Ode à Felouz et à toutes les Magic Blog

Les pimpsitudes croisent la route d'un cancer et d'un Felouz qui savait leur parler. Repimpser depuis RedAltert https://redalertpmapimps.fr/2021/08/19/ode-a-felouz-et-a-toutes-les-magic-blouses/

Ode à Felouz et à toutes les Magic Blouses

Posted on 19 \\\\\\\\\\\\\\\\19\\\\\\\\\\\\\\\\Europe/Paris août, 2021 by redalertlapimps

Ce soir, nous sommes sorties. Ce soir elle dort dans son lit. Elle ne souffre pas. Elle rit et sourit. Elle est flappie mais heureuse et pleine d’amour à l’égard de tous ces soutiens.

Ce soir je ne peux qu’exprimer les profonds remerciements de ma sœur, moi, ma mère de l’attention du traitement de la bienveillance et de l’humanité avec laquelle vous avez été présent.es pour nous accompagner.

***********************OBJET: ODE

DESTINATAIRE: PROFESSEUR FELOUZ

JOUR: 18/8/2021″*********************

Mes mots envers le Pr Nohuz -aka Felouz le superpoussin guérisseur- ne sauraient atteindre sa hauteur, dire le respect que j’ai pour son charisme, ses mots doux et fermes, protecteurs et confiants. Merci pour la ténacité, pour ce que vous donnez de vous, en apportant aux femmes. Merci pour ce que réchauffe votre regard complice quand on assiste au spectacle de vous voir défendant vos collègues des injustices. Merci pour les 3 visites de surveillances de vessie quotidiennes et pour vos mots encourageants.

Que dire des secrétaires arrangeants et souriantes, des anesthésistes funky qui écoutent Peter Kitsch au bloc pour ton bon plaisir?

Que dire de Séverine qui rigole à nos blagues vaseuses, de Catherine qui t’habille « comme à la maison » pour que tu retrouves ta vie-tes fringues. Et de Simon, le plus cool et mignon des aide-soignants que Mère-Enfant ait eu. Son regard pétillant, sa peau dorée qui ensoleille la pièce et ses mots rassurants, son soutien pour marcher entre lit et salle de bain, son œil vif face à mes constantes, ses blagues sur le Fentanyl, son café pour la garde-malade aka « Jessica Rabbit », sa voix qui calme et ses visites hors garde « pour jeter un oeil ».

Que dire des doux chauffeurs, ces brancardiers savoyards qui blaguent tant et si bien qu’ils nous perdent presque et effraient les autres patients, mais sans jamais oublier de freiner avant chaque changement de sol, avant chaque marche-pied pour faire obstacle à ta douleur, ni même de couvrir nos arrières avec un drap pour éviter de nous exposer.

Que dire des infirmières Aurélie, Laure, Lauranne qui nous massent talons et mollets engourdis par l’anesthésie? Qui vous changent les pansements et sondent vos tuyaux tout en posant sur eux un regard doux et sur vous des mots bienveillants. Qui vous font boire, manger, vous laver, vous coiffer, vomir, manger, dormir et sourire, rire, chanter? Qui vous octroient des privilèges dignes du tapis rouge de Cannes à vous, la sœur de « la 542 », qui rient avec vous quand ça va bien, qui copinent pleines d’empathie avec vous quand ça va moins.


Vous avez toutes et tous été d’éminents compagnon.nes de lutte contre la « bulle de mai », celle qui devint en juin une invasion utérine caractérisée. Vous avez été, vous êtes, de dignes membres de notre team.


Chanter nos remerciements, nos prières, notre reconnaissance et nos douleurs à été un puissant moteur de rémission. Dédramatiser la relation et échanges intimes que nous avions en vous affublant de tendres surnoms n’a pas manqué d’y contribuer. Alors Felouz, Moshê, Simon-Ilyes, tous les mecs de la Sécu qui ne me contrôlaient plus, tous les internes, toutes les externes, tous les invisibles, qui aviez le sort de ma soeur autant à coeur que moi ces derniers jours, qui pensez à dire « bonjour et au revoir » en considérant d’un regard chaque patient malgré les conditions qui sont les vôtres, je vous dis un immense merci, au-delà de tous les applaudissements qu’on a pu vous faire.


Votre présence a été (et sera!) décisive a bien des reprises, pour ma sœur comme pour moi, pour ses enfants, pour ses parents, pour son frère, pour son conjoint. Je (nous) vous remercie/ons sincèrement pour la bienveillance de votre professionnalisme et la chaleur de votre humanité.


Les sœurs de la 542 (MB et LB)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.