Défense de parler des oligarques dans... la presse des oligarques!

Mon livre « Main basse sur l’information » a suscité l'embarras ou a été passé sous silence par de nombreux médias qui ont été croqués par des puissances d'argent. Preuve que, du Monde jusqu'à Libération en passant par L'Express, BFM-TV et bien d'autres médias encore, il est interdit de parler des oligarques dans la presse... des oligarques! Ici commence la première des censures.

Mon souhait, en écrivant Main basse sur l’information (Editions Don Quichotte), était d’alerter les citoyens, en ces temps politiques si inquiétants, sur l’état d’asservissement de la presse, et donc sur les graves menaces qui pèsent sur la liberté de la presse dans notre pays, liberté sans laquelle il n’y a pas de réelle démocratie. Las ! La tâche est difficile à accomplir, car comme on s’en doute, les médias croqués par nos milliardaires ne manifestent guère d’entrain à parler d’un essai qui décortique la main mise que les puissances d’argent exercent sur eux.

Je dois certes avouer que je m’en doutais un peu. Décortiquant cette opération de prédation sur la presse – qui est aussi une opération de prédation sur la démocratie – je savais par avance que mon travail ne bénéficierait pas d’une large publicité dans les journaux qui ont été croqués par une poignée de milliardaires.

La sortie de mon livre s’est donc déroulée strictement comme je le subodorais. Mediapart en a publié les bonnes feuilles. Puis des journaux attachés comme nous à la liberté et l’indépendance de la presse se sont fait l’écho de mon enquête, comme L’Humanité, Politis. Beaucoup de médias étrangers ont fait de même, comme Le Soir ou l’Echo en Belgique, Il Manifesto en Italie, ou encore Le Temps ou La Tribune de Genève, en Suisse. Et puis, il y a eu quelques médias audiovisuels, en vérité peu nombreux, comme TV5Monde, ou encore France 3 Poitou Charente.

Mais partout ailleurs, ou presque partout, j’ai trouvé porte close : défense de parler des oligarques dans la presse des oligarques. Parfois, on me l’a dit carrément : vous n’y pensez pas ! Parfois, je me suis seulement heurté à la stratégie du silence.

Pas une ligne donc dans Libération par exemple, ni dans L’Express ! J’ai ainsi fait l’expérience que dans la presse croquée par le financier Patrick Drahi, il était proprement inconcevable d’évoquer une enquête dévoilant dans quelles conditions ce milliardaire a mis la main sur ces médias et les dangers éditoriaux qu’il fait peser sur eux.

sms1
sms2
sms3
sms4
Participant le 27 septembre sur France Inter à l’émission de Laurent Goumarre « Le nouveau rendez-vous », à laquelle était également invité le directeur de Libération (et ex-directeur de l’Obs) Laurent Joffrin (émission que l’on peut réécouter ici), j’ai d’ailleurs très vite compris l’hostilité que ce dernier nourrissait contre la presse indépendante en général, et contre moi en particulier. Alors que nous étions interrogés sur le licenciement pour motif politique de l’ex-directrice adjointe de la rédaction de L’Obs, Aude Lancelin – fait absolument sans précédent dans la vie du groupe Le MondeL’Obs, Laurent Joffrin s’est appliqué à défendre la purge mise en œuvre par les actionnaires de L’Obs et du Monde) : le site Acrimed a rendu compte ici de notre échange lors de cette émission.

Notre controverse ne s’est d’ailleurs pas limitée à la seule affaire Aude Lancelin. Dans la foulée, je lui ai aussi dit ma sidération qu’il ait fait violence à la rédaction de Libération afin d’organiser un Forum sur la liberté de la presse les 9 et 10 octobre 2015 à Libreville, à la demande de l’infréquentable autocrate Ali Bongo qui espérait ainsi redorer son image – forum poisseux qui, sans rire, avait pour intitulé « Le défi de l’indépendance » et qui a rapporté quelque 3 millions d’euros aux actionnaires de Libération, versés par les autorités gabonaises.

Alors forcément, que le quotidien dirigé par le même Laurent Joffrin ne se fasse pas l’écho de l’enquête qui pointe ces dérives, voici qui ne m’a pas franchement surpris. Pas plus que n’ont été surpris les amis que j’ai gardés dans ce journal, qui m’ont aidé par leurs conseils dans mon travail.

Pas une invitation non plus sur BFM-Business, sur BFM-TV ou sur RMC dont le même Patrick Drahi va prendre progressivement le contrôle. Je m’en suis amusé voici quelques temps en adressant un message ironique au patron du groupe NextRadioTV, Alain Weill, qui a choisi de s’allier à Patrick Drahi pour lui passer progressivement le contrôle de ces médias. Lui qui a souvent prétendu vouloir construire un groupe indépendant, j’ai voulu le prendre au mot, en lui adressant ce SMS moqueur (voir ci-contre), lui proposant de lui adresser mon livre, si d’aventure il n’y avait pas eu accès. Mi moqueuse, mi sérieuse, la réponse d’Alain Weill n’a pas tardé, m’assurant que je n’étais pas du tout « black-listé » et que je prêtais décidemment de biens noirs desseins à Patrick Drahi et à lui-même. Et le message était ponctué de ce post-scriptum : « Je parle aux équipe :)) » Echange parfaitement cordial et civil, donc. Mais cela n’a strictement rien changé.

D’ailleurs, dans les jours qui ont suivi, l’un des cadres du groupe d’Alain Weill, Stéphane Soumier, directeur de la rédaction de BFM-Business, très actifs sur les réseaux sociaux, m’a fait comprendre que je ne serai effectivement pas le bienvenu pour parler de la mise sous tutelle des grands médias par les puissances d’argent : « Ben tu nous fais un procès d’intention sur 400 p, tu attendais quoi ? », m’a-t-il dit dans un tweet, prenant fait et cause pour son actionnaire.

sms-soumier

A LCI aussi, où l’on m’invitait pourtant périodiquement pour débattre de l’actualité, j’ai également trouvé porte close. Et face à mon étonnement, on m’a servi l’explication de la direction de la chaîne : il était impossible d’évoquer un livre qui parle longuement de Patrick Drahi et d’Alain Weill car LCI a déjà assez de sujets de friction avec ses concurrents pour en ajouter encore un autre…

Et à cette liste (qui n’est pas exhaustive) des médias embarrassés, il faut encore ajouter Le Monde. Pour dire vrai, quand mon livre est sorti, j’ai pensé une médisance : j’ai supposé que le quotidien n’aurait pas le courage d’évoquer en grand mon enquête, qui détaille les cheminements, parfois tortueux ou sulfureux, des trois oligarques qui en sont maintenant les propriétaires, Xavier Niel, Matthieu Pigasse et Pierre Bergé, mais, un peu faux-cul, qu’il ferait une rapide mention de mon livre. Histoire de ne pas être suspecté de faire acte de censure quand il est question de ses propres actionnaires ; comme la direction du Parisien, maintenant propriété du milliardaire Bernard Arnault, a été mis en cause pour ne pas avoir voulu publier une critique du documentaire Merci patron, consacré au même Bernard Arnault.

Eh bien non ! Je me suis trompé. Le Monde n’a pas plus évoqué Main basse sur l’information et la longue enquête qui y apparaît sur les trois actionnaires du Monde. Pas une allusion ! Pas une ligne…

Jouant les candides, j’ai adressé un mail à mon ancien confrère et actuel directeur du journal, Jérôme Fenoglio, pour m’assurer que le livre avait bien été adressé aux bonnes personnes au sein de la rédaction. Et sans réponse de lui, je l’ai relancé deux semaines plus tard. Sans plus de succès: mon interlocuteur n'a pas même pris la peine de me répondre.

Il faut d’ailleurs observer que ma consoeur Aude Lancelin a sans doute failli connaître le même sort, celui de l’oubli, avec son livre Le monde libre (Les liens qui libèrent), mettant en scène les trois mêmes actionnaires, qui sont aussi ceux de L'Obs, dont elle a été brutalement congédié. Car dans un premier temps, Le Monde n’en a pas fait mention. Mais quand l’ouvrage a été récompensé, le 3 novembre, par le prix Renaudot essai, le silence s’est sans doute avéré impossible à maintenir. Alors, le quotidien y a consacré une courte recension, passablement fielleuse, se concluant de la sorte : « De ce tableau sans nuance, [Aude Lancelin] tire la conclusion de l’extinction programmée d’une forme historique de journalisme, peu à peu remplacée par un désert des contenus”dont l’esprit”aurait disparu, dans des médias vivant sous le” régime de terreur du capitalisme actionnarial”. Une vision crépusculaire qu’on peut ne pas vouloir partager, tant elle semble à son tour habitée de nostalgie et d’un sentiment d’inéluctable déclin ».

capture-d-e-cran-2016-11-28-a-10-28-24
En somme, les trois actionnaires du Monde peuvent être sereins : en violation des règles d’indépendance qui, en d’autres temps, régissaient son fonctionnement, le journal fait le silence sur certaines enquêtes qui peuvent les viser ou alors tire au bazooka sur tout auteur qui les met en cause. En d’autres temps toujours, cela aurait ému beaucoup de gens au sein du journal. Mais pour l’occasion, il n’y a guère eu que les courageux et chaleureux correcteurs du Monde qui n’ont pas su, comme cela leur arrive souvent, garder leur langue (piquante) dans leur poche. Signalant la parution dans un billet sur leur blog de mon ouvrage et de celui d’Aude Lancelin, ils ont eu ces mots caustiques : « Leurs auteurs, respectivement Laurent Mauduit et Aude Lancelin, perfides crypto-gauchistes, prétendent que ces honorables milliardaires se paient les médias pour faire avancer leurs propres affaires : il y a toujours des râleurs pour dénigrer nos grands entrepreneurs. » Et dans la foulée, ils s’amuse du titre du livre Le monde libre, faisant valoir qu’il est « un tantinet énantiosémique ». Traduction du mot « énantiosémie » par Wikipedia : « Fait pour un mot de signifier une chose et son contraire, ambivalence de celui-ci autorisant des interprétations opposées ». En clair Le monde libre, c’est Le monde asservi

Mais cessons-là ! Il y a encore bien d’autres médias qui n’ont guère aimé que l’on s’intéresse d’un peu trop près à leurs actionnaires, et aux ravages éditoriaux que leur main mise suscite. Y-aurait-il eu une opération main basse sur l’information ? Les actes de censures, les pratiques d’auto-censure, les exclusions deviendraient-elles monnaie courante ? Avec Xavier Niel, Vincent Bolloré ou encore Patrick Drahi, d’immenses oligopoles ne seraient-ils pas en formation, faisant peser sur le droit de savoir des citoyens des dangers nouveaux et gravissimes ? Chut ! Parlons-en le moins possible, de sorte que cette question ne soit pas inscrite à l’agenda du débat public. De sorte que de « perfides citoyens crypto-gauchistes » n’aient pas l’audace de verser à ce débat public l’idée de durcir les lois anti-concentration contre la mainmise des milliardaires sur la presse, ou de promouvoir des mesures pour favoriser la presse libre et indépendante…

Cet extrême embarras qu’éprouve la plupart des grands médias à parler de leurs actionnaires fonctionne donc comme un révélateur : on peut y discerner les dangers d’asservissement qui les menace ou auxquels ils ont déjà succombé. Ne pas parler des oligarques dans la presse des... oligarques: ici commence la première des censures...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.