La parution de mon livre « Main basse sur l’information » (Editions Don Quichotte) a eu un effet auquel je ne m’attendais pas : de très nombreuses associations démocratiques, de militants ou de citoyens me demandent de venir participer à des débats sur la liberté de la presse et le droit de savoir des citoyens. A défaut de pouvoir rendre compte de tous les échanges auxquels je suis convié, beaucoup plus nombreux que ce que je pouvais penser, je voudrais ici faire état au moins de l’un d’entre eux : une confrontation avec la Ligue des droits de l’homme.

Radio Libertaire (89.4) offre périodiquement son antenne à la Ligue des droits de l’homme. Et pour l’émission du vendredi 30 septembre, de 19H à 21H, la LDH a souhaité organisé une longue émission tout entière consacrée à l’état de la liberté de la presse en France. Sous l’intitulé, « Médias privés, défense d’informer ? », l’émission était animée par deux responsables de la LDH, Alain Renon, qui est lui-même journaliste, et Boudjemaâ Dahmane, qui est responsable d’une section parisienne. Et nous étions deux invités : mon confrère Nicolas Vescovacci, qui est journaliste, et dont le documentaire sur le Crédit mutuel a été censuré par Vincent Bolloré, et moi-même.

Pour celles et ceux que ce débat intéresse, voici donc cette émission qui a duré 2 heures.

Pour mémoire, on retrouvera aussi ci-dessous l’entretien que j’ai eu autour du livre le 12 septembre sur TV5Monde avec Patrick Simonin.

On pourra par ailleurs visionner ci-dessous l'échange qui a eu lieu le samedi 1er octobre autour de la liberté de la presse à la Journée de l'Appel des appels

J'ai par ailleurs été invité le 18 octobre 2016 par l'Université populaire de Toulouse pour y présenter le livre. Près de 400 personnes ont participé au débat. On peut écouter ici l'enregistrement de mon propos introductif, qui a lancé les échanges.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

*****