mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été sur Mediapart !

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart jeu. 25 août 2016 25/8/2016 Dernière édition

Impôts: l'aveu fortuit de Henri Guaino

« Toutes les fortunes de France négocient leurs impôts, vous le savez parfaitement » : voilà la stupéfiante réponse que m’a apportée Henri Guaino, député UMP des Yvelines, lors de l’émission Mots croisés sur France 2 consacrée lundi soir  au scandale Tapie, pour tenter de justifier l’implication de Claude Guéant dans le dossier fiscal de Bernard Tapie.

« Toutes les fortunes de France négocient leurs impôts, vous le savez parfaitement » : voilà la stupéfiante réponse que m’a apportée Henri Guaino, député UMP des Yvelines, lors de l’émission Mots croisés sur France 2 consacrée lundi soir  au scandale Tapie, pour tenter de justifier l’implication de Claude Guéant dans le dossier fiscal de Bernard Tapie.

Cette implication de Claude Guéant, alors secrétaire général de l’Elysée, dans le dossier fiscal de Bernard Tapie, je l’ai racontée par le menu sur Mediapart. J’ai fait, voici quelques semaines, l’objet d’une réquisition judiciaire de la part des trois juges d’instruction chargés du scandale Tapie. Observant que j’avais mentionné à plusieurs reprises dans des articles que j’avais la preuve de tractations entre Bernard Tapie et Claude Guéant au sujet de ses impôts, les trois juges m’ont requis de leur fournir cette preuve, « si tant est qu’elle existe », m’ont-ils écrit.

Comme je m’en suis expliqué sur Mediapart (Lire Affaire Tapie: l'enregistrement qui met en cause Claude Guéant), j’ai donc accepté de remettre aux juges la preuve en question, tout en refusant au nom du secret des sources de leur indiquer son origine. Et cette preuve, qui est un enregistrement de Bernard Tapie (que l’on peut écouter dans ce même article) confirme que l’homme d’affaires a bel et bien rencontré en mai 2009 le secrétaire général de l’Elysée de l’époque, pour parler avec lui de ses impôts, liés à l'arbitrage. Ce qui est un passe-droit dont les contribuables ordinaires ne jouissent en général pas.

Or, on sait la suite de cette histoire. J’ai révélé dans un article ultérieur que trois mois après cette rencontre entre Bernard Tapie et Claude Guéant, l’Etat n’a pas fait appel d’une décision d’un juge commissaire du tribunal de commerce de Paris et a donc passé l’éponge sur 15 millions d’euros de créances fiscales que l’Etat détenait sur Bernard Tapie (Lire Tapie : le fisc passe l’éponge sur 15 millions d’impôts). Et notamment, l’Etat a en particulier renoncé à recouvrer la totalité de l’impôt sur le revenu de Bernard Tapie, pour les années 1992 et 1993, pour près de 12 millions d'euros.

Lors de l’émission, j’ai donc interpellé Henri Guaino, qui n’a jamais porté Claude Guéant dans son cœur, mais qui s’est envers et contre tout appliqué à le défendre. Je l’ai interpellé sur les innombrables irrégularités du scandale Tapie et sur les passe-droits dont l’homme d’affaires a profité, et notamment à l'occasion de cette concertation fiscale. « Pourquoi vous ne dites pas si Claude Guéant a effacé les impôts de Bernard Tapie : "ce n'est pas conforme à ma conception de l'égalité des citoyens devant l'impôt" ? », lui ai-je en particulier demandé.

Et c’est à ce moment de notre échange que l’ex-plume de Nicolas Sarkozy m’a fait cette réponse sidérante : « Laissons les impôts de côté. Pardon, toutes les fortunes de France négocient leurs impôts ».

Ah bon ! Voilà une nouvelle importante… Un ancien proche collaborateur de Nicolas Sarkozy confirme en personne que sous le précédent quinquennat le principe de l’égalité des citoyen devant l’impôt, principe fondateur de notre République consigné dans la Déclaration des droits de l’homme et des citoyens, n’était plus que chiffon de papier et avait été remplacé par une autre règle : selon que vous serez puissant ou misérable.

Sur le champ, la petite phrase d'Henri Guaino a donc déchaîné les passions sur les réseaux sociaux. On comprend pourquoi, car la nouvelle est d’importance. Vos impôts vous donnent du souci ? Dans ce cas-là, n’allez plus frapper à la porte de votre inspecteur des impôts ? Non, allez frapper directement à celle de l’Elysée. Enfin ! Seulement si vous êtes riche…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

ignorer cela ce n 'est pas professionnel pour un journaliste français

Cet été, Mediapart vous accompagne partout !

onze euros les trois mois

À cette occasion, profitez de notre offre d'été : 11€/3 mois (soit 2 mois gratuits) et découvrez notre application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Laurent Mauduit

Journaliste, cofondateur de Mediapart
Paris - France

Le blog

suivi par 637 abonnés

Le Réveil