Laurent Mauduit
Journaliste, cofondateur de Mediapart
Journaliste à Mediapart

152 Billets

5 Éditions

Billet de blog 23 janv. 2020

Appel contre la privatisation partielle de Polytechnique au profit de Total

Mediapart a récemment révélé que Total va installer sa direction Recherche et innovation sur le campus et va financer une chaire d’enseignement. Le projet indigne les étudiants. La plate-forme 350.org a lancé une pétition pour qu’il ne voie pas le jour.

Laurent Mauduit
Journaliste, cofondateur de Mediapart
Journaliste à Mediapart

Lors d’une récente enquête mise en ligne le 10 janvier, j’ai donc raconté dans quelles conditions le groupe Total va installer sa direction Recherche et innovation sur le campus de la prestigieuse école et financer une chaire d’enseignement, au mépris de la mission de l’établissement, qui est de former des ingénieurs au service de l’intérêt général. J’ai aussi raconté que la majorité des élèves avaient voté contre ce projet, estimant que la neutralité scientifique de la formation pouvait en être menacée.

Depuis, la mobilisation des polytechniciens a visiblement grandi puisqu’une pétition a vu le jour sur 350.org, à l'initiative de cette plate-forme.

Pour les lecteurs du journal de Mediapart, souvent très mobilisés contre les projets de privatisation de l’enseignement supérieur et de la recherche, je tenais donc à signaler cette initiative. Je pense utile de reproduire ci-dessous l’appel

                                          --------------------------------------------------

« Total prévoit de construire le site de sa Direction Recherche et Innovation au sein de Polytechnique ! C’est du jamais vu : un projet 10 000 m² en plein coeur de l’école où s’installeraient 250 salariés de Total. Dès qu’ils ont pris connaissance de ce projet, une majorité d’étudiantes et étudiants a exprimé son opposition lors d’un vote organisé par le bureau des élèves. 

Il y urgence, les travaux menacent de commencer sous peu : signez cette pétition pour que le projet de Total à Polytechnique ne voit jamais le jour. 

Soyons un grand nombre à exprimer notre indignation face à ce projet qui lierait irrémédiablement l’image de l’école publique sous la tutelle du ministère des armées, à la multinationale pétrolière et gazière.

Total n’a rien à faire à Polytechnique, ni dans aucune institution ayant le devoir de défendre l’intérêt général : faites le savoir au président de l’école en signant cette pétition. 

L’hypocrisie est flagrante : Polytechnique ne peut pas prétendre former ses étudiant·es à construire le futur, tout en ouvrant grand les portes à un acteur qui ne leur en réserve aucun. Total a été historiquement confronté à de multiples allégations de corruption et à la mise en cause de sa responsabilité pour de graves atteintes à l’environnement et aux droits humains. Le dernier rapport du GIEC est sans appel, tout nouveau projet fossile est inadapté au budget carbone conforme aux objectifs de l’accord de Paris. Total prévoit pourtant de les poursuivre ou de les amplifier, notamment dans des pays qui subissent déjà les conséquences les plus dramatiques du dérèglement climatique, comme en Afrique du Sud ou en Mozambique.

En 2018, Total a financé la production d’hydrocarbures pour 9,2 milliards de dollars d’investissements contre seulement 500 millions dans le secteur décrit comme “bas carbone” à savoir gaz (!) et renouvelables. Total n’est donc pas seulement à la traîne : la multinationale n’a aucune intention de se redéployer réellement vers les énergies renouvelables. La présence envahissante de Total au sein de cette école qui promeut l’excellence a de quoi choquer. »

« Au contraire, des ressources faramineuses sont mobilisées dans des campagnes de communication et de lobbying, pour duper l’opinion publique et tromper les décideurs. Nous refusons que Polytechnique soit instrumentalisée à ces fins alors que la dynamique pour contrer l’influence de cette industrie n’a jamais été aussi forte, en témoigne la moitié des universités ayant coupé leurs liens avec l’industrie fossile au Royaume-Uni ou les 1150 autres institutions à travers le monde.

La dynamique pour contrer l’influence de l’industrie fossile n’a jamais été aussi forte, en témoigne la moitié des universités ayant coupé leurs liens avec l’industrie fossile au Royaume-Uni ou les 1150 autres institutions à travers le monde. 

Face à l’urgence climatique, toute institution à un devoir de responsabilité. Polytechnique, une école publique, sous la tutelle du Ministère des Armées, dont la mission première est de former des ingénieurs qui mettront leurs compétences aux services de l’Etat, de la collectivité, et de l’intérêt général, devrait avoir au moins l’ambition de ne pas légitimer la présence de Total en plein coeur de l’école. 

L’influence de Total dans l’éducation supérieure ne se limite hélas pas à Polytechnique, une campagne est également active à Sciences Po où les étudiant.e.s sont mobilisé.e.s, mais avec votre soutien, commençons par ajouter cette nouvelle victoire à la liste ! »

« Demandons ensemble :

  • L’arrêt du projet de centre de recherche et innovation immédiatement, avant que le chantier de construction du bâtiment débute et l’abandon total du projet : un engagement à ce qu’il ne soit pas transformé discrètement sous une autre forme.
  • La suspension de tous les liens avec le géant Total : la suspension de Patrick Pouyanné, PDG de Total, du Conseil d’Administration de Polytechnique, la fin de la chaire d’enseignement et de recherche que Total a négociée dans la foulée en 2018.

Pour aller plus loin : 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES