Laurent Mauduit
Journaliste, cofondateur de Mediapart
Journaliste à Mediapart

152 Billets

5 Éditions

Billet de blog 22 févr. 2009

Alain Minc, une petite boule de haine

Pour avoir écrit un livre sur Alain Minc (Petits conseils, Stock, 2007) et décrit ses amitiés et ses fâcheries dans le petit microcosme du capitalisme parisien, je savais que notre homme, si policé en apparence, si urbain et aimable, pouvait en certaines circonstances se transformer en une personnalité beaucoup moins accorte. Qu'il pouvait devenir brutal et perdre son calme. Et que l'intellectuel raffiné dont il aime à donner l'image pouvait se crisper, se ratatiner, pour prendre des traits inattendus. Un petit concentré d'acrimonie. Une petite boule de haine...

Laurent Mauduit
Journaliste, cofondateur de Mediapart
Journaliste à Mediapart

Pour avoir écrit un livre sur Alain Minc (Petits conseils, Stock, 2007) et décrit ses amitiés et ses fâcheries dans le petit microcosme du capitalisme parisien, je savais que notre homme, si policé en apparence, si urbain et aimable, pouvait en certaines circonstances se transformer en une personnalité beaucoup moins accorte. Qu'il pouvait devenir brutal et perdre son calme. Et que l'intellectuel raffiné dont il aime à donner l'image pouvait se crisper, se ratatiner, pour prendre des traits inattendus. Un petit concentré d'acrimonie. Une petite boule de haine...

Mais jusqu'à présent, cette violence-là, si beaucoup d'ex-amis d'Alain Minc me l'avaient décrite pour en avoir été les victimes, je n'en avais pas fait l'expérience personnellement. Pas directement, en tout cas.

Car quand mon livre est sorti, Alain Minc a choisi l'esquive. De très nombreuses fois, par médias interposés, je lui ai proposé une confrontation. Je lui ai proposé de parler des faits que j'avais mis à jour. Des conflits d'intérêt incessants dans lesquels il se place. De son rôle et de sa responsabilité dans l'instrumentalisation du journal Le Monde au plan éditorial pour le compte d'Edouard Balladur puis de Nicolas Sarkozy, et de son naufrage, au plan économique.

Mais de ces faits précis, détaillés, que le livre raconte ; de cette enquête que j'ai faite sur son rôle à la confluence de la vie des affaires, de la presse et de la politique, il n'a jamais voulu parler. De face à face avec lui, il n'y en a donc jamais eu. Guillaume Durant, sur France 2 nous avait proposé une confrontation, que j'avais aussitôt acceptée. Mais Alain Minc l'a refusée.

Pendant presque un an à un an et demi, Alain Minc a donc choisi la stratégie du silence. Pas un mot ou presque ; pas une critique : il a fait comme si ce livre d'enquête sur lui n'existait pas. Cette confrontation autour des faits, il a tout fait pour l'éviter.

Mais visiblement, ces temps-là sont révolus pour Alain Minc. Pensant sans doute que le livre a perdu de son actualité, Alain Minc a choisi depuis quelques temps un autre registre, celui de la colère. Comme s'il s'était trop contenu, pendant trop longtemps, le voilà qui explose, à chaque fois que cette enquête est évoquée devant lui.

Quiconque veut s'en rendre compte peut écouter Alain Minc, qui était l'invité, samedi 21 février, de l'émission «Masse critique» sur France culture, présentée par Frédéric Martel. Comme si mon nom avait le don de le faire sortir de ses gongs, il a craché sa colère contre moi pendant presque une heure, à tout propos, et même hors de propos, assurant d'abord que je n'étais pas journaliste -ah bon ? ; décelant en moi ensuite un dangereux révolutionnaire. Et le tout à l'avenant, tout au long de l'émission, comme une véritable obsession...

L'émission peut-être écoutée pendant une semaine en passant par ce lien.

©  (pdf, 0 B)

De l'indifférence feinte, Alain Minc est donc brutalement passé à la violence irrépressible et débordante. Dans un cas comme dans l'autre, cela revient au même : des faits, Alain Minc ne veut surtout pas parler. L'invective après le silence, mais surtout pas de confrontation !

Ecoutant cette émission, je me suis pris à penser que l'animateur allait enfin lui poser la question : Mais enfin ! Au lieu d'éructer de colère, pourquoi ne pas débattre avec l'auteur de ce livre des faits qu'il rapporte ? Y en a-t-il un seul que vous puissiez contester ? De tous les conflits d'intérêts qu'il cite, de l'affaire Vinci jusqu'à Suez, en passant par les Caisses d'épargne ou encore l'empire Pinault, y en a-t-il un seul qui ne soit pas avéré ? De ce plagiat, pour lequel vous avez été lourdement condamné -beaucoup plus lourdement que vous ne faites mine de le dire-, pourquoi ne voulez-vous plus parler, alors que l'auteur en a établi le récit méticuleux ? Et si vous contestez tous ces faits, pourquoi avez-vous renoncé à porter plainte contre l'auteur, ce qui était votre intention initiale ? Pourquoi ne rencontrez-vous pas l'auteur pour le confondre, en même temps que ses contrevérités ?

Mais non ! C'est la force d'Alain Minc. Au cours de l'émission, l'animateur a laissé Alain Minc dire sa colère sans le renvoyer à la seule question qui vaille : les faits, quels sont-ils ? Parlons des faits, seulement d'eux ; et ne prenez pas des chemins de traverse...

Que Frédéric Martel, que je ne connais pas, me pardonne : en écoutant l'émission qu'il animait, c'est le regret que j'ai eu. Personne n'a jamais voulu organiser cette confrontation. Et, du coup, Alain Minc parvient à se faufiler dans la conversation. A travestir la réalité sans que nul ne lui en fasse le grief.

Sur France Culture, ce samedi, cela a été une caricature. Au diable les faits ! De bout en bout, il n'y a eu que des invectives. Oui, juste une petite boule de haine...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Genre
À l’École polytechnique de Montréal, un « attentat antiféministe »
Le 6 décembre 1989, un homme armé d’une carabine semi-automatique entre dans les locaux de l’École polytechnique de Montréal et tue 14 étudiantes. Considéré comme le premier meurtre antiféministe de masse, « Poly » a bouleversé les Québécois et les Québécoises, et marqué un tournant dans l’histoire du pays.
par Aurélie Lanctôt (La Déferlante)
Journal — Éducation
Suicide de Dinah, 14 ans : « On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau