Ce qu’Aristophane nous enseigne sur «la folie des plus riches»

En ces temps de crise sociale, la première idée qui passe par l’esprit n’est pas de se (re)plonger dans Aristophane. Erreur : son «Ploutos», dieu de la richesse dans la mythologie grecque, joué magnifiquement au Théâtre de l’Épée de bois, à la Cartoucherie de Vincennes, présente une allégorie d’une formidable actualité sur les ravages de l’argent.

Non, assurément, en ces temps de crise sociale, la première idée n’est, de fait, pas de découvrir ou de redécouvrir Aristophane (né vers 445 avant J.-C., mort vers 386 avant J.-C.), poète grec un tantinet oublié. Pour quelques-uns qui ont fait leurs humanités, son œuvre renvoie le plus souvent à de vieux souvenirs, plutôt effacés – j’avoue que c’est mon cas. Et pour beaucoup, son œuvre est inconnue.

Alors, en ces jours de grève, l’idée ne vient pas spontanément d’aller à la Cartoucherie de Vincennes, au Théâtre de l’Épée de bois, pour entendre l’une des pièces de théâtre d’un poète si ancien, et pas la plus connue. Il y a bien le nom de l’œuvre, Ploutos, qui fait dresser l’oreille. Car on comprend bien, même si on ne connaît pas cet auteur, que Ploutos a à voir avec l’argent. Et que c’est la racine qui a conduit à former le mot de ploutocratie – le pouvoir des riches –, qui en de nombreux lieux a tellement fait de ravages sur la démocratie. Mais on ne se prend pas à penser qu’une telle œuvre, si ancienne, peut donner à réfléchir sur notre époque.

capture-d-e-cran-2020-01-12-a-16-14-22
Et pourtant si ! Adaptée par Olivier Cruveiller et mise en scène par Philippe Lanton, la pièce Ploutos, l’argent Dieu, est formidablement réjouissante. C’est Aristophane qui sert de trame au récit, mais il s’agit d’une interprétation libre, joyeuse, intelligente, qui se dégage du texte, parfois même qui l’oublie pour faire des digressions surprenantes ou inattendues, mais ensuite qui y revient, et qui donne de la force et surtout qui souligne l’actualité de l’allégorie du poète.

Cette allégorie, le théâtre la résume simplement : « Ploutos, dans la mythologie grecque, désignait le dieu de la richesse et de l’abondance. Zeus, pour éviter que Ploutos devienne le bienfaiteur des hommes et menace ainsi son pouvoir, a décidé de le rendre aveugle. Les biens distribués par Ploutos vont, en conséquence, essentiellement vers les nantis. Sur le bon conseil de l’oracle d’Apollon, un honnête citoyen d’Athènes, Chrémyle, et son esclave Carion proposent à Ploutos de l’aider à recouvrer la vue s’il promet de venir en aide aux nécessiteux… »

On devine donc sans peine la force et l’actualité de l’histoire. Au fil de la pièce, portée par une troupe talentueuse, tantôt joyeuse et moqueuse, tantôt sérieuse, on découvre les ravages de l’argent ; l’argent qui corrompt ; l’argent qui corrompt l’amour ; l’argent qui corrompt la démocratie. Et à vingt-cinq siècles d’intervalle, on entend des répliques qui font sourire, tant elles semblent avoir été écrites pour nos temps présents. Sur « la folie des plus riches qui guident la raison des plus pauvres » ; sur la nécessité de « moraliser la vie publique ».

Buste d'Aristophane (Musée des Offices, Florence) Buste d'Aristophane (Musée des Offices, Florence)
En ces temps de conflit social et de grèves, c’est donc tout au contraire précieux d’assister à pareil spectacle. Car celui-ci donne de la profondeur et de l’intelligence à nos controverses et nos combats d’aujourd’hui. Contemporain de la guerre du Péloponnèse, qui vit sombrer la jeune démocratie athénienne face à Sparte et aboutit au rétablissement de la tyrannie, Aristophane nous invite à réfléchir à la richesse, à la pauvreté, à la corruption, à la cupidité. On ne peut du même coup s’empêcher de penser qu’il nous invite à réfléchir sur nous-même. Et sur notre propre démocratie, qui va si mal.

   ------

J’invite celles et ceux qui voudraient en savoir plus à consulter ici la présentation de la pièce et là un dossier beaucoup plus complet (pdf, 992.5 kB). Pour quiconque veut lire le texte originel de Ploutos – qui n’est donc pas celui de la pièce –, il peut être consulté ici.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.