Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

7 Éditions

Billet de blog 27 juin 2020

Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Leur monde d’après, et la couleuvre de trop

Valorisez votre engagement pendant la crise sanitaire, demandez votre « open badges pour l'agilité pédagogique / Covid19 » ! On en est là.

Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous n’en n’avions pas franchement besoin mais ces dernières semaines ont rappelé aux enseignants qu’avaler des couleuvres était une compétence requise du métier. Il faut avouer que nous en avons bouffé beaucoup sans trop broncher finalement au regard de l’étendue de l’intoxication.  

Nous avons laissé dire que tout était prêt pour la continuité pédagogique en nous égosillant au même moment sur les innombrables bugs de l’inénarrable environnement numérique de l’Éducation nationale ;  plaisanté avec nos collègues sur la cueillette de fraises pendant nos vacances-Covid19 ; laissé glisser sur nous les injonctions à nous « réinventer » pour l’école « du monde d’après » une fois passées les innombrables lubies « apprenantes », affronté la campagne de dénigrement savamment orchestrée des médias au ministère sur nos prétendues lâchetés et paresse congénitales de nanti.e.s payé.e.s à vie sans contrepartie.  

Je propose de nous féliciter collectivement pour notre stoïcisme et notre patience. C’est sans doute la seule chose un tantinet réconfortante que nous pourrons nous offrir car, pendant ce temps, dans les cuisines de l’Éducation nationale, ça continue de carburer pour imaginer les couleuvres du monde d’après, et ça ne manque pas de piquant.

Á la Dane (service numérique des académies) de Montpellier, on vient d’imaginer des « open badges pour l’agilité pédagogique/Covid19 », les voici, il suffit de les demander.

Cela fait déjà beaucoup réagir sur réseaux sociaux. Je n’ai d’abord pas voulu y croire, mais le fumet pestilentiel m’a rattrapée au réveil, et franchement, ça pue.

On aimerait savoir qui a pu avoir une telle idée, comment il est possible que personne en réunion n’ose faire remarquer l’indécence de cette initiative, comment on peut être à ce point éloigné du monde enseignant pour imaginer que cela puisse les flatter ;  surtout à quel moment il a été acquis chez ces gens que nous étions toutes et tous au mieux des produits, au pire, des buses.

C’est pourquoi une fois passé le moment du rire (heureusement on n’a pas encore totalement perdu notre humour), il faut vraiment prendre cette distribution de médailles au sérieux, pour ce qu’elle dit de leur définition de l’école d’après.

Les alertes ont déjà été lancées sur ces questions. Lisez notamment les analyses très fouillées de Christophe Cailleaux et Amélie Hart-Hutasse sur la voracité du monde de l’ed tech, qui n’avait jamais osé rêver plus belle opportunité que cette pandémie pour exhiber son dentier.

Sur le fond, on rappellera une énième fois la ténacité et la cohérence du rouleau compresseur néolibéral qui écrase le peu qu'il nous reste de services publics. La distribution de médailles, comme pour les soignants, est le cache-sexe de l’impératif d’austérité. Il ne flatte que celui qui a sacrifié sa dignité pour exhiber ses atours de winner, une espèce heureusement rare encore dans notre monde.

La médaille se substitue à la revalorisation salariale, et labellise l’individu méritant – ce petit colibri tout mignon – selon une recette désormais bien rodée : diviser pour mieux régner, instaurer concurrence et compétition et donc saper l’esprit collectif et public qui est la condition de nos métiers.

Et puis il y a la forme, la violence des mots ici utilisés, ces mots-creux aux couleurs de layette qui habillent la violence manageriale d’un linceul de soie : « agilité », « explorateur », « passeur », « bâtisseur » ; des mots auxquels on ajoutera désormais « hybridité », « pionniers », « innovateurs » etc.

Des mots tantôt savants, tantôt flatteurs, mais tous évidés de leur sens pour servir la cause d’une nouvelle servitude qu’on espère évidemment volontaire. L’ « agilité » n’est que la version lexicalement édulcorée de la flexibilité, le rêve du néo-management ; l’ « hybridité » est un concept qui prépare l’abandon contraint de son domaine de compétences en fonction des besoins de l’institution.

C’est un projet global visant à déposséder de la dignité au travail, laquelle repose sur notre connaissance du métier, condition de notre capacité d’expertise. Le reste de ces mots ne sont que des flagorneries creuses s’ils sont énoncés en contexte néolibéral.

Pendant que d’un côté, elle opprime et réprime, notre institution pratique une câlinothérapie à moindre coût dont ces médailles sont le reflet. Elles ont l’allure d’une récompense mais le goût du venin.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La campagne interne de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Migrations
Un Syrien menacé d’expulsion, victime d’un engrenage infernal
Mediapart a rencontré un Syrien de 22 ans enfermé en rétention près de Roissy. Alors que les relations diplomatiques sont rompues avec le régime Assad, des contacts ont été pris en vue de son renvoi, d’après nos informations. Son « obligation de quitter le territoire français » a été validée par la justice. 
par Céline Martelet
Journal
Corruption : le géant Airbus accepte de nouveau de payer pour éviter des procès
Affaire Sarkozy-Kadhafi, Kazakhgate : le groupe d’aéronautique échappe à toute poursuite grâce au paiement d’une amende de 15,8 millions d’euros, selon un accord trouvé avec le Parquet national financier. Des associations anticorruption dénoncent les abus de la justice négociée à la française.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Le Conseil européen a finalement adopté un texte de compromis. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy
Billet de blog
Expérimenter, oui mais pour quoi faire et pour qui ?
A partir d’un cadre national qui garantit l’unité du système éducatif, il est toujours utile de libérer et d’encourager les initiatives locales si cela favorise la réussite de tous les élèves.
par Delahaye JP
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte
Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co