Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

7 Éditions

Billet de blog 18 mars 2020

Chers enfants, je vous écris de je ne sais où...

Il y a longtemps, dans une petite école du sud de la France, des enfants se sont mis à écrire à d'autres enfants de France, puis du monde entier, des milliers d'histoires et de dessins d'enfants ont ainsi circulé

Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chers enfants, 

Je vous écris de je ne sais où. Plutôt si, je vous écris depuis mon confinement. Ce n'est pas un très beau mot, mais enfin il est plus doux à prononcer que celui de "guerre" qu'on entend beaucoup en ce moment. 

Je vous écris de ma maison qui me paraît toute petite. Peut-être que la vôtre aussi ? Parce que vous êtes aussi des confinés, comme des millions d'enfants du monde entier. 

C'est une situation rare, inédite, pas drôle et un peu drôle en même temps parce que tout ce qui est bizarre ne peut pas être complètement triste. Je m'y sens tellement à l'étroit dans cette toute petite maison que je préfère me dire qu'elle est située "je ne sais où"; comme ça, je peux la déplacer par la pensée où je veux. 

Je me présente : je m'appelle Laurence. Je suis une "maîtresse d'école" plutôt pour les grands, et je suis aussi historienne, c'est à dire que je vais chercher dans de vieux documents des évènements qui ont eu lieu il y a un peu, beaucoup, et parfois très très longtemps, pour les raconter dans des livres d'histoire. 

En ce moment je travaille sur l'histoire d'un maître d'école qui a commencé à enseigner il y a un siècle (cent ans !) dans une petite école du sud de la France. Il s'appelait Célestin. Lui-même a une sacrée histoire. Blessé au poumon pendant la Première Guerre mondiale, il s'en était sorti mais avait beaucoup de mal à respirer et le médecin lui avait expliqué que ça durerait toute sa vie. C'est sûr qu'il aurait été très très sensible au Coronavirus ! 

Mais Célestin avait déjà commencé ses études pour devenir instituteur et n'avait pas l'intention d'abandonner son projet. Lorsqu'il commença à travailler, les enfants ne lui firent pas de cadeaux. Il y a un siècle, les élèves n'étaient pas plus sages qu'aujourd'hui, et dans les petits villages, il y avait souvent une seule classe avec des enfants de tous les âges et de tous les niveaux. Ca s'agitait pas mal dans la classe, et les inspecteurs qui venaient voir le pauvre Célestin se demandaient franchement s'il allait pouvoir faire ce métier très longtemps. 

Célestin ne s'en sortait pas. Avec ses problèmes au poumon, il ne pouvait pas crier (et même crier ça ne sert parfois à rien) et il n'arrivait pas à faire travailler ses élèves qui refusaient souvent d'apprendre à lire et écrire. 

Alors il eut cette idée géniale : au lieu de leur apprendre à lire dans des livres de lecture écrits par des adultes, il allait leur faire écrire eux-mêmes leurs propres histoires ! Et pour que cela ressemble vraiment à un projet sérieux, tous les élèves allaient s'occuper des les imprimer sur du papier, avec des lettres en plomb, pour que le texte devienne celui de toute la classe.

C'est ainsi que les élèves de Célestin ont commencé à écrire plein d'histoires d'enfants qui leur passaient par la tête. Ils avaient aussi le droit de dessiner pour illustrer les histoires. Et cela leur donnait évidemment envie d'apprendre à mieux lire et écrire. 

Mais Célestin ne s'arrêta pas là. Il décida aussi de permettre aux enfants de sa classe de correspondre avec d'autres classes. Et en réunissant tous les textes de toutes les classes, on pouvait fabriquer et multiplier les livres ! 

C'était il y a très longtemps c'est vrai mais beaucoup de maîtres et maîtresses s'inspirent encore de l'expérience de Célestin pour travailler avec leurs élèves. 

Alors comme il n'y a plus d'école en ce moment, j'ai eu cette idée : Et si vous écriviez des textes ?  On sortirait tous en pensée de nos petites maisons et je les publierais ici. Vous pouvez aussi m'envoyer des dessins. Célestin disait que ce sont des "textes libres", tout le monde a droit d'écrire ce qu'il veut (d'ailleurs bientôt je vous raconterai l'histoire d'un texte qui n'a pas fait rigoler toute le monde...) : ses rêves, ses colères, ses amours, ses angoisses, ses tristesses ... 

Voici l'adresse à laquelle me l'envoyer : enfantsdupasse@gmail.com 

On verra si ça marche. Peut-être qu'on commencera avec un seul petit récit et qu'on arrivera à des milliers ? Et alors on fabriquera un livre ! 

Et quoi qu'il arrive, parce que nous aurons toutes et tous besoin de s'évader de nos "je ne sais où", je vous raconterai ici régulièrement des petites histoires d'enfants du passé et je vous ferai lire aussi celles qu'ils et elles ont écrites avant vous.

Voici la première, elle s'appelle "Les petites fées" 

il y avait une fois 12 petites fées qui se promenaient.

Comme elles avaient très faim, elles entrèrent dans une boulangerie et mangèrent 6 pains de 2 livres. Le boulanger les attrapa ...

Au secours ! au secours ! criaient les fées. D'autres fées accoururent, elles eurent le même sort. Alors le boulanger qui était un méchant homme les porta chez le boucher.

Le boucher fut très content, il en fit du pâté. Ah ! le beau pâté que fit le gros boucher !

Vite il alla le porter au boulanger qui, tout heureux, offrit un grand festin. 

les invité se disent : "Quelle chance ! on va se régaler.

- Oui oui vous vous régalerez tant que vous voudrez dirent les petites fées en ricanant.

Et elles sortirent de la terrine en chantant 

"Vivent les fées

Méchant boulanger

Vaurien de boucher

Qui fait du pâté

Avec les petites fées !

(écrit par des "fillettes" - c'est comme ça qu'on disait - de 8-9 ans) en 1934

Tiré des archives en ligne de l'ICEM 

https://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/35458

Actualisation du 19 mars :

L'édition va basculer vers une nouvelle édition dédiée au projet 

https://blogs.mediapart.fr/edition/enfants-dici-et-dailleurs-enfants-confines

Et avec un compte Twitter à suivre : @EnfantsIci

Et notre page Facebook : https://www.facebook.com/Enfants-dici-et-dailleurs-enfants-confinés-100634081627839/?modal=admin_todo_tour

Et le premier texte est désormais en ligne :

https://blogs.mediapart.fr/edition/enfants-dici-et-dailleurs-enfants-confines/article/190320/le-monde-parallele-et-la-maison-confite

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan