier.

Émile Zola, Lettre à la jeunesse, 1897

"Des jeunes gens antisémites, ça existe donc, cela ? Il y a donc des cerveaux neufs, des âmes neuves, que cet imbécile poison a déjà déséquilibrés ? Quelle tristesse, quelle inquiétude, pour le vingtième siècle qui va s’ouvrir !"

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon