A force de faire un pas de côté, on tombe parfois dans le vide (de la pensée)

Réponse à « Ne pas régresser face à la Loi Sécurité Globale » de Geoffroy De Lagasnerie. Se contenter (enseignants, chercheurs, ouvriers, soignants, retraités, Gilets Jaunes, écologistes, syndicalistes, tous citoyens) de filmer la répression violente de nos revendications et de nos colères légitimes pour la diffuser simplement sur les RS n’est pas une revanche mais le miroir de notre déchéance.

images

Réponse à « Ne pas régresser face à la Loi Sécurité Globale » de Geoffroy De Lagasnerie. 

De nombreux juristes l’ont prédit, et la manifestation du 17/11 devant l'Assemblée l’a confirmé: cette loi, pas encore votée, donne et donnera le droit aux policiers d’interdire, floutage ou pas, toute photo ou film de leurs actions sur le terrain, empêchant les journalistes de faire leur travail, privant la population de l’information de ce qui s’est passé, et ôtant aux victimes l’espoir de pouvoir espérer une réparation, si ce n’est judiciaire, au moins morale (prouver qu’elles sont bien les victimes). Ainsi pas plus tard que ce mardi soir, de nombreux journalistes ont été interdits de filmer, ont été bousculés, frappés ou même mis en GAV lors de la couverture de la manifestation… 

Par ailleurs, ce qui est avancé sur les poursuites judiciaires est erroné, car certains policiers "déviants" ont déjà été jugés et condamnés, certes à des peines avec sursis, pour des violences illégitimes, mais d'autres ont aussi été radiés de la profession pour faute grave…On a vu aussi l’Etat, en tant que donneur d’ordre,  dans de rares circonstances certes, être contraint de verser des indemnités aux victimes…ça peut exister et, ce faisant, tolérer maintenant l’impunité, ce serait libérer les pratiques déviantes au sein des FDO.

Dans ce billet, on oublie aussi de dire que ce projet de Loi liberticide comporte d’autres articles inquiétants comme la privatisation de la police (milices), l’autorisation du port d’arme hors service et en public pour les agents de police, la généralisation de la surveillance (drones, télésurveillance, exploitation des vidéos d’immeubles, reconnaissance faciale etc ). Ainsi, cette loi est un préalable à la mise sous contrôle total de la population française, après quoi il sera bien difficile de trouver des espaces de lutte, comme il est mentionné…Il suffit de demander aux chinois (ou aux ouïgours) ce qu’ils en pensent ! Avec la criminalisation accrue des manifestations / occupations d’Université apportée par la Loi de programmation de la recherche (!?) et la possibilité pour le procureur de la République de se saisir indépendamment des dossiers de plainte, l’arsenal législatif autoritaire est au complet.

La posture qui consiste à critiquer les modes de lutte classique est un peu facile…et pourra paraître hautaine à tous ceux qui battent les pavés ou militent sans relâche. Il y a certainement eu des problèmes de stratégie ou de divisions au sein de "la gauche" mais faire fi de la disproportion des moyens (médias, pouvoir, finance) entre ceux qui dirigent nos vies et ceux qui les subissent est un biais qui empêche de penser à la façon de (re-)créer un vrai rapport de force conduisant à une amélioration de nos conditions collectives et de nos libertés. Quant aux techniques de guérillas (?) ou d’infiltration proposées par l'auteur, elles me font doucement sourire…seuls les pervers (que nous ne sommes pas) peuvent imaginer se plier aux injonctions et lois iniques d’un système qui broie les individus pour le torpiller de l'intérieur…le système nous aura expulsés, détruits ou corrompus bien avant l’achèvement de la mission...

Le point qui me paraît intéressant cependant est le constat amer de voir que l’on se contente tous (enseignants, chercheurs, ouvriers, soignants, retraités, Gilets Jaunes, écologistes, syndicalistes, tous citoyens) maintenant de filmer la répression violente de nos revendications et de nos colères légitimes pour la diffuser simplement sur les RS comme une revanche de David contre Goliath alors que ce n’est en fait que le miroir de notre déchéance… Peut-être que cette Loi, aura, par son caractère ouvertement liberticide, au final l’effet inverse de lever l'indignation et la révolte du plus grand nombre, enfin. Vous y croyez ?

Pour conclure, il me semble qu’à force de vouloir faire un pas de côté pour se démarquer, on finit parfois par tomber dans le vide, mais ce n’est heureusement que celui de la pensée.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.