Le Collectif « Pour un pôle public financier au service des droits » en défense de Mediapart

Le Collectif « Pour un pôle public financier au service des droits », qui regroupe de très nombreux syndicats de toutes tendances et de nombreuses associations citoyennes vient d’apporter son soutien à Mediapart à la suite des poursuites en diffamation que la Société nationale immobilière (SNI), filiale de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), ainsi que son président, André Yché, ont décidé d’engager contre nous.

Le Collectif « Pour un pôle public financier au service des droits », qui regroupe de très nombreux syndicats de toutes tendances et de nombreuses associations citoyennes vient d’apporter son soutien à Mediapart à la suite des poursuites en diffamation que la Société nationale immobilière (SNI), filiale de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), ainsi que son président, André Yché, ont décidé d’engager contre nous.

Ces poursuites, je les ai annoncées dans un billet de blog que l’on peut retrouver ici : Logement social : la Caisse des dépôts poursuit Mediapart. J’y relevais que, selon mes informations, Jean-Pierre Jouyet, ancien directeur général de la CDC et actuel secrétaire général de l’Elysée, avait donné son aval au déclenchement de cette procédure qui, par son ampleur, constituait une mise en cause du droit à l’information.

En réaction à cette annonce, le Collectif a donc décidé de rendre publique une prise de position que l’on peut lire ci-dessous.  Cette prise de position est importante car le Collectif regroupe donc de très nombreux syndicats et associations, et notamment ceux qui interviennent dans le secteur public financier (Caisse des dépôts, SNI, Banque de France, La Poste, Caisses d’épargne…).

Voici donc ce communiqué :

Collectif «Pour un Pôle public financier au service des Droits»

CGTG IEDOM/AFD GUADELOUPE, SNB/CFE-CGC IEDOM/AFD GUADELOUPE, CGTR IEDOM/AFD REUNION, SNB IEDOM/AFD MARTINIQUE, CGT MA IEDOM MAYOTTE, SNUCLIAS-FSU, CREDIT FONCIER: CFTC, CFE/CGC, CGT, SU/SNA, et CFDT (sous délégation SPUCE), CAISSES D’EPARGNE (COLLECTIF NATIONAL CGT CAISSES D’EPARGNE, SNP FO), SNUP- CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS – FSU, CGT BANQUE DE FRANCE, CGT AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT, SPUCE CFDT (PARIS- ILE DE FRANCE: BANQUE DE FRANCE, CAISSES D’EPARGNE, CREDIT FONCIER, AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT), INDECOSA CGT, UNION SYNDICALE SOLIDAIRES, FEDERATION SUD PTT, UNION FEDERALE DES RETRAITES CGT DE LA BANQUE ET DE L’ASSURANCE

AFVS (Association des familles victimes du saturnisme), AITEC (Association internationale des techniciens et chercheurs), ATTAC, FONDATION COPERNIC, MARCHES EUROPEENNES, DAL (Droit au Logement), CONVERGENCES POUR LES SERVICES PUBLICS, COORDINATION NATIONALE DE DEFENSE DES HOPITAUX ET DES MATERNITES DE PROXIMITE, RESISTANCE SOCIALE

Communiqué du 12 mai 2014

Une filiale de la Caisse des dépôts s'attaque à un organe de presse: un enjeu démocratique dont il faut se saisir!

Sur son blog, Laurent Mauduit, journaliste et cofondateur de Médiapart, vient de révéler que la Société nationale immobilière (SNI), filiale immobilière d'intérêt général de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), ainsi que son président, André Yché, ont décidé d'engager des poursuites en diffamation contre Médiapart suite à la publication d'une série d'enquêtes récemment diffusée par ce journal en ligne:  Logement social : la Caisse des dépôts poursuit Mediapart

Cette plainte ne peut qu'interpeller toutes et tous les militant-e-s associatifs, syndicalistes et politiques attachés à la liberté de la presse, au droit au logement et à une conception républicaine du rôle que devrait jouer la Caisse des dépôts au service de la cohésion sociale de notre pays, notamment à travers l'activité de la SNI.

En effet, la série d'articles publiée par Médiapart et écrite par Laurent Mauduit, a mis en valeur des révélations d'intérêt public étayées par de nombreux documents (notamment la mise à jour d'un rapport confidentiel de la Cour des Comptes sur la gestion très contestable de la SNI) et relayées par d'autres organes de presse. Elle a permis de souligner les graves dérives qui affectent aujourd'hui la gestion de la SNI (népotisme, affairisme, risque de privatisation notamment…).

Cette plainte n'est donc manifestement ni respectueuse de la liberté d'information ni du rôle que l'on est en droit d'attendre de la CDC et de la SNI, 1er bailleur du pays et 1er bailleur social de France, et cela au moment même où plusieurs millions de nos concitoyen-ne-s souffrent d'une crise du logement qui les affecte durement et quotidiennement.

Aussi, le Collectif «Pour un Pôle public financier au service des Droits» appelle l'ensemble des hommes et des femmes attachés à la liberté d'information et à la défense des droits à se saisir du procès en diffamation à venir pour se mobiliser en faveur de la défense et de la promotion des libertés publiques et des droits économiques et sociaux (droit au logement bien entendu mais également droit à l'emploi et et à la conversion écologique de l'économie pour lesquels on attend que la CDC s'investisse résolument sur la base de véritables critères sociaux et environnementaux).

Le procès en diffamation intenté par la SNI, filiale de la CDC, peut et doit être l'occasion de débattre largement, de mobiliser les militants associatifs, syndicalistes et politiques en faveur d'une réorientation, au service de l'intérêt général, de la gestion de la SNI et de la Caisse des dépôts et consignations, et cela en pleine conformité avec les besoins économiques et sociaux de notre pays.

Paris, le 12 mai 2014

                                  --------------------------------

POST-SCRIPTUM: Initialement, ce communiqué portait également la signature de la Fédération CGT des finances, qui est membre du Collectif. Mais la responsable de cette fédération m'a demandé de ne plus faire mention de sa signature. J'ai donc naturellement pris en compte sa demande, même si je m'interroge sur les raisons de ce retrait dans une affaire qui porte sur une question démocratique élementaire, à savoir le droit à l'information - d'autant que plusieurs syndicats CGT adhérents de cette même fédération ont, eux, signé ce texte.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.