DU RISQUE DE FAIRE L'AUTRUCHE...

Là où les antirépublicains de tous poils s'efforcent avec une remarquable constance de corroder notre devise républicaine, seule garante de notre équilibre social, il importe de les dénoncer pour ce qu'ils sont : des fraudeurs. J'en veux pour exemple toutes les personnes qui, sous couvert de défendre la République, imposent dans le débat public une lecture pervertie de la laïcité.

Parfois l'on se dit qu'il faudrait laisser couler... Pourquoi s'obstiner à mener des combats dont trop peu comprennent l'importance ? Alimenter d'interminables discussions qui virent au conflit sitôt que l'on prend position sur les valeurs que l'on juge incontournables nous place en marge d'une société qui se satisfait majoritairement de vivre dans l'ignorance. Une ignorance qui la dispense d'une réflexion approfondie et dérangeante qui la mènerait fatalement à se détourner du miroir dans lequel il lui plaît tant de se rassurer. Les contes de fées nous l'ont pourtant appris, lorsque apparaît la noirceur dans le reflet familier le miroir se brise. Le rejet des connaissances mène notre société à sa perte. Quelle société peut se targuer d'évoluer si ses citoyens ne manifestent plus de curiosité intellectuelle ? A l'heure d'un accès illimité à toutes les connaissances que les générations précédentes ont fantasmé, le monde se referme sur lui-même et rejette la lumière pour se complaire dans l'obscurité. Nous sombrons.

Ce n'est pas une question de savoir. Beaucoup de personnes disposant de l'érudition indispensable à toute analyse ne voient pas toujours l'intérêt de s'élever contre cette acceptation de l'impensable qui devient la norme. Il est ici question d'engagement, de positionnements dont la clarté ne laisse planer aucun doute, de préservation des acquis et de préparation de l'avenir. A près de soixante ans on peut se dire que ma foi on a fait tout ce que l'on pouvait pour participer à léguer un monde correct à sa descendance. Mais l'on peut tout aussi bien ne pas se satisfaire d'à peu près et garder vivaces les exigences morales et intellectuelles de ses jeunes années. Et il n'est pas de plus grande satisfaction que de regarder ses enfants et petits-enfants grandir en sachant que l'on fait, et que l'on fera encore, tout ce qui est en notre pouvoir pour améliorer leur avenir.

Dans cette optique il est indispensable de ne pas baisser les bras, de ne pas laisser une seule possibilité à la haine de se glisser dans le débat, de ne pas permettre que d'aucuns enfoncent des portes ouvertes, de s'acharner à rappeler encore et toujours l'importance des valeurs républicaines. Là où les antirépublicains de tous poils s'efforcent avec une remarquable constance de corroder notre devise républicaine, seule garante de notre équilibre social, il importe de les dénoncer pour ce qu'ils sont : des fraudeurs. J'en veux pour exemple toutes les personnes qui, sous couvert de défendre la République, imposent dans le débat public une lecture pervertie de la laïcité. Tous ceux, quelle que soit leur couleur politique, qui se laissent corrompre par le roman identitaire naguère uniquement porté par l'extrême-droite qui voudrait imposer à la France d'être ce qu'elle n'est pas et n'a jamais été. Quand des élus qui se prétendent républicains se félicitent de se substituer aux forces de l'ordre et de bousculer des citoyens français qui prient dans la rue parce qu'ils ne disposent plus de local adapté pour pratiquer leur foi, on franchit un seuil inacceptable. Contrairement à la rumeur que propage l'imaginaire populiste les prières de rue ne sont pas interdites par nos lois, et il appartient aux préfets de les autoriser ou pas. Celles de Clichy ont été autorisées, elles sont donc légales et se sont déroulées sans encombre depuis huit mois, permettant ainsi aux fidèles de faire valoir leurs revendications comme tout français est autorisé à le faire. Quid de notre société de tolérance et de fraternité ? Cette affaire met en exergue les dérives d'une droite qui n'a plus de républicain que le nom, lequel ne leur en déplaise fût capturé au mépris du fait que tous les citoyens français peuvent y prétendre. Aujourd'hui ce qualificatif est assimilé à un parti qui n'hésite pas à le souiller en endossant les revendications identitaires les plus nauséabondes de l'extrême-droite, parfois rejoints par des brebis égarées provenant d'une gauche pusillanime qui ne sait plus vraiment où elle habite... De dérives en dérapages, on assiste ainsi à une succession de déclarations identitaires et islamophobes qui sont autant de tentatives de racolage, cette droite-là n'étant pas regardante sur la provenance de son électorat.

Devons-nous pour autant céder à la tentation de la facilité en acceptant de déposer les armes sans combattre ? Bien sûr que non. Et si nous abandonnons aujourd'hui la moindre parcelle de territoire nous perdrons bien plus qu'il nous est possible de l'imaginer. Dans un souci d'apaisement certains, lassés par des débats récurrents qui ne nous font guère avancer, ont proposé de respecter la trêve de Noël. De ne pas aborder le sujet polémique des crèches que les maires Front National installent chaque année dans leurs mairies en revendiquant une tradition qui n'existe que dans leur imagination. Il pourrait paraître raisonnable de pas nous écharper sur les réseaux sociaux comme des enragés sur ce qu'il faut bien appeler une posture identitaire. Mais à faire l'autruche la tête profondément enfouie dans le sable on ouvre grand la porte à toutes les agressions, et on peut légitimement s'attendre au pire ! Alors je débattrai le plus calmement possible de ce sujet brûlant que sont les crèches pour ne pas alimenter les tensions, mais je ne céderai pas un seul pouce de terrain à l'ennemi qui avance joliment masqué pour faire son nid au creux de nos manquements. Car ne rien dire, ne rien faire et subir, serait déroger aux valeurs que j'entends préserver. Plus que jamais, les menaces qui planent sur la laïcité ouvrent la porte à tous les obscurantismes. Il m'est douloureux de constater qu'en ce domaine, comme hélas en d'autres, l'énergie indispensable à toute bataille visant à préserver notre civilisation contre la pieuvre identitaire fait cruellement défaut. Hors l'apaisement ne peut pas être au prix de l'acceptation, de la compromission. Et si d'aucuns s'imaginent qu'il n'en sera rien ils se complaisent dans une confortable affabulation. On ne peut pas, on ne doit pas, tout accepter. Et certainement pas l'inacceptable.

Pourtant les compromissions fleurissent. Une partie de nos concitoyens jouent à se faire peur quand d'autres prétendent que finalement tout cela n'est pas si grave qu'il y paraît. Vous je ne sais pas comment vous vous définissez, mais moi c'est une évidence : je n'ai rien d'une autruche.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.