Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

7 Éditions

Billet de blog 9 mars 2022

Le vote Mélenchon entre raison et conviction

Laurence De Cock, Mathilde Larrère et Arnault Skornicki appellent dans ce texte à voter pour le candidat du programme de l'Avenir En Commun, seul à même à leurs yeux de rompre avec le mortifère autoritarisme libéral et la fascisation en cours.

Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous ne sommes pas – ou plus – membres de LaFrance Insoumise (LFI). Nous avons même pu la critiquer fortement car il y a de sérieuses raisons de le faire. Son organisation césarienne en contradiction manifeste avec son projet démocratique de VIeRépublique, en a lassé plus d’un·e. Sa stratégie à hue et à dia pendant cinq ans, oscillant entre l'union de la gauche et l’hégémonie par l'écrasement des concurrents, n'aura obtenu ni l’une ni l'autre. Ses envolées patriotardes certes plus proche de la Révolution française que du nationalisme xénophobe, ont pu nous sembler éloignées de l’internationalisme voire de l’idéal d’une autre Europe, sociale et démocratique. Enfin, l’entêtement anti-états-unien de son leader Jean-Luc Mélenchon a pu le conduire à défendre des positions internationales erronées ou pour le moins discutables : longtemps aveugle face aux autres menaces impérialistes, il n'a commencé à amender sa vision du monde qu’avec l’odieuse et criminelle invasion de l’Ukraine par l’armée russe.

 Seulement voilà. L’imminence d’une élection cruciale, les néofascismes qui frappent aux portes du pouvoir, l’éclatement de la gauche politique, l’affligeante hypothèse de la reconduction d’un président qui n’a eu de cesse de détruire méthodiquement l’Etat social et le système éducatif, de faire la guerre aux classes populaires, aux chômeurs, aux migrants et aux manifestants… nous amènent à prendre publiquement position en faveur de la candidature de J.-L. Mélenchon. Si celle-ci nous semble la mieux placée à gauche, c’est en raison moins des sondages que d’une certaine solidité intellectuelle et politique forgée au fil de la dernière décennie, qui en fait une proposition alternative claire et bien identifiée dans le paysage politique. Le scénario d’un autre second tour contre Emmanuel Macron ne pourrait que faire du bien : reconstituer un authentique clivage droite/gauche en lieu et place du choix truqué entre libéraux-autoritaires et extrême droite, et chasser de l'horizon les obsessions identitaires.

 On nous dira : c’est un vote par défaut, utile peut-être, mais qui relègue au second plan les considérations idéologiques.

Seulement voilà. Il faut être juste avec LFI. Reconnaître pour commencer la qualité de son travail parlementaire depuis cinq ans ; admettre ensuite que son programme L’Avenir en commun reste de loin le plus abouti et satisfaisant. C’est le programme d’une gauche décomplexée qui, dans la continuité du programme de 2017, assume une rupture avec l’hégémonie néolibérale : restauration des services publics (notamment hospitaliers et éducatifs), amélioration des droits des travailleurs et du pouvoir d'achat, équité fiscale ; un programme qui témoigne aussi d’une réelle et profonde ambition environnementale sans précédent. Par ailleurs, LFI a su se mettre à jour sur une série de grandes questions de notre temps, que l’on pense au projet de refonte de l’institution policière dont les quartiers populaires et les « Gilets Jaunes » ont chèrement payé la dérive violente, à la condition des femmes et l’égalité des genres, ou encore aux luttes contre les discriminations et le racisme, ce qui relègue au second plan les vantardises chauvines d'antan. Un second tour avec J.-L. Mélenchon remettrait ainsi au cœur du débat la grande alternative : souveraineté du capital et des classes dirigeantes, ou émancipation des dominé·e·s ?

 On s’interrogera peut-être : n’est-ce pas prendre le risque d’installer au pouvoir un homme au tempérament autoritaire et volcanique ?

La question est légitime. Seulement voilà. Rappelons qu'élire un homme à la présidence de la République n'est pas fatalement se choisir un monarque. L’histoire l’a montré, un président, quel qu'il soit, ne saurait gouverner sans majorité parlementaire même sous le régime de la VeRépublique. Si J.-L. Mélenchon l’emportait par « un trou de souris » – selon son expression –, il est hautement improbable que son propre mouvement remporterait à lui seul une telle majorité aux élections législatives qui suivraient. Il aurait nécessairement besoin d’une large coalition de gauche pour avoir la moindre chance de victoire, et donc de gouverner, fût-ce en passant par des compromis avec ses éventuels alliés. Ce serait même une chance historique, la meilleure manière de sortir de l'hyper-présidentialisme en attendant une refonte de nos institutions démocratiquement défaillantes promise par LFI.

Les exemples espagnol et portugais montrent le chemin : la droite n’est pas hégémonique partout et une politique progressiste peut s’imposer malgré les tempêtes guerrières du moment et le sombre horizon politique et écologique.

Une autre présidentielle est possible. Pour nous, le vote de raison, et de conviction, c’est le vote Mélenchon.

Laurence De Cock, historienne

Mathilde Larrère, historienne

Arnault Skornicki, politiste

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire, en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa