Laurent Bouvet
Universitaire
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 oct. 2009

Laurent Bouvet
Universitaire
Abonné·e de Mediapart

L'affaire Frédéric Mitterrand ou la difficile dialectique du populisme

«L’affaire Frédéric Mitterrand» ne se résume ni à un débat sur la moralité publique – un ministre peut-il le rester dès lors qu’il a raconté ouvertement avoir pratiqué le tourisme sexuel? – ni même au bon coup politique qu’il y aurait à jouer contre un symbole clinquant de « l’ouverture » sarkozienne.

Laurent Bouvet
Universitaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«L’affaire Frédéric Mitterrand» ne se résume ni à un débat sur la moralité publique – un ministre peut-il le rester dès lors qu’il a raconté ouvertement avoir pratiqué le tourisme sexuel? – ni même au bon coup politique qu’il y aurait à jouer contre un symbole clinquant de « l’ouverture » sarkozienne. Elle laisse, plus profondément, apparaître ce qui sera l’un des enjeux majeurs de l’élection de 2012 : l’usage, bon ou mauvais, du populisme à des fins électorales.

Le fait que ce soit Marine Le Pen qui ait tiré la première sur l’ambulance mitterrandienne – Frédéric Mitterrand ayant inconsidérément ouvert la Boîte de Pandore à l’occasion de sa déclaration de soutien à Roman Polanski – est le meilleur signe que la campagne de 2012 est d’ores et déjà lancée quoi qu’en disent ses protagonistes possibles ou probables. Le tropisme populiste de la future candidate du Front national ne surprend pas. On y est habitué.

Que le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon, lui emboîte le pas est apparemment plus difficile à comprendre même si le ressentiment à l’égard du porteur d’un nom sacré du socialisme français est palpable au PS depuis sa nomination au ministère de la culture. Cette prise de position est plus difficile à comprendre surtout parce que la charge est personnelle et pas seulement politique, ce qui n’est a priori pas dans les habitudes de Benoît Hamon.

Pourtant, ces deux attaques ne sont pas de même nature. Sous l’apparence d’une chasse à l’homme, elles révèlent un rapport différent au populisme. Celui du Front national est classique : c’est la protestation d’un peuple imaginaire contre une élite corrompue et décadente. Celui dont les socialistes ont besoin pour espérer gagner à nouveau les élections nationales est d’un autre ordre : il s’agit de redonner au projet de la gauche de gouvernement un contenu populaire en ne laissant pas le libéralisme culturel (celui des mœurs et des « nouveaux » droits individuels) prendre systématiquement le pas.

Le populisme ne saurait en effet se résumer à sa définition péjorative même si c’est celle qui est utilisée en France. Il n’est pas seulement cette dérive politique dangereuse pour la démocratie. Il existe un populisme positif, celui considère le « peuple » comme la référence indispensable et ultime, en démocratie, et plus encore à gauche – la gauche sans le peuple, ce n’est pas la gauche. Le Parti socialiste, comme nombre de ses homologues européens, a ainsi perdu, ces dernières années, ce que l’on pourrait appeler le « sens » du peuple – à la fois sa direction et sa signification.

Or, c’est précisément ce « sens du peuple » que le PS (comme les écologistes d’ailleurs) devra retrouver pour espérer reconquérir le pouvoir d’Etat. Ce qui doit le conduire à un effort de dialectisation du populisme lui-même – c’est le sens qu’il faut donner à la « sortie » de Benoît Hamon contre Frédéric Mitterrand – même si l’usage politique du clivage élite/peuple est délicat. Il n’est plus désormais réductible à la lutte des classes comme ce fût longtemps le cas, et utilement, pour la gauche. Le fractionnement du salariat dans le capitalisme contemporain et la difficulté même de lire, tant du point de vue individuel que des institutions, ce que les marxistes appelaient les « situations de classe » ont rendu la mise en scène politique des antagonismes économiques et sociaux difficile alors même qu’ils continuent d’apparaître crûment. Le succès du discours sarkoziste sur la « valeur travail », par exemple, pendant la campagne présidentielle de 2007 a montré l’ampleur de la confusion qui règne aujourd’hui de ce point de vue.

C’est pourquoi tout le poids des oppositions sociales mises en jeu par le populisme porte sur les valeurs elles-mêmes, sur les déterminants anthropologiques et moraux du modèle de société. Or dans ce domaine, les frontières sont floues et la manipulation aisée.

Ainsi le libéralisme culturel revendiqué désormais par la gauche comme un élément incontournable de son socle de valeurs peut-il facilement être l’objet d’une condamnation au nom de ses dévoiements. C’est exactement ce qui se produit dans la mise en rapport implicite entre liberté sexuelle ou homosexualité d’une part et pédophilie de l’autre. On l’a vu au travers des accusations lancées récemment contre Daniel Cohn-Bendit par François Bayrou et aujourd’hui contre Frédéric Mitterrand par Marine Le Pen. Le registre de ces attaques est précisément celui du populisme : le peuple pur et vertueux ne peut ni ne doit se reconnaître dans les turpitudes inévitables d’une élite trop tolérante.

La gauche ne pourra faire l’économie d’un questionnement approfondi de son rapport aux valeurs « populaires » dans ce domaine des questions dites de société ; justement parce qu’elle a tout misé, depuis de nombreuses années, sur des formes d’émancipation essentiellement culturelles ou morales pour les individus – plus de droits et de libertés, plus de tolérance et de diversité – faute de projet économique et social.

On voit combien le PS et les Verts ont de chemin à parcourir en la matière ! Même si, l’épisode que l’on vient de vivre le démontre, l’ouverture sarkozienne, essentiellement pratiquée envers une « gauche » culturelle et élitiste assumée (la gauche « Carla Bruni »), risque de poser également de sérieux problèmes à une majorité ancrée à droite.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités