Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

7 Éditions

Billet de blog 30 juin 2018

Droit de réponse de Laurence De Cock et Mathilde Larrère au magazine Causeur

Dans un article particulièrement mensonger et salissant, le journal Causeur montre son appétit pour l'accusation et son indifférence à la vérité. Etant resté sourd pour le moment à notre demande de droit de réponse (qui est pourtant une obligation), nous le publions ici.

Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Droit de réponse à l'article intitulé "Au procès de Rokhaya Diallo, accusation de racisme et de rires sur Charlie Hebdo", par Sophie Valles, publié le 26 juin 2018 et remanié le 27 juin 2018 dans le magazine Causeur.

 Le 19 juin dernier se tenait au TGI le procès qui opposait Frédérique Calandra à plusieurs prévenues dont Sylvie Tissot et Rokhaya Diallo et des femmes du collectif « 8 mars pour toutes » suite à au refus par la maire du 20e que Mme Diallo participe à une table ronde sur le féminisme, puis à l’annulation de cette même table, mais surtout en raison de la publication d’un texte qui se questionnait sur cette annulation et posait l’hypothèse d’une réaction de racisme anti musulman contre Mme Diallo.

 Dans la salle, de nombreux soutiens de chacun des deux camps.

Un procès tendu.

La salle réagit souvent, d’un coté ou de l’autre aux réponses des prévenus, des témoins, aux effets des avocats. Au bout de trois heures de procès, le débat a lieu entre un témoin et l’avocat de la défense sur la question des biffins et leur traitement dans le 20e.

Au fond de la salle, on entend des réactions quand la témoin explique, reprenant ce qu’avait dit la maire du 20e, que les roms n’ont pas « la bonne culture des biffins ».

A ce moment, le procureur prend la parole, affirme qu’il n’est pas possible qu’il y ait autant de réactions dans la salle et demande que sortent du tribunal près d’une dizaine de personnes des rangs du fond.

Nous étions, Laurence De Cock et Mathilde Larrère dans ces rangs du fond. Nous avions, à voix basse, discuté de cette notion de « culture des biffins ».

Tout le rang se lève et sort, étonné de la sanction car il n’y avait pas eu plus de manifestation qu’avant, ni plus vraiment qu’ailleurs dans la salle, juste une agitation comme à d’autres moments, sans que soit troublé le déroulement des débats. Mais tout le monde obtempère.

 Voilà les faits

 Mais aujourd’hui, sur les réseaux sociaux, et désormais dans votre journal, différentes personnes instrumentalisent cet incident de façon ignominieuse. L’expulsion du groupe est réduite à celle de Mesdames  Laurence De Cock et Mathilde Larrère – voire de Laurence De Cock tout court chez Causeur -  cependant qu’un motif est totalement inventé : elles auraient « ricané » alors qu’un témoin évoquait ses souvenirs de Charlie Hebdo.

 On pourrait se contenter de trouver cela grotesque mais c’est évidemment un procédé abject de récupération du drame de Charlie à des fins de harcèlement. Chacun sait qui est spécialiste de ces pratiques délétères presque quotidiennes auprès de l’opinion publique.

Fait le 26 juin 2018.

Laurence De Cock et Mathilde Larrère

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland