Laurent Mauduit
Journaliste, cofondateur de Mediapart
Journaliste à Mediapart

152 Billets

5 Éditions

Billet de blog 2 juil. 2013

Scandale Tapie: je dois passer aux aveux

C’est le nouveau leitmotiv de Bernard Tapie : si, avec d’autres, il vient d’être mis en examen pour « escroquerie en bande organisée », c’est tout bonnement parce qu’il est la victime d’un « complot ». Or, comme je suis l’un de ceux qu’il pointe du doigt pour avoir ourdi cette machination contre lui, sans doute faut-il que je précise le rôle que j’ai joué dans cette affaire.

Laurent Mauduit
Journaliste, cofondateur de Mediapart
Journaliste à Mediapart

C’est le nouveau leitmotiv de Bernard Tapie : si, avec d’autres, il vient d’être mis en examen pour « escroquerie en bande organisée », c’est tout bonnement parce qu’il est la victime d’un « complot ». Or, comme je suis l’un de ceux qu’il pointe du doigt pour avoir ourdi cette machination contre lui, sans doute faut-il que je précise le rôle que j’ai joué dans cette affaire.La thèse du complot, c’est d’abord dans son livre paru la semaine passée, « Un scandale d’État, oui ! Mais pas celui qu’ils vous racontent » (Plon, 14,90€, 230 pages), que Bernard Tapie l’a servie. Parlant de l’arbitrage frauduleux et des critiques dont il a fait l’objet, il a ainsi cette formule : « Les opposants se sont constitués en groupe que je vais appeler à mon tour, mais ça n’engage que moi bien sûr… “la bande organisée”. Elle est composée de deux hommes politiques, de Courson et Bayrou, du soit-disant meilleur expert en arbitrage en France, M. Clay, d’un journaliste de Mediapart et bien entendu M. Peyrelevade. »

Dans ce livre, il poursuivait sa charge contre Mediapart. Faisant allusion à l’une de nos enquêtes sur Pierre Estoup, publiées dès le 24 juillet 2008, pas même trois semaines après la révélation de la sentence (Lire Affaire Tapie : Pierre Estoup, un très « étrange » arbitre), il avait cette formule : « Authentique spécialiste, celui-là, de l’arbitrage, (Pierre Estoup) était particulièrement qualifié, malgré les insinuations des sites de désinformation Mediapart et Bakchich, pour siéger dans un tribunal arbitral. »

Puis, lundi soir, lors de son passage sur France 2, Tapie a continué à faire du Tapie. Eructant, grognant, rouspétant, malmenant en permanence le présentateur du journal télévisé qui conduisait l’entretien, David Pujadas, tordant les faits dans tous les sens et même les maquillant, il a ressorti la thèse du complot. « Oui, Monsieur, c’est un complot ».

Et comme Bernard Tapie pense visiblement avoir trouvé une bonne parade, il a demandé à son fils, Laurent Tapie, qui gère une partie de sa fortune (Lire Enquête sur les affaires de Bernard et Laurent Tapie), de créer un site Internet pour poursuivre la croisade.

Hâtivement construit, ce site Internet, baptisé Affairetapie.info, poursuit donc sa campagne contre la « vraie bande ».

© 

Dans le lot, on y trouve les mêmes que dans le livre, plus quelques acolytes. Et pour ce qui me concerne, j’ai droit à un onglet spécifique du site (il est là), qui démasque mes travers : j’ai consacré « un nombre incalculable d’articles, ainsi qu’un ouvrage dénonçant l’arbitrage du dossier Adidas comme un scandale d’Etat (…) dès 2008, soit seulement quelques semaines après la « sentence arbitrale. »

Alors, comme je suis démasqué, il ne me reste qu’une seule chose à faire : passer aux aveux. Oui, c’est vrai, j’ai écrit un « nombre incalculable d’articles » - je ne sais pas combien, sans doute pas loin de deux cents depuis 2008 – on peut s’en assurer en recherchant ici dans la base de Mediapart. Oui, très tôt, j’ai eu la conviction qu’il s’agissait d’un scandale d’Etat : cela a été au cœur d’un article que j’ai écrit dès le 11 juillet, soit six jours après l’annonce de la sentence (Lire L’affaire Tapie : un triple scandale d’Etat). Oui, c’est vrai, j’ai poursuivi un dessein constant dans cette affaire : contribuer, avec d’autres, à la manifestation de la vérité.

N’en déplaise à Bernard Tapie qui a choisi une stratégie strictement inverse lors de son passage sur France 2, en multipliant approximations, contre-vérités et même mensonges sur les conditions de la vente d’Adidas, sur la véritable portée de la décision prise en 2006 par la Cour de cassation, ou encore sur les fraudes innombrables qui ont accompagné l’arbitrage...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter