mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart sam. 24 sept. 2016 24/9/2016 Dernière édition

L'infiltration policière des manifestations est un fait, mais comment l'interpréter?

L'infiltration de nombreux policiers dans les manifestations actuelles, en civil et parfois déguisés en syndicalistes, est un fait. Il suffit d'un exemple indiscutable pour le prouver.

L'infiltration de nombreux policiers dans les manifestations actuelles, en civil et parfois déguisés en syndicalistes, est un fait. Il suffit d'un exemple indiscutable pour le prouver. A Lyon, des témoignages concordants ont été finalement prouvés par une vidéo et, du coup, le Préfet lui-même a été obligé de reconnaître les faits, ajoutant même au passage qu'il s'agissait d'une « tradition » dans le travail de police. Quelques jours auparavant, le chef local de la police (DDSP) parlait pourtant de « mythomanie »...

On eut ainsi apprécié que les conseillers du ministre de l'Intérieur lui fassent reconnaître plus tôt la pratique de l'infiltration, au lieu d'attendre les déclarations à l'emporte-pièce de tel ou tel pour mieux se draper dans la posture indignée et dénoncer les « vieilles ficelles d'extrême gauche » et les discours anti-police, comme s'empresse de le répercuter fidèlement le Figaro. Les déclarations furieuses de certains responsables policiers se trompent également de combat, quand elles ne font pas preuve d'une apparente naïveté comme cet ancien commissaire publié dans Rue 89. Mettre cette question sur le tapis ne signifie pas vouloir ternir l'image de la police, mais simplement chercher à connaître la vérité sur ses modes d'infiltration.
Eviter autant l'angélisme que la diabolisation
Pour le comprendre, il faut d'abord rappeler que tout cela est une affaire politique. La manifestation est un acte politique, elle est en l'occurrence une opposition directe et frontale à la politique du pouvoir actuel. Dès lors, le « maintien de l'ordre » policier déployé face aux manifestations est lui aussi une affaire politique. Les CRS, les gendarmes mobiles, et les policiers présents en civil, sont à ce moment là sous l'autorité des préfets représentant l'Etat.

Sachant cela, on comprend que le but de l'infiltration n'est pas principalement d'arrêter les méchants casseurs afin de protéger les gentils manifestants, comme le prétend la Com' gouvernementale sur un mode quelque peu « bisounours ». On se souvient d'ailleurs que, au contraire, c'est l'inaction des CRS face aux casseurs qui avait fait scandale lors des manifestations anti-CPE de mars 2006. Il n'est pas non plus – sauf dérive locale théoriquement possible mais concrètement improbable – de transformer les policiers en casseurs afin de faire volontairement dégénérer les manifestations et ainsi justifier une répression machiavéliquement prévue d'avance.

Certes, ceci est arrivé dans le passé. Un communiqué du syndicat CGT-Police (pdf) rappelle en ce sens le cas de la célèbre manifestation des sidérurgistes de mars 1979. Mais on pourrait citer le cas plus récent des manifestations d'avril 1993 et d'autres encore,étudiés par Olivier Fillieule. Il faut donc, là encore, ne pas faire preuve de naïveté. Mais on a du mal à croire que des instructions aient pu être données en ce sens par le pouvoir politique actuel. Ce serait en effet beaucoup trop risqué pour lui, tant il paierait cher la moindre « bavure ». Et trop risqué aussi pour les policiers du terrain qui pourraient y jouer leur carrière. Nous sommes en 2010, à l'heure où pratiquement tout le monde peut prendre une photo et même faire un film avec son téléhone portable, à l'heure où tout ceci circule sur Internet en quelques secondes. Nous ne sommes plus au temps du SAC, des officines d'extrême droite utilisées en secret par le pouvoir et des barbouzeries en tout genre. La police aussi a changé. Un Président de la République ou un ministre de l'Intérieur ne peuvent plus lui demander de faire n'importe quoi. Ils peuvent donner des consignes aux préfets, aux CRS et aux gendarmes mobiles quant au niveau répressif du maintien de l'ordre. Ils peuvent choisir de tenter d'impressionner, de « dégouter » les manifestants et de casser la dynamique d'une manifestation, comme ils l'ont fait pour celle du 21 octobre à Lyon (d'une façon tellement disproportionnée - que faisait là le GIPN ?! - que l'on s'étonne du silence de l'opposition politique), au terme d'un engrenage plus ou moins maîtrisé avec la visite-récupération politique d'Hortefeux survenue la veille et suivant elle-même des scènes de pillage survenues l'avant-veille. Mais ils ne peuvent pas demander aux policiers de se mettre en civil pour aller jouer les casseurs.


Une pratique qui répond à des besoins policiers mais comporte aussi des risques pour la démocratie
En réalité, le but principal de l'infiltration des manifestations est autre: il est d'abord de surveiller et faire du renseignement, ensuite parfois d'interpeller des leaders ou des meneurs pour maîtriser davantage la situation, diminuer éventuellement l'intensité de la manifestation et contrôler en particulier le moment toujours délicat de la dispersion à la fin d'une manifestation (moment où les services d'ordre plus ou moins bien organisés des syndicats ne sont plus là). Et ceci est déjà en soi un ensemble de pratiques dont on comprend la logique policière mais qui peut aussi poser problème car se révéler attentatoire au droit de manifestation.

Du reste, l'importance que semble avoir eu cette pratique dans les dernières manifestations illustre la peur qu'a probablement ressenti le pouvoir actuel devant l'ampleur inattendue de la contestation et le soutien qu'elle rencontre dans l'opinion. Ainsi, lorsque le ministre Brice Hortefeux annonce fièrement que la police a interpellé près de 2 600 « casseurs » en 15 jours et que quelques 1 800 ont été placés en garde à vue, il ne fait en réalité que témoigner de l'importance de la répression dans les manifestations. Encore une fois (lire notre précédente chronique), il est à craindre que les principales victimes de cette répression policière ne soient pas tant les casseurs (bien réels mais évidemment pas si nombreux) que les simples manifestants.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

un exemple  US (Montebello 2009).

© Diehuman

Rappelons le lien entre Valls et Sarkozy qu'est Alain Bauer, toujours trops inspirés par les manipulations sauces US.

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Laurent Mucchielli

Sociologue, directeur de recherches au CNRS, www.laurent-mucchielli.org
France

Le blog

suivi par 186 abonnés

Le blog de Laurent Mucchielli