Laurent Mauduit
Journaliste, cofondateur de Mediapart
Journaliste à Mediapart

152 Billets

5 Éditions

Billet de blog 21 avr. 2020

Les mauvaises manières du patron de la Caisse des dépôts

A la suite de la révélation par Mediapart d’une note sur l’hôpital recommandant une marchandisation de la santé, Eric Lombard condamne « l’exploitation » qui en a été faite et veut sanctionner deux syndicalistes, mettant ainsi en cause la liberté de la presse et la liberté syndicale.

Laurent Mauduit
Journaliste, cofondateur de Mediapart
Journaliste à Mediapart

C’est un climat lourd qui règne, au sein de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), sans précédent au cours de ces dernières années. A la suite de la révélation par Mediapart, le 1er avril dernier, d’une note explosive écrite par deux hauts fonctionnaires de l’établissement, recommandant une marchandisation généralisée de la santé et une accélération de la privatisation rampante de l’hôpital public, le directeur général, Eric Lombard, a organisé une chasse aux sorcières et voudrait sanctionner deux syndicalistes.

Dans un communiqué publié ce mardi 21 avril (

que l’on peut télécharger ici (pdf, 119.3 kB)

), l’Union des syndicats CGT du groupe Caisse des dépôts s’en inquiète à juste titre : « La teneur très néo-libérale de cette note, commentée par l’Humanité, Marianne et même l’AGEFI, a créé la stupéfaction des personnels de la CDC, tout autant que l’indignation des agents hospitaliers et des élus et parlementaires, suscitant même l’interpellation du gouvernement et semant le trouble dans le débat citoyen nécessaire autour de l’urgence vitale de l’investissement dans l’hôpital public », souligne le communiqué. Avant d’ajouter : « Plutôt que de démentir publiquement les propositions scandaleuses de cette note, plutôt que de corriger le tir, en intervenant sur l’idéologie et le système managérial qui ont conduit à de tels errements au sein même d’une institution financière publique, la direction de la CDC a choisi de lancer la chasse aux lampistes ! Ainsi, une militante de la CGT, salariée de droit privé, et une militante fonctionnaire du SNUP (FSU) viennent de recevoir une convocation pour un entretien préalable à sanction, au motif de diffusion d’une note interne ”confidentielle”. Comme par hasard, sur plusieurs dizaines de destinataires internes de cette note, seules 2 syndicalistes, membres des seuls syndicats à s’être exprimé publiquement sur le sujet, font l’objet de cette convocation. Comment ne pas voir dans cette procédure, une manœuvre de discrimination et une tentative inadmissible d’entrave à la libre expression syndicale ? ».

Cette tentative d’intimidation du mouvement syndical n’a pas de précédent récent au sein de l’établissement. Attaché au consensus, le précédent directeur général, Pierre-René Lemas n’a ainsi jamais usé de telles méthodes et s’appliquait à conduire avec les syndicats un dialogue respectueux. Je peux d’autant plus en attester que j’avais fait l’objet d’une plainte en diffamation d’un directeur de l’établissement, ourdie à l’Elysée, et Pierre-René Lemas, attaché à la liberté de la presse, avait fait en sorte que cette plainte soit retirée.

Eric Lombard, lui, n’a visiblement pas ce souci. Son premier souhait, semble-t-il, est de rien faire qui déplaise à l’Elysée. C’est d’ailleurs l’histoire même de cette note qui en atteste. Alors que le chef de l’Etat a longtemps défendu une approche néolibérale, et que la politique de la santé en a fait les frais, cette note a été conçue dans ce même état d’esprit. Mais dans l’intervalle, dans les turbulences terribles de la crise sanitaire, l’Elysée a abandonné cette approche, et se dit désormais en faveur de l’État-providence, qu’Emmanuel Macron dénonçait peu avant. La note est donc arrivée à contretemps, soulignant le pas de deux et les incohérences du pouvoir.

Or, au lieu d’en faire le constat, et d’assumer cette politique sinueuse, Eric Lombard a d’abord mis en cause, lors d’une visioconférence, « l’exploitation qui a été faite de cette note », la jugeant « cocasse ». A mots à peine couverts, il a donc mis en cause le travail de Mediapart, qui pourtant s’était attaché à décrire minutieusement les travaux conduits au sein de la CDC.

Et maintenant, donc, ce sont deux syndicalistes qui sont menacés de sanction. Ce qui constitue une très mauvaise manière de la part du patron de la CDC. Plutôt que de mettre en cause simultanément la liberté de la presse et la liberté syndicale, il serait mieux avisé de réfléchir à cette question grave : pourquoi la CDC a-t-elle été fréquemment emportée ces dernières années – bien avant d’ailleurs son arrivée - dans ces dérives néolibérales, et même trop souvent dans des dérives affairistes ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
En Colombie, Francia Márquez, première afro-descendante à la vice-présidence, suscite l’espoir
Francia Márquez entre en fonctions aux côtés du nouveau président Gustavo Petro dimanche 7 août. Cette femme noire et activiste écoféministe a promis d’« éradiquer le patriarcat » en Colombie et de lutter contre les discriminations, mais les écueils seront nombreux.
par Sophie Boutboul
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente-deux morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent une enfant de 5 ans et un chef du groupe armé palestinien Djihad islamique palestinien, ont annoncé les autorités sanitaires locales. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive » contre le Djihad islamique palestinien.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale