LAURENT THINES
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 juil. 2019

Contre les mutilations des citoyens de France par les LBD40 et les grenades

Ce jeudi 1er août 2019, un collectif se rencontrera sur les plages du Languedoc-Roussillon pour un déjeuner de l’Amitié afin de rendre hommage aux GJ blessés, et en particulier à ceux de la région Nîmes – Montpellier qui se verront remettre la médaille « du Courage & de la Dignité ». Une grande banderole sera ensuite transportée tout le long de la plage pour dire : STOP aux LBD40 et grenades.

LAURENT THINES
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le courage face aux LBD 40 © Serge d’Ignazio - Paris 2019

Ce jeudi 1eraoût 2019, un collectif de soignants, de Gilets Jaunes (GJ), d'associations et de citoyens se rencontrera sur les plages du Languedoc-Roussillon pour un déjeuner de l’Amitié afin de rendre hommage aux GJ blessés, et en particulier aux 15 blessés graves de la région Nîmes – Montpellier qui se verront remettre la médaille « du Courage & de la Dignité ». Une grande banderole sera ensuite déployée vers 15h puis transportée tout le long de la plage pour dire : STOP aux mutilations des Gilets Jaunes français par LBD40 et grenades.

Selon les chiffres officiels fin mai 2019, 2.500 GJ ont été blessés lors des manifestations dont plus de 400 gravement, en particulier par l’usage des lanceurs de balle de défense - LBD40 (300 cas), des grenades explosives de désencerclement - GMD (100 cas) et des grenades lacrymogènes explosives instantanées - GLIF4 (35 cas), toutes classées comme armes de catégorie A2 (matériel de guerre).

Utilisées depuis 20 ans en France, ces armes ont été responsables entre 1999 et 2018 de 53 mutilations touchant indifféremment passants, lycéens en grève, jeunes des banlieues, manifestants écologistes ou supporters de foot (Casti, Montpellier).

Depuis le 17 novembre 2018, un usage inédit, intensif (+200%) et souvent disproportionné en a été fait sur la population civile avec plus de 19.000 tirs de LBD40, 5.400 tirs de GMD et 1.400 tirs de GLIF4. Le bilan est dramatique avec plus de 435 blessés dont : 1 personne âgée (Zineb Redouane) décédée à Marseille des suites d’un tir de lacrymogène à sa fenêtre, 1 personne disparue dans la Loire (Steve Maia Caniço) lors de la fête de la musique à Nantes, 7 GJ amputés de tout ou partie d’un membre, 2
5 GJ éborgnés (+ 1 supporter de foot), plus de 80 GJ ayant subi des traumas cranio-faciaux constituant de nouveaux cortèges de « gueules cassées »…

Nous souhaitons, par cette action symbolique, envoyer un message clair au Ministère de l’Intérieur et alerter l’opinion publique en réitérant notre demande d’interdiction de ces armes de guerre (LBD40 et Grenades) par la France, un des rares pays à les utiliser en Europe. Ces armes meurtrières et mutilantes, déployées pour terroriser les foules, sont indignes du pays de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Les soignants et les Gilets Jaunes français soutenus par les citoyens et Gilets Jaunes suisses porteront une nouvelle fois ce cri d’alarme devant les portes de l’ONU à Genève le samedi 31 août 2019.

Notes :

LBD40 :balle dure lancée à 324 km/h, impact 200 Joules = 1 parpaing de 20kg lâché de 1m, interdiction formelle de tirer à moins de 10m et de viser la tête (règlement du constructeur et de la Police Nationale).

GMD :grenade explosive avec 25g de TNT propulsant 18 palets durs à 126 km/h sur un champ de 30m.

GLI F4 :grenade explosive avec 25g de TNT produisant un blast de 165db (réacteur d’avion au décollage).

Le courage face aux LBD 40 © Serge d’Ignazio - Paris 2019

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85