La bonne science et la mauvaise

En publiant "Les gardiens de la raison" S. Foucart, S. Horel et S. Laurens montrent qu'il existe pour eux une bonne science, celle qui conforte leurs opinions, et une mauvaise, celle qui pourrait les contredire. Ce faisant ils diffament un courant de pensée, la zététique, qui demeure pourtant un rare moyen de confronter nos points de vues à l'état de la connaissance.

Deux journalistes (journal « Le Monde ») et un sociologue publient ce mois-ci « Les gardiens de la raison, Enquête sur la désinformation scientifique ». Ils ciblent « une nébuleuse de communicants pseudo-scientifiques qui organisent la fabrique du doute en se réclamant du rationalisme et de la science ». Plusieurs médias ont rendu complaisamment compte de cette parution, le web s’est emballé.

Les auteurs prennent pour notamment pour cible dans leur ouvrage ce qu’on appelle désormais « la communauté sceptique », ou « les zététiciens ». Dans la bouche des journalistes de France Culture et France Inter, ces derniers deviennent un ramassis de négationnistes et de climato-sceptiques, « une secte » au service des industriels.

La zététique, ou « art du doute », a émergé en France notamment grâce au physicien Henri Broch, enseignant-chercheur à l’université de Nice. A contre-pied du monde académique, prompt à rire au nez des pseudo-sciences, il a théorisé l’examen impartial des prétentions des uns ou des autres à guérir ou détenir des pouvoirs, mis en œuvre des protocoles expérimentaux ouverts à tous les impétrants, et a œuvré à la diffusion de l’esprit critique ouvert d’esprit en créant la maison d’édition book-e-book.

Ce travail de fourmi, porté également par l’Association Française pour l’Information Scientifique (AFIS), bête noire des auteurs des Gardiens de la raison, a finalement essaimé en générant, grâce au web, plusieurs sites et chaînes YouTube (dont La Tronche en Biais est un des plus emblématiques) consacrés aux sciences et à l’esprit critique, qui, sans déchaîner les foules, n’en ont pas moins trouvé leur public.

Stephane Horel, Stephane Foucart et Sylvain Laurens s’emploient à les disqualifier, les discréditer, les délégitