Vaccination obligatoire et pass sanitaire : suis-je complotiste ou égoïste ?

En refusant la vaccination obligatoire et le pass sanitaire, êtes-vous seulement complotiste ou simplement égoïste ? Accusés, nous devons montrer patte blanche alors que nous avons la main noire. Dès lors, sachez que je crois en l’efficacité des vaccins mais mon cœur est d’artichaut et les sollicitations des deux camps sont multiples.

En partageant mon avis sur la vaccination dans « Critiquer la politique sanitaire française et douter de l’efficacité des vaccins ne fait pas de moi un complotiste » je pensais contribuer à mon petit niveau au débat en Martinique.

Une intervention télévisée du Président plus tard, il n’est plus question de discuter des vaccins comme solution possible mais de leur caractère obligatoire et la création d’un pass sanitaire où deux catégories de citoyens pourraient désormais cohabiter en société : Ceux qui ont le droit de faire et les autres… qui continueront quand même à payer des impôts, la TVA et leurs cotisations sociales parce qu’à défaut d’être tous Homo, nous restons economicus.

Pass sanitaire et vaccination obligatoire

La question de la vaccination aurait pu se régler à force d’arguments et de discussions. Des personnes se seraient laissées convaincre tandis que d’autres auraient voulu être rassurées et attendre pour se faire une opinion. Le taux de vaccination est certes faible en Martinique mais cela peut se comprendre, non ? Nous sortons d’une période de confinement, de carnaval mawon et de manifestations contre le chlordécone, puis nous avons surmonté la catastrophe industrielle du vaccin Astra Zeneca, l’apparition de cette notion scandaleuse de « balance risques/bénéfices » pour parler de la mort de personnes vaccinées et enfin, nous avons enchainé sur une campagne électorale où jamais ce sujet n’a été mis sur la table, ni par nos représentants politiques ni par les journalistes.

Nous aurions pensé que la période post-électorale qui allait s’ouvrir serait celle de l’explication et de la discussion. Encore raté. Notre pays semble avancer par éruptions, en protestant ou en s’indignant devant les comportements des manifestants. Chlordécone ? Manifestation et tribunes contre les malveillants manifestants. Emblèmes coloniaux ? Manifestations et reportages contre les violents protestants. Pass sanitaire ? Manifestation et bataille de posts Facebook sponsorisés contre tous ces pléré bouden plen.

Les questions posées par les tenants du pass sanitaire et de la vaccination obligatoire sont simples.  Pensez-vous vraiment vivre dans une dictature ? Vos libertés individuelles sont-elles plus importantes que la santé collective ? N’êtes-vous pas seulement égoïstes ?

Dictature ou démocratie ?

Vivons-nous dans une dictature ? Le premier Wikipédia venu vous précisera qu’une dictature est « un régime dans lequel une personne (dictateur), ou un groupe de personnes, disposant d'un pouvoir absolu, s'y maintient de manière autoritaire et l'exerce de façon arbitraire ». Pour cette raison on ne peut pas parler de dictature simplement parce qu’un vaccin est rendu obligatoire et ce, malgré la possible création de deux catégories de citoyens avec l’instauration du pass sanitaire. A moins d'un énorme retournement de situation, je ne pense pas changer d’avis sur le sujet malgré ce récent article du Monde « Quels pays ont choisi d’imposer la vaccination ? » où l’on découvre que seules les grandes démocraties du Tadjikistan, du Turkménistan et du Vatican ont rendu le vaccin obligatoire pour tous les habitants.

Quelle serait cette parodie de démocratie où le Parlement ne servirait plus à rien me dites-vous ?

Quelle serait cette comédie où les décisions seraient prises par le seul président avec un conseil de défense secret et non élu ?

Si cette situation ressemble de près ou de loin à un régime politique récent en Martinique, c’est bien normal. Hier encore, les uns parlaient de dictature du Mouvement Indépendantiste Martiniquais depuis disparu et les autres d’autoritarisme de Chaben. Le sortant désormais sorti, nous voilà sommés de faire preuve d’une plus grande mansuétude à l’égard du président français. Assimilation quand tu nous tiens.

Liberté individuelle ou société sous contrainte ?

