laurent degousée
Fédération SUD Commerce et au-delà
Abonné·e de Mediapart

76 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 sept. 2021

laurent degousée
Fédération SUD Commerce et au-delà
Abonné·e de Mediapart

CHANT DU CYGNE ?

Annoncé depuis plusieurs semaines, le neuvième acte de la mobilisation contre le pass sanitaire aura tenu ses promesses, en particulier sur Paris.

laurent degousée
Fédération SUD Commerce et au-delà
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Deux cortèges à l'appel des Gilets jaunes, qui comptaient de nombreux provinciaux comme en atteste la présence de drapeaux régionaux dans les cortèges, se sont ébranlés en début d'après midi, respectivement depuis les Invalides et Port Royal. Il fallait d'ailleurs montrer patte blanche pour accéder au premier alors que dès le matin, des premières tensions ont eu lieu sur le lieu initial de départ de la manifestation refusé la veille par la Préfecture.
Le pôle ouvrier, constitué à l'initiative de plusieurs syndicats CGT et SUD, qui s'y trouvait était plus conséquent que d'habitude et sa participation à la manifestation sur ses propres slogans a été bien accueillie à l'exception du groupe bassiste Guerre de classe, venu en nombre (" Ni parti, ni syndicat ! ").
Comme un air des actes 3 et 4

Les deux cortèges, dont le nombre réuni est sans doute le plus important dans la capitale depuis le début de la contestation, se sont rejoints au Conseil d'Etat où des afrontements ont débuté dès la dispersion avec la police en dépit d'un dispositif impresssionant visant à interdire l'accès aux Champs Elysées. Ils ne sont pas sans rappelé ceux qui ont eu lieu en 2018 sur l'avenue en question.

Avec 120.000 manifestant-es dans toute la France selon les autorités, on a certes encore un chiffre qui s'effrite pour la cinquième fois consécutive mais reste néanmoins conséquent par rapport au lancement. Il y a là une base contestataire solide, chez qui le port du gilet jaune par ailleurs devient anecdotique, bien déterminée à continuer à descendre chaque samedi tant que le pass sanitaire perdurera, voire jusqu'à la présidentielle.

Alors que le taux de vaccination approche les 80 % et que Macron laisse entendre que le pass serait remisé plus vite que prévu là où la situation sanitaire le permet, il faut comprendre que le mouvement est à un tournant, y compris en terme de motivations et de revendications et ce alors que les suspensions de soignant-es non- vaccinés, dont le nombre est honteusement minoré par le Ministre de la Santé, elles ont débuté.

Pendant ce temps-là, l'opposition officielle au gouverment dialoguait à la Fête de l'Humanité avec Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement qui maintient que des éléments de la réforme des retraites seront appliqués avant 2022, ou Valérie Pécresse, qui se rêve elle en Tatcher française, et réaffirme son soutien à la police, détestée de plus en plus pas tant pour ce qu'elle est mais pour ce qu'elle fait.

La vraie opposition à Macron et son monde, au pouvoir de fait depuis 2014 et son entrée au gouverment comme Ministre de l'Economie, c'est celle qui se construit dans la rue et s'élargit depuis 2016 au travers de Nuit Debout, du cortège de tête, des Gilets jaunes, de la longue grève des retraites, de la mobilisation Adama et désormais pour le retrait du pass sanitaire. C'est elle qui prédomine et sur qui compter pour la suite, avant comme après les élections de l'an prochain, pas sur les vieilles formes de la politique et du syndicalisme.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Grève à la SNCF : la mobilisation des contrôleurs bouscule les syndicats
Après un premier week-end de grève remarqué, les contrôleurs SNCF menacent de remettre le couvert pour les fêtes de fin d’année si la direction n’accède pas à leurs demandes. Parti d’un collectif « apolitique », ce mouvement déborde les organisations syndicales.
par Khedidja Zerouali
Journal — Politique
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal — Discriminations
Dans les hôpitaux de Strasbourg, l’aumônerie musulmane a la portion congrue
Les différentes aumôneries des Hôpitaux universitaires de la capitale alsacienne disposent de moyens humains et matériels très disparates, qui laissent le sentiment d’une inégalité de traitement. Côté musulman, l’unique salariée a été privée de son bureau individuel.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre