LES LABORATOIRES DE LA HAINE - Rencontre avec Hacène Belmessous

Tout de suite j'ai pensé : "Çà va faire mal !" Le livre, indubitablement, s'annonçait comme une claque vigoureuse qui réveillerait les consciences endormies et ramènerait la gestion  de nos villes au triste niveau que nous ne cessions de dénoncer.

La vie nous fait parfois des cadeaux. De temps à autre elle nous offre l'opportunité de faire de belles rencontres, et c'est ce que j'ai ressenti dès mon premier contact avec Hacène Belmessous. Alors qu'il me présentait son projet mes neurones s'entrechoquaient en sautant de joie, analysant l'aubaine que serait son livre pour les collectifs citoyens qui luttent au quotidien depuis cinq ans dans les villes gérées par des maires du Front National. Quelqu'un allait enfin plonger dans l'enfer de la gestion frontiste ! Quelqu'un de sérieux, étranger à nos villes et non partisan. Un chercheur qui prendrait le temps de mener une enquête minutieuse, et dont les ouvrages précédents étaient la preuve de sa rigueur et de son investissement. Tout de suite j'ai pensé : "Çà va faire mal !" Le livre, indubitablement, s'annonçait comme une claque vigoureuse qui réveillerait les consciences endormies et ramènerait la gestion  de nos villes au triste niveau que nous ne cessions de dénoncer. Un livre choc !  Et c'est exactement ce qu'il est.

Hacène Belmessous est un chercheur et ancien journaliste qui travaille sur les sociologies urbaines. Il mène sur plusieurs années des enquêtes sociales longues et rigoureuses qui vont au fond des choses, il analyse des faits, des situations, des réalités. Bref, il est dans le concret. Pendant trois ans il a interrogé les beaucairois qui acceptaient de lui parler, et cela est allé de simples citoyens croisés dans un bar ou sur le marché à des commerçants, des politiques, des personnes investies dans le monde associatif et des travailleurs sociaux. Il a assisté à des conseils municipaux dans les villes qu'il ciblait : Mantes-la-Ville et Beaucaire, et rencontré l'un des deux maires. Comme il fallait s'y attendre, Julien Sanchez est celui qui n'a pas donné suite à la démarche de Hacène. Mauvais joueur le maire ? Certes ! Il est tout au long des pages consacrées à sa gestion mis en fort mauvaise posture par l'auteur qui appuie son analyse par des arguments juridiques imparables.

Dès le départ nous avons accompagné Hacène Belmessous dans son enquête en le mettant en contact avec les personnes susceptibles d'étayer son travail, et nous nous en félicitons. Le résultat est bluffant ! Nous avons organisé une rencontre débat à Beaucaire, et nous en avons des retours très positifs. Sans conteste l'auteur a été à la hauteur de ce que les personnes présentes en attendaient, et même au-delà. Après nos diverses rencontres avec lui avec lui nous savions qu'il saurait les captiver, il l'a fait.

Ecouter Hacène Belmessous parler de son travail, débattre avec lui, confronter notre vécu avec ce qu'il retire de ses trois années d'enquête, cela donne lieu à de longs et formidables échanges aux quels il est frustrant de mettre un terme. Nous sommes quelques-uns à avoir pu profiter de sa présence à Beaucaire pour évoquer et approfondir des points précis de gestion qui nous questionnaient depuis que Julien Sanchez a pris en mains les rênes de notre ville. Le chercheur place haut la barre de ses analyses sur la gestion frontiste, et sa réflexion concrétise celle que nous menons localement depuis la création du Rassemblement Citoyen de Beaucaire en 2014, mais également collectivement avec la Coordination Nationale des Collectifs Citoyens. Son livre nous conforte dans notre démarche de dénonciation d'une gestion basée sur une idéologie mortifère et discriminatoire qui n'a aucune volonté sociale. Il nous donne également des pistes pour tenter d'y mettre un terme, et nous y réfléchissons déjà très sérieusement. 

Il nous a bien entendu dédicacé son livre : "A Laure et au RCB, ce n'est qu'un début, continuez le combat !" Un clin d'oeil à Winston Churchill qui nous honore et nous encourage à poursuivre le combat #merci

 

Note

La Coordination Nationale des Collectifs Citoyens (CNCC) regroupe depuis le 29 juin 2014 les associations des villes de Beaucaire, Béziers, Cogolin, Fréjus, Hayange, Le Luc-en-Provence et Mantes-la-Ville, ainsi que l'UEJF et SOS Racisme

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.