Laurent Chemla
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

2 Éditions

Billet de blog 30 mars 2009

Hardi Hadopi

Françoise Hardy "défend son gagne-pain" en soutenant la loi HADOPI.Elle a raison, je trouve ! Pas vous ?

Laurent Chemla
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Françoise Hardy "défend son gagne-pain" en soutenant la loi HADOPI.

Elle a raison, je trouve ! Pas vous ?

Bon, du coup j'ai été vérifier sur son site officiel: elle a sorti un disque en 2006 ! Vous saviez ça, vous ? Moi pas, en tous cas.

J'ai donc été vérifier sur ma source habituelle de musique pirate, et non. Tout ce que j'ai trouvé de disponible, ce sont ses "grands succès" (que j'ai téléchargés, du coup, pour amuser les potes lors d'une future soirée). Mais rien de plus récent que les années 70.

Bon. J'en déduis qu'elle défend son gagne-pain d'il y a 30 ans, donc.

Un peu comme si moi, j'avais cessé de travailler depuis 30 ans et que je demande qu'on continue de me payer aujourd'hui pour mon boulot de l'époque: pourquoi elle et pas moi, après tout ?

Ah, mais voilà: elle, elle a gagné beaucoup d'argent pendant des années en se faisant plaisir à faire des chansons que personne ne veut pirater, uniquement grâce aux royalties touchées sur son "oeuvre" d'il y a 30 ans.

Faut comprendre: ça doit faire bizarre quand la mane céleste s'arrête.

Vous imaginez, vous, devoir réussir à refaire des chansons que les gens ont envie d'écouter, 30 ans plus tard ? Dur. Voire pire encore ? Remonter sur scène et trouver un public prêt à payer pour assister au spectacle ?

Non, déconnez pas !

Et pourtant... Les artistes, eux, c'est normal qu'ils continuent à toucher des gros sous des dizaines d'années après avoir cessé de plaire, ou même 'avoir carrément cessé de faire quoi que ce soit. Si. Parce que ce sont des artistes, et que sinon, ben, y'aurait plus d'artiste, ni de musique.

Na.

D'ailleurs c'est bien connu: avant l'invention des droits d'auteur, il n'y avait aucun artiste et la musique n'existait même pas. Ah si ? Ben comment ?

Non, parce que d'après tout ce que je lis, c'est absolument pas possible qu'il existe des nouveaux artistes si on continue de voler les oeuvres des anciens. C'est écrit partout. Alors c'est sûrement vrai. Non ?

On va quand même pas leur rappeler, aux artistes, que leurs oeuvres et eux-mêmes ne sont que "des nains juchés sur les épaules de géants" et qu'il a fallu des millénaires d'évolutions et d'inventions dont les auteurs n'ont jamais perçu le moindre droit pour qu'ils puissent, eux-même, exister. Ce serait leur dire qu'eux-mêmes doivent des "droits d'auteurs" à l'humanité toute entière, et que leur création n'est pas le seul fruit de leur unique existence à eux qu'ils sont trop tellement uniques.

Faut pas déconner !

Rappeler le caractère cumulatif du développement des connaissances et des arts, c'est carrément leur cracher à la gueule. Personne ne ferait ça à des gens aussi gentils que nos artistes chéris. Personne.

On ne va pas rappeler les mots de Victor Hugo (encore un nain): "Le livre, comme livre, appartient à l’auteur, mais comme pensée, il appartient - le mot n’est pas trop vaste - au genre humain. Toutes les intelligences y ont droit. Si l’un des deux droits, le droit de l’écrivain et le droit de l’esprit humain, devait être sacrifié, ce serait, certes, le droit de l’écrivain, car l’intérêt public est notre préoccupation unique, et tous, je le déclare, doivent passer avant nous.".

Ben non.

L'accès à Internet, avec la loi HADOPI, va passer après le droit d'auteur. C'est donc que le droit d'auteur est plus important que le droit à l'expression libre pour tout un chacun (qui n'a, je le rappelle, jamais été possible que pour quelques uns avant l'avènement du réseau). Forcément. Et nous devrions tous demander des lois pour que notre boulot d'il y a 30 ans continue à nous rapporter de quoi vivre et faire ce qui nous plait aujourd'hui. Comme les artistes.

Non ?

Bon. Je ne sais plus. Je vous laisse y penser, moi pendant ce temps je vais replonger en enfance en écoutant des vieux tubes des années 70.

Volés.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz