Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

7 Éditions

Billet de blog 19 sept. 2022

Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Le retour de la chasse aux rouges dans l’Éducation nationale ?

Les sanctions contre les enseignantes et enseignants syndicalistes et militant.e.s pédagogiques connaissent un récent regain comme le montre l'affaire Kai Terada à Nanterre. Il est temps d'en faire une priorité politique.

Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


En juillet 1922, le ministre de l’Instruction publique Bérard appelait les recteurs à réprimer toute manifestation « contraire aux institutions républicaines ». La période était à la « chasse aux rouges », ces instituteurs et institutrices jugés coupables de trop grande proximité avec le régime soviétique. Entre 1920 et 1924, une soixantaine d’enseignants furent victimes de la répression gouvernementale, soupçonnés d’avoir participé à des meetings politiques,  distribué L’Humanité, milité contre la guerre : avertissements, révocations, censure, réprimande, déplacement d’office …

Un siècle plus tard, comme un funeste anniversaire, les sanctions contre les enseignantes et enseignants militants, syndicalistes, semblent connaître un regain alors que l’on croyait la liberté syndicale et la liberté d’expression solidement installées. Parmi les cas les plus récents – sans doute au milieu d’autres dont nous ignorons l’existence - celui de Kai Terada, professeur de mathématiques au lycée Joliot Curie de Nanterre et co-secrétaire départemental de Sud Éducation. Ce dernier a reçu, la veille de la rentrée, l’annonce de sa suspension pour quatre mois, sans aucun motif. On l’a prévenu depuis qu’il risquait une mutation « dans l’intérêt du service ». Kai enseigne dans ce lycée depuis 16 ans mais l’administration prétend, toute honte bue, qu’il ne s’agit pas d’une sanction, et que son appartenance syndicale n’a rien à voir avec cette décision.

La similitude avec d’autres cas récents saute aux yeux et inquiète. On pense aux collègues de Bobigny, de Melle, de l’école Pasteur de Saint-Denis, à Hélène Careil et d’autres dont la vie a brutalement bifurqué contre leur gré, à la suite de mutations forcées qui n’étaient « pas des sanctions » non plus. Certaines et certains n’ont pas repris le travail et tiennent à coups d’anti-dépresseurs ; d’autres se battent contre l’absurdité d’une administration qui, « dans l’intérêt du service », a clairement choisi de ne pas s’encombrer de préoccupations humaines.

C’est donc « dans l’intérêt du service » que des élèves de Joliot Curie n’ont pas retrouvé leur professeur de mathématiques, l’un des piliers de l’établissement, celui qui connaît les familles, les fratries et aussi « dans l’intérêt du service » que des petits d’une école de Saint-Denis ont été privés d’enseignantes et enseignants collectivement investis dans un métier qu’ils aimaient sans doute trop pour répondre aveuglément aux critères d’une institution de plus en plus maltraitante.

À ce stade, c’est l’intérêt des sévices qui semble plutôt l’emporter.

L’histoire bégaie. En 1923, l’instituteur syndicaliste Jacquet, dans le Rhône, était déplacé d’office parce qu’il ne plaisait pas au maire. Marie Farget, institutrice d’Oullins, recevait un blâme la même année à la suite d’une plainte de son directeur parce que trop souvent malade[1]. Dans les années 1930, la répression s’intensifiait encore contre les enseignantes et enseignants antifascistes, anticapitalistes, communistes, anarchistes. Avec la complicité de la police, ils furent surveillés, traqués, harcelés. Madeleine Faraut, institutrice dans les Alpes maritimes, décrite comme « agitatrice » après avoir participé à une manifestation de chômeurs à Nice en 1932 : déplacée d’office ! En 1936, une institutrice de Mouans-sartoux fut elle aussi mutée d’office parce que son mari était communiste[2]. La répression subie par Élise et Célestin Freinet, couple d’instituteurs et institutrices à Saint-Paul de Vence, s’inscrit également dans ce contexte[3]. Toutes et tous furent soupçonné.e.s de faire de la propagande communiste en classe. Des accusations la plupart du temps infondées car les inspections ne trouvaient rien ; qu’à cela ne tienne, on bidouillait les dossiers administratifs …

Les dossiers de nos collègues d’aujourd’hui sont aussi vides que ceux de nos collègues d’antan. Leurs crimes ? pratiquer des pédagogies différentes, alternatives, se soucier davantage du bien-être des enfants et de leurs propres rythmes d’apprentissages que de leurs performances pour les enquêtes PISA ; militer dans des syndicats qui portent haut et fort la défense des droits et d’un métier soumis de toute part aux coups de l’austérité et d’un management autoritaire décomplexé. En ligne de mire, Sud Éducation, syndicat honni par Jean-Michel Blanquer, l’artisan de ce regain de répression dans l’Éducation nationale.

Le message est clair : détruire toute influence de Sud-Éducation, épuiser les militantes et militants par des mesures de coercition et dissuader les solidarités en instillant la peur dans les établissements. Ne nous y trompons pas, si aujourd’hui SUD est visé, les autres syndicats suivront si on ne fait rien. C’est d’ailleurs déjà un peu le cas. La réforme de la fonction publique, en instaurant la possibilité de ces déplacements d’office sans procédure disciplinaire nous met à la merci du plus violent arbitraire.

Ensemble nous devons faire savoir qu’il nous arrive à bas bruit ce que nos camarades ont subi à France Télécom ou à la Poste. Il nous faut rappeler que certains y ont laissé leur vie [4]. À l’heure où la profession peine à recruter, où l’urgence de sauver l’école publique est criante, il en va d’une responsabilité collective qui s’étend bien au-delà de nos corporatismes. C’est l’ensemble de la société qui doit faire savoir que toute atteinte aux droits, à l’humanité et à la dignité des enseignants est un coup de plus porté à leurs enfants et à la démocratie.

Pour cela, nous vous convions à un rassemblement devant le ministère de l'Éducation nationale le 21 septembre à 15heures devant le ministère. Venez discuter avec nous et soutenir nos collègues injustement réprimés.

[1] Roger Martin, Les instituteurs de l’entre-deux guerres, idéologie et action syndicale, PUL, 1982

[2] Paul Gerbod, Les enseignants et la politique, PUF, 1976.

[3] Voir Laurence De Cock, Une journée fasciste, Élise et Célestin Freinet, pédagogues et militants, Agone, à paraître 18 novembre 2022.

[4] Sandra Lucbert, Personne ne sort les fusils, Seuil, 2020.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez