L’Appel de Genève aux humanistes français - 31 août 2019

L’heure est grave, rendez-vous compte, que nous sommes obligés, encore une fois, de venir aux portes de l’ONU pour demander aux instances internationales de nous protéger face à la violence de l’état français envers ses citoyens.

Genève -ONU: contre les violences et les mutilations par des armes de guerre des citoyens français. © L Thines Genève -ONU: contre les violences et les mutilations par des armes de guerre des citoyens français. © L Thines

Cher(e)s concitoyen-nes qui êtes resté(e)s derrière la frontière,

Cher(e)s ami(e)s suisses qui nous faites l’honneur de nous accueillir,

Cher(e)s concitoyen-nes et mes cher(e)s Francs-comtois(es) qui êtes venu(e)s en nombre aujourd’hui,

L’heure est grave, rendez-vous compte, que nous sommes obligés encore une fois de venir aux portes de l’ONU pour demander aux instances internationales de nous protéger face à la violence de l’état français envers ses citoyens, en particulier par l’usage d’armes de guerre  que sont les LBD40, les grenades GLIF4, les grenades de désencerclement, les grenades lacrymogènes dont la France est un des rares pays à faire usage en Europe ! Un scandale. Et c’est un bien triste 230 ème anniversaire que nous avons célébré ce lundi 26 aout pour notre Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen !

Pouvons nous encore nous revendiquer de cette déclaration qui par le passé faisait encore la gloire de notre nation ?

Pouvons nous encore nous en revendiquer quand la France a été condamnée par les mêmes commissions du Conseil de l’Europe, de l’ONU, et classée avec des pays comme le Soudan…

Pouvons nous encore nous en revendiquer quand toutes les associations de défense des droits humains et même tous les medias étrangers  dénoncent notre pays?

Pouvons nous encore nous en revendiquer quand depuis 20 ans en France, 500 citoyens ont été tués ou blessés gravement par l’usage d’armes de guerre - dont 450 depuis le mouvement social des Gilets Jaunes et quand les street medics, qui viennent porter secours aux manifestants blessés et aux policiers, sont directement visés par ces armes de guerre…

Pourtant, notre gouvernement a été alerté par de nombreuses instances sur la dangerosité de ces armes, le Défenseur Des Droits, la Ligue des Droits de l'Homme, les syndicats et la communauté médicale au travers d’une pétition (176.000 signatures), une lettre ouverte de 35 ophtalmologistes de renom contre les LBD, et récemment un article publié dans la prestigieuse revue The Lancet pour dénoncer la gravité des blessures par LBD40.

 

Monsieur le Président, vous avez dit cette semaine : « La Police a permis d’éviter le pire »

Le pire de QUOI ? quand Madame Zineb Redouane est morte suite à un tir de lacrymo dans le visage à sa fenêtre...

Le pire de QUOI ? quand STEVE Maia Caniço est mort noyé dans la Loire suite à une charge de LBD & GRENADES...

Le pire de QUOI ? quand 12 citoyens ont été tués par accident sur les rond-points ou les péages, du fait de votre inaction politique

face à cette crise sociale légitime tant les inégalités et les injustices sont flagrantes dans notre pays !

 

Monsieur le Président, vous étiez bien peu inspiré d’humanité quand vous avez dit cette semaine : « La Police n’a pas commis de violences irréparables ». Vraiment ?

Pas irréparables les 25 citoyens éborgnés ? 

Pas irréparables les 7 personnes aux pieds ou mains arrachés ? 

Pas irréparables les 400 autres vies humaines détruites ?

Monsieur le Président, je vous le dis, aucun médecin humaniste qui se respecte ne vous rencontrera à l’Elysée alors que vous allez jusqu’à nier leur existence même aux victimes... les médecins français ne sont pas des mangeurs de petits fours et de belles paroles !

Monsieur le Président, si vous ne reconnaissez pas les victimes et n’interdisez pas l’usage de ces armes de guerre, vous resterez à jamais considéré dans l’histoire de France comme le Président qui aura laisser faire les mutilations de son propre peuple !

Et comme il faudra être nombreux pour vous faire entendre raison, j’appelle donc solennellement aujourd’hui tous les citoyens français quels qu’ils soient, manifestants ou non à se réveiller, à faire preuve d’humanisme, à s’indigner et à se mobiliser partout, tout le temps, contre l’usage de ces armes de  guerre, LBD40 et grenades ! Tout un chacun peut être touché maintenant: passant, manifestant, lycéen, enseignant, écologiste… Il en va de notre droit à manifester librement et il en va de notre démocratie ….

 

Je terminerai en citant quelqu’un qui a dit une très belle chose: "L'héroïsme est encore là dans la société, nous avons cette force d’âme…" Oui ! Vous avez mille fois raison, monsieur le Président, cette France dont vous parlez, courageuse, héroïque et indignée, elle est dans les rues de France et ici même à Genève en ce 31 août 2019 !

 

Discours de Genève © Jérôme Gaill Discours de Genève © Jérôme Gaill

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.