Laurent Mauduit
Journaliste, cofondateur de Mediapart
Journaliste à Mediapart

152 Billets

5 Éditions

Billet de blog 29 sept. 2021

Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat

A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).

Laurent Mauduit
Journaliste, cofondateur de Mediapart
Journaliste à Mediapart

C’est une initiative utile qu’ont prise les militants des Côtes d’Armor d’Ensemble !. Comme le débat autour du sulfureux projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc ne cesse de prendre de l’ampleur dans le département, ils m’avaient invité à venir prendre la parole lors de deux réunions-débats pour présenter les conclusions de mon livre Prédations (La découverte), décrivant les ravages de 35 années de privatisation en France, et celles de mes enquêtes récentes sur Mediapart, consacrées à ces éoliennes géantes, qui visent à privatiser une partie du domaine public maritime, et à accélérer la privatisation du service public de l’électricité.

Au port de Paimpol © LM

Vendredi 24 septembre au soir, il y avait donc beaucoup de monde à Saint-Brieuc – pas loin d’une centaine de personnes – pour venir m’écouter présenter le résultat de mes investigations. Mais la réunion ne s’est pas déroulée comme on l’avait conçue initialement. Dans l’assistance, il y avait Katherine Poujol, la responsable de l’association « Gardez les caps ! », qui a joué un rôle majeur depuis plus de dix ans pour alerter l’opinion sur les dangers nombreux de ce parc éolien et sur les irrégularités auxquels il avait donné lieu. En cours de soirée est aussi arrivée Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France, l’ONG qui joue un rôle important dans la défense et la protection des océans. Nous les avons donc priées, toutes les deux, de me rejoindre à la tribune, pour y prendre la parole et apporter leurs expertises.

Dans la salle était également présent Grégory Metayer, vice-président du Comité des pêches des Côtes d’Armor, lequel est à l’origine des deux plaintes pour violation de la Charte de l’environnement et pour recel de favoritisme, évoquées récemment sur Mediapart. Le représentant des pêcheurs est donc à son tour venu à la tribune pour expliquer la mobilisation de la profession. Résultat : la réunion s’est révélée beaucoup plus réussie et dynamique que nous ne l’escomptions.

Au port de Paimpol © LM

Pour la seconde réunion, qui a eu lieu le lendemain au port du Légué, en contrebas de Saint-Brieuc, devant à nouveau une centaine de personnes, nous avons donc changé d’entrée de jeu l’ordonnancement du débat : Katherine Poujol, Lamya Essemlali et moi-même avons lancé les débats en faisant chacun une intervention liminaire, pour engager les débats avec la salle, riches et chaleureux. Débats qui ont débouché sur une proposition : la création d’un Comité citoyen pour la défense de la baie de Saint-Brieuc

Une partie de nos interventions, lors du premier débat à Saint-Brieuc, a donné lieu à une captation vidéo. On trouvera donc, dans l’ordre chronologiques où elles ont été présentées, mon intervention, puis celles de Katherine Poujol et de Lamya Essemlali.

Mon intervention en ouverture du débat

L'intervention de Katherine Poujol (Gardez les caps!)

L'intervention de Lamya Essemlali (Sea Shepherd France)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener