Confrontations multiples autour des éoliennes de la baie de Saint-Brieuc

Entretien vidéo sur Tébéo avec Hubert Coudurier, directeur de l'information du Télégramme, prochaines réunions à Saint-Brieuc et au port du Légué : le débat autour des éoliennes de la baie de Saint-Brieuc prend de l'ampleur.

Pour parler des enquêtes que j’ai conduites sur Mediapart (et que l’on peut retrouver ici) au sujet des éoliennes de la baie de Saint-Brieuc, j’ai été convié par Hubert Coudurier, directeur de l’information du quotidien Le Télégramme, à son émission « L’invité » sur la chaine de télévision du groupe de presse, Tébéo (Télévision Bretagne Ouest).

Enregistrée voici quelques jours, peu après la première plainte des pêcheurs des Côtes d’Armor pour violation de la Charte de l’environnement, mais avant la seconde plainte auprès du parquet national financier pour recel de favoritisme, l’émission a été diffusée vendredi 10 septembre en fin de journée. Alors que ce sulfureux projet de parc éolien suscite un rejet très massif dans le département, cet entretien m’a permis de détailler toutes ses incohérences, mises au jour par mes investigations, mais aussi ses dangers, à commencer par le processus de privatisations accélérée du service public de l’électricité dans lequel il s’insère au profit de groupes prédateurs.

Le débat citoyen autour de ce projet prend de l’ampleur en Bretagne, et j’ai été invité dans d’autres enceintes pour présenter les résultats de mes enquêtes. Je veux en particulier signaler que, pour parler de ces investigations sur Mediapart, mais aussi de mon livre Prédations (La découverte), qui présente un tableau plus général des ravages des privatisations, j’ai été convié par « Ensemble 22 » à deux débats. Le premier se tiendra vendredi 24 septembre à 20 heures, dans la petite salle de Robien, à Saint-Brieuc ; et le second, le samedi 25 septembre, à 16 heures, à la salle Edelweiss, au port du Légué, à Plérin. D’autres invités participeront à ces débats.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.