#BalanceTonFacho

Donc les fachos s'infiltrent... Ils sont partout, s'invitent dans les associations de défense des traditions et de la culture locale ou régionale, se glissent à table entre votre vieux pote de maternelle et votre copain de bistrot préféré, vous offrent un verre à l'apéro et vous régalent de blagues à la con qui ne font rire que leurs congénères !

Ils sont omniprésents et vous laissent entendre qu'ils seraient omniscients pour vous cantonner dans le rôle d'amuseur public qu'ils vous ont attribuée et duquel ils craignent que vous ne sortiez. Ces gens-là ne dédaignent pas de vous harceler par tous les moyens mis à leur disposition par la vie moderne, mêlant blagues salaces et propositions indécentes à quelques phrases leitmotiv censées vous déstabiliser qu'ils vous balancent à longueur de temps.

Le sexisme c'est leur fonds de commerce. Mesdames quel que soit votre âge, si vous n'êtes pas fan de leurs égéries, voire de quelques pseudos gloires locales, vous avez tout faux. Ils essaieront de vous récupérer, pour la forme mais sans conviction. Leur capacité de raisonnement s'arrête au bulletin que vous pourriez ou pas mettre dans l'urne, et c'est absolument tout ce qui les intéresse chez le sexe opposé. Hormis de l'utiliser comme faire-valoir des élus qui sont très majoritairement des hommes. Parce que la parité, hein ? Faudrait voir à ne pas exagérer !

Sexistes donc, mais également machistes. Pour le facho de base la femme doit rester à sa place, c'est-à-dire se partager entre la cuisine, les gosses et la chambre. Grosso modo pour lui faciliter la vie et lui laisser le temps de se consacrer aux choses importantes. Parce que le facho pense. Du moins il pense qu'il pense, et il aime à nous laisser penser qu'il a approfondi le processus complexe de la pensée ! Mais quand on lit le résultat de ses masturbations intellectuelles on peut raisonnablement se dire que l'on a affaire à un éjaculateur précoce... Oui c'est quelque peu méchant de le formuler de cette manière, mais les jets répétés et désordonnés qui résultent de sa pensée évoquent irrésistiblement un acte sexuel manqué tout autant que le ferait par exemple une diarrhée rédhibitoire et récurrente. L'image vous donne la nausée ? Moi c'est de les lire qui me barbouille à longueur de journée.

Dans un monde idéal le facho aurait assimilé l'orthographe, la grammaire et la syntaxe de la langue française. J'en reconnais la complexité pour le non initié, mais enfin si l'on a atteint la 3ème au collège, ce qui relève d'une obligation de scolarisation dans notre pays, on est censé savoir lire, écrire, calculer et à tout le moins comprendre. Ce n'est malheureusement pas le cas de ces ardents militants qui vous infligent à tour de bras des diatribes sans queue ni tête, suites sans logique de phrases sans le minimum requis que sont sujet, verbe et complément. Mais il serait fort désobligeant d'affirmer que seuls les plus frustres d'entre eux se comporte ainsi. Du moins éduqué à celui qui a reçu l'éducation la plus complète le processus est le même : moquer, dénigrer, rabaisser, diffamer, insulter. Pas forcément dans cet ordre. C'est parfois tellement prévisible que pour un peu vous pourriez écrire à leur place sur les réseaux sociaux. Et sans l'avoir sous les yeux vous pourriez déclamer les discours des élus qui font preuve de si peu d'imagination que pour un peu vous leur proposeriez vos services !

Le sexisme des fachos ne s'exerce pas qu'envers les femmes, les hommes en sont également la cible. Mais uniquement à un certain niveau, sinon cela ne les intéresse pas. Le primate qui sommeille en chacun d'eux ne s'en prendra pas au physique d'un homme comme il le ferait avec une femme, il attaquera ses capacités en les mettant en doute. On notera qu'il y a rarement des attaques frontales isolées, le courage n'étant pas livré avec le kit de base des relations sociales et du militantisme. Elles sont le fait de groupes, jamais d'hommes seuls. Lorsqu'ils ne sont pas en meute ils s'en prennent aux femmes, c'est plus facile ! D'autant qu'ils sont soutenus et encouragés par des femmes qui pratiquent les mêmes discriminations envers leurs semblables, sans doute pour ignorer celles qu'elles ne manquent probablement pas de subir en privé.

L'image des femmes est dévalorisée, le féminisme est une tare, l'intelligence dérange et la libre expression est targuée de dérangement psychologique voire de maladie mentale. Envers les hommes l'ambition est mère de tous les vices, la corruption et le clientélisme prenant le pas sur tout le reste. On en vient à penser que ces pauvres hommes, mais aussi ces femmes qui les encouragent, souffrent d'un énorme complexe de supériorité dont, ainsi que le définit Alfred Adler, il s'avère qu'il résulte d'un complexe d'infériorité plus ou moins enfoui... Hé oui ! Et lorsque le facho obtient la récompense de ses années de militantisme craignos et se voit attribué des postes à responsabilité ou pire, s'il est élu ! on peut craindre qu'il ne développe à son insu un effet Dunning-Kruger, c'est-à-dire un effet de surconfiance qui induit une surestimation de ses compétences. Cela ne vous fait pas penser à quelqu'un ? J'dis çà, j'dis rien...

Tous ces braves militants, quel que soit leur niveau, se sont employés à contrecarrer les mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc, fort heureusement sans y parvenir. Leurs voix aigries se sont noyées dans le formidable tsunami de ces mouvements... Maintenant ils s'en prennent à la loi Schiappa en diffusant des fakes qui sèment le trouble et la peur parmi les parents, affirmant qu'elle est une légalisation de la pédophilie. Ce qui bien entendu est totalement faux. Tout comme le sont les dérives annoncées dans l'éducation sexuelle qui sera réactivée dans nos écoles, collèges et lycées. Laquelle a pour but d'informer nos enfants notamment sur les risques liés à la sexualité, la leur et celle des adultes, et bien évidement de prévenir le harcèlement. On serait en droit de penser que ces hommes et femmes là se soucieraient prioritairement du bien-être de leur progéniture, mais non ! Ils hurlent au scandale, diffusent les fakes en question et nient tous les bienfaits de la loi Schiappa comme de l'éducation sexuelle.

Finalement je me dis que tous ces hommes souffrent à cause d'une partie de l'humanité qui semble n'exister que pour les emmerder. Et qu'une partie de cette moitié joue les infirmières à domicile en mettant des pansements grossiers sur leurs peurs. Oui je sais, encore des pansements... La question pourrait se poser de savoir si nous devrions, nous les femmes, songer à adoucir leur quotidien. Nous y penserons quand notre statut égalera le leur en tous points, cela nous laisse très largement de la marge.


Note
Alfred Adler,  médecin et psychothérapeute autrichien, est le fondateur de la psychologie individuelle. Pour lui chaque patient est unique et ne ressemble à aucun autre, il faut le traiter sur le plan corporel et le comprendre sur le plan psychique.

Liens
https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/08/09/non-la-loi-schiappa-n-a-pas-legalise-la-pedophilie-ni-assoupli-les-regles-de-consentement_5340841_4355770.html

https://hoax-net.be/non-la-loi-schiappa-ne-va-pas-legaliser-la-pedophilie-en-france/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.