Danger mortel pour le lycée professionnel

La réforme du lycée professionnel soulève bien peu d'indignations. Or, elle concerne près d'un quart des lycéens que le ministère ne semble pas considérer comme dignes de suivre des enseignements généraux.

Quelles qu’en furent les issues plus ou moins heureuses, les réformes scolaires ont toujours été dictées par une volonté de démocratisation, c’est-à-dire par le souci de rendre accessible à tous les jeunes, quels que soient leurs profils, la poursuite d’études. Nous dirons qu’il s’agit d’une boussole politique, même si le fonctionnement actuel du système éducatif ne montre pas – loin s’en faut – de concrétisation complète de ce beau principe. C’est toutefois de cet horizon que sont nés le collège unique ou encore la politique des « 80% au Bac » portée par le ministre Jean-Pierre Chevènement. On pourra toujours gloser sur la démonétisation des diplômes, mais force est de reconnaître que, aujourd’hui, 79% des adolescents obtiennent un baccalauréat général, technologique ou professionnel ; ce dont il faut se féliciter. De même peut-on se réjouir de la poursuite d’études à l’université, de quelques lauréats de bacheliers technologiques ou professionnels, et de la réussite de certains d’entre eux. Car il en va de la justice sociale et de la concrétisation du projet « universel » de formation de la jeunesse.

Or c’est toute cette philosophie de lutte contre le tri social et l’orientation précoce qui est aujourd’hui battue en brèche par les différentes réformes menées de concert, de l'école primaire à l’université, en passant par celle du lycée général, technologique et professionnel. Si le scandale de Parcoursup et le nouveau Bac 2021 ont déjà fait médiatiquement couler beaucoup d’encre, celui du lycée professionnel risque, une fois encore, de ne pas soulever les foules. Aussi aimerais-je souligner ici, l’énorme danger qui pèse à ce jour sur l’avenir d’un cinquième des adolescents de ce pays qui ont choisi la voie professionnelle.

 Un petit rappel pour commencer. L’enseignement professionnel est complexe car il se décline en trois statuts : un statut scolaire sous la tutelle du ministère de l’éducation nationale ou du ministère de l’agriculture (lycées agricoles), un statut d’apprentissage géré par les chambres des métiers, de commerce ou d’industrie, et un statut de formation continue dans les entreprises ou organismes de formations type Greta. C’est le premier de ces statuts qui nous intéressera ici.

L’enseignement professionnel a également une histoire traversée de débats dont il fait encore les frais aujourd’hui. Il est le produit d’une réflexion conjointe entre le ministère de l’éducation et le milieu patronal depuis la fin du XIXème siècle. Depuis, cette double tutelle pèse sur le lycée professionnel et contribue à sa marginalisation dans l’organigramme scolaire. Une question le traverse depuis un siècle et demi, celle de l’équilibre entre les enseignements généraux, garants d'une solide éducation intellectuelle et la formation pratique. C’est un enjeu philosophique et politique majeur car il définit l'identité de l'enseignement professionnel : soit le choix est fait du maintien d’une responsabilité étatique dans cette filière, au nom du service public ; soit on opte pour sa délégation au secteur économique, au risque d’ajuster une formation à une demande du marché et de sacrifier la dimension intellectuelle de la scolarité.

 Sur cette question, nous naviguons en pleines eaux troubles avec la réforme du lycée professionnel prévue pour la rentrée prochaine. Les matières générales : français, langues, mathématiques et histoire-géographie-EMC perdent entre 10 et 25% de leur volume horaire. Peut-être davantage tant les dispositifs de substitution restent opaques et variables selon les lycées. On parle en effet « chef d’œuvre », « co-intervention », sans qu’aucun contenu n’ait été discuté en amont avec les enseignants. Quoi qu’il en soit, et outre la perte de postes et les drames personnels qui s’annoncent pour les collègues, on constate ici que la vision utilitariste l’emporte et que s’éloigne à grand pas la possibilité de faire bénéficier les élèves des lycées professionnels des saveurs de cours justement déconnectés de leur secteur professionnel. En CAP par exemple, un élève bénéficiera  à l’année, de dix heures de cours d’histoire. Autant dire, rien.

Le ministère justifie une fois de plus ces choix par la volonté d’« excellence », mais de quoi parle-t-on quand on considère qu’un quart des élèves n’a pas droit à l’apprentissage d’une citoyenneté éclairée ? A quelle autre excellence que celle de l’ajustement comptable aux lois du marché fait-on référence ?

 La perspective à plus long terme semble assez claire : opter une fois pour toutes pour le désengagement de l’Etat de ces filières, et déléguer l’ensemble à la gestion décentralisée des collectivités territoriales et des entreprises. Les économies à la clé seront réelles. Qu’importe qu’elles se fassent, une fois de plus, sur le dos des jeunes les plus socialement relégués. Qu’importe, sauf si cette grossière ficelle venait à provoquer dans l’opinion publique la juste colère qu’elle mérite.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.