laurent degousée
Fédération SUD Commerce et au-delà
Abonné·e de Mediapart

70 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 nov. 2018

Rencontre des livreurs européens: nous ne sommes rien, soyons tout !

Les 25 et 26 octobre 2018 était organisée à Bruxelles, avec l’aide de l’Alter Summit et de l’association REACT, la première rencontre des livreurs ou riders européens qui travaillent pour les plateformes de livraison telles que Deliveroo, Foodora, Glovo ou Uber Eats.

laurent degousée
Fédération SUD Commerce et au-delà
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Elle a compté une soixantaine d’entre eux, venus de douze pays différents (de l’Espagne à la Norvège, les pays de l’Est étant absents) et une trentaine d’observateurs, chercheurs ou syndicalistes.

Ce qui prédomine pour améliorer la condition de ces travailleurs, c’est une approche fondée sur la voie légale dans les pays du Nord et une autre sur la mobilisation dans ceux du Sud. A ce titre, l’Angleterre conjugue les deux aspects : d’un côté, l’organisation de grèves simultanées dans plusieurs villes le 4 octobre dernier, en lien avec les salarié-es de la restauration rapide, dont les livreurs sont le fer de lance avec leur statut d’indépendant qui leur permet de contourner une législation qui corsette le droit de grève (nécessité d’un préavis, interdiction des piquets). De l’autre, les actions victorieuses en justice menées par le syndicat IWGB qui vise à faire reconnaître le statut intermédiaire, dont l’obtention d’un salaire minimum, de worker à ces travailleurs uberisés.

La situation française peut être résumée de la sorte :

- Une (auto)organisation des livreurs qui va crescendo :

La faillite de Take Eat Easy en 2016 a servi de déclencheur et a abouti à la première grève nationale l’an dernier dont l’écho médiatique a obligé la direction de Deliveroo à recevoir à plusieurs reprises les collectifs et syndicats à son origine. En 2018, l’instauration de la tarification au kilomètre a provoqué une mobilisation encore plus importante ces dernières semaines et renforce la coopération entre les syndicats CGT, CNT-SO et SUD et le CLAP.

- Le syndicalisme, c’est l’école de guerre des travailleurs :

Seule l’organisation syndicale est à même d’assurer la pérennité entre deux luttes, que ce soit en fournissant un soutien juridique, financier, international et une formation aux méthodes traditionnelles de la lutte des classes que sont la manifestation, la grève, le blocage et l’occupation.

- «  C’est le fait qui fait le droit » :

Les plateformes comme le gouvernement pourront difficilement esquiver plus longtemps la nécessité de la reconnaissance de l’expression collective, de fait ou de droit, de ces travailleurs : par exemple, Deliveroo compte 10.000 travailleurs en France, cela veut dire que la principale plateforme fait partie des 4 % des grandes entreprises que compte notre pays (le seuil pour une grande entreprise est fixé à 5.000 salarié-es ; à titre de comparaison, Carrefour compte elle 120.000 salarié-es).

Le soir, un débat intitulé « Deliveroo du mal » était organisé : outre un sociologue et des livreurs/euses français, italien et norvégien, un juriste a pointé les limites de l’intervention de l’Etat, prenant exemple sur l’amendement du député français Aurélien Taché qui vise à cadenasser toute requalification de contrat en salarié, et des juges, renvoyant aux conditions d’exploitation du 19ème siècle et à la nécessité de l’action collective pour y remédier.

Le lendemain, une rencontre a eu lieu entre la dizaine de syndicats présents la veille soient la FGTB, avec plusieurs de ses composantes régionales et sectorielles, la CGT, représentée par ses fédérations des bureaux d’études et du commerce, la CISL italienne, des syndicats du Nord de l’Europe (Allemagne, Autriche, Norvège et Suisse) ainsi que la CES et sa branche de l’alimentation, l’EFFAT.

Les points suivants ont été abordés :

- la nécessité, partagée par tous, de pouvoir organiser ces travailleurs prétendument indépendants mais dépendants économiquement,

- dès lors, la question de leur rattachement aux branches du transport, de l’alimentation (mais les services des plateformes ne se limitent pas à la restauration, à l’instar de Stuart en France) ou des services (il existe une directive européenne) se pose,

- pour être audible et leur être utile, il s’agit de se mettre à hauteur de coursier, c’est-à-dire partir de leurs revendications, le plus souvent éloignées de la reconnaissance d’un travail salarié, et des formes d’organisation qui sont les leurs.

Un état de la représentation collective de ces travailleurs va être fait dans nos pays respectifs, qu’elle soit de fait ou de droit (exemples : une convention collective a été mis en place en Norvège, il existe un comité d’entreprise Foodora en Allemagne, une charte a été mise en place par la ville de Bologne et des discussions ont commencé avec le ministre italien du travail). Une liste d’échanges va être mise en place pour permettre d’informer les riders des évolutions à l’œuvre dans les autres pays, de peser sur nos gouvernements et les politiques et surtout en direction des plateformes, qui sont les mêmes partout.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa