Qui aura la peau de la Liberté ?

- Hommage poétique - à Samuel Paty, mort pour la Liberté d’expression et de pensée. Les mots justes ne sont pas faciles à trouver face à l’abomination de cet assassinat terroriste islamiste. Une tentative d'hommage à Samuel pour se libérer de l’étouffoir de l’horreur et ne pas laisser place au silence propice aux extrémistes de tous bords.

Samuel Paty enseignant la liberté d'expression © Ville de Conflans-Saint-Honorine Samuel Paty enseignant la liberté d'expression © Ville de Conflans-Saint-Honorine

 

La peau de la Liberté

 

La peau du cou douce

Où la mère, la fiancée, la femme, l’amante, la compagne

Aura déposé ses espoirs fous, ses baisers, ses mots doux, ses morsures, ses élans

 

La peau du cou chaude

Ensoleillée et tendre comme une clairière

Avec une cabane où nicher à peine un visage d’enfant

 

La peau du cou rose de lait

Comme elle aurait pu être aussi basanée, noire, de sienne ou ambrée et pourtant

Portant en elle le métissage du genre humain tout entier

Nés ici ou ailleurs

Dans d’autres hémisphères

Par d’autres latitudes

Sous d’autres servitudes

 

La peau du cou nue

De toute médaille

De tout préjugé, de toute croyance et de ses intolérables intolérances

La peau pure de l’espérance

 

La peau du cou fine

Où la main intranquille tenant le rasoir

devant le miroir ce matin là

Fit la toute première entaille

 

Mince ridelle écarlate rebelle et prémonitoire

Comme un dernier pied de nez à la destinée

Comme un ultime sursaut vital ouvrant

Le bal de la Liberté

 

La Liberté de dire

La Liberté de partager

La Liberté de rire et celle de blasphémer

La Liberté d’enseigner aux esprits neufs la Liberté

 

La Liberté de vivre et aussi celle d’aimer

 

La Liberté de mourir en être digne et libre

Hurlant à gorge déployée

Que personne n’aura jamais la peau de la Liberté

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.