Le pass sanitaire n’est pas un projet de loi anecdotique. Il va profondément modifier notre manière de vivre en plus d’être potentiellement inapplicable. Désormais, chacun devra fournir la preuve qu’il se soit bien soumis à un test PCR négatif ou à une vaccination complète quand il souhaitera accéder au restaurant, au cinéma ou à un spectacle. Les tests PCR n’étant plus remboursés à partir d’Octobre, à 49€ le test, vous n’aurez pas les moyens de vous soustraire à la vaccination à moins de vivre en ermite ou d’avoir un salaire de docker.

Par ailleurs, le pass sanitaire sera associé à un contrôle d’identité évident. Nous vivrons désormais dans une société où vous serez contrôlés en permanence. La première fois, à l’entrée du restaurant car la responsabilité pénale du gérant est engagée : 1 an de prison et 45 000 euros d’amende en cas de non-respect du protocole sanitaire. Vous avez dit disproportionnée ? La seconde fois, sur la terrasse de ce même bar-restaurant par un policier non vacciné pour vérifier que vous le soyez. Absurde non ? En effet, les policiers sont les seuls français qui ne seront pas soumis à l’obligation vaccinale malgré leur contact rapproché et régulier avec tous les citoyens, vaccinés, contaminés ou non.

Dans une société où le contrôle est roi, vous deviendrez vous-même des contrôleurs pour l’Etat en vous assurant que vos amis ont bien leur pass sanitaire. Vous vous mettrez à sélectionner les camarades avec lesquels vous pourrez aller au cinéma ou vous vous surprendrez à débattre pendant 2h avec votre pote graphiste qui préfère ne pas se faire vacciner alors que vous aviez prévu de vous rendre à un concert depuis plusieurs semaines.

Citoyens responsables ou citoyens égoïstes ?

Les martiniquais seraient égoïstes parce qu’ils ne voudraient pas respecter les décisions d’un gouvernement qui leur annonçait que les masques n’étaient pas nécessaires avant de les rendre obligatoires ? Que les lits de réanimation et le personnel soignant étaient en nombre suffisants ? Que la boutique de rhum Clément et la concession Martinique Automobiles étaient des commerces essentiels ? Que le monde d’après ne ressemblera pas à celui d’avant ?

Des sujets majeurs comme le chlordécone, les sargasses, la pollution de l’air ne sont toujours pas réglés par l’Etat ni nos représentants politiques et pourtant les martiniquais seraient les seuls irresponsables.

L’explosion des cas positifs et l’importation du variant Delta correspond peu ou prou à la réouverture totale de nos frontières et pourtant les martiniquais seraient les seuls irresponsables.

Dans ce cas, qu’est-ce qu'un citoyen responsable ? Cela se mesure-t-il à notre degré d’adhésion aux annonces gouvernementales ? Bien sûr que non. Un citoyen responsable est une personne impliquée dans les institutions politiques de son pays que ce soit par le vote mais aussi les manifestations, les tribunes, les boycotts, les déboulonnages et les interpellations publiques.

Si nous ne sommes pas irresponsables, sommes-nous simplement égoïstes dans ce cas?

Je citerais volontiers un Jean-Luc Melenchon quand il affirme que « la liberté individuelle est toujours meilleure organisatrice de la vie en société que la contrainte et les contrôles ». Bien évidemment notre liberté a ses limites et c’est la loi qui les détermine. Pour autant, et c’est pour cette raison que les constitutions existent, le législateur doit vérifier que la limite apportée à une liberté n’est pas abusive. Ainsi, il va s'appuyer sur des textes fondateurs comme la Déclaration des droits de l’homme et du Citoyen en France, qui ne peuvent être ni modifiés, ni amendés, pour le guider dans la rédaction de la loi car la société politique ne connait que des interdictions ou des obligations mais pas des devoirs qui sont, eux, des principes moraux.  

Qui sont les plus égoïstes finalement ? Ceux qui ne sont pas convaincus par les décisions du personnel politique ou ceux qui seraient prêts à tout pour justifier la mise à l’écart des plus sceptiques ? Les Martiniquais peuvent tout entendre si ce qu’on leur dit est raisonnable et rationnel mais il ne faut pas les maltraiter et leur tordre les bras pour espérer qu’ils fassent quelque chose. La démocratie a un prix, celui du débat contradictoire et de la conviction populaire, que cela vous plaise ou non.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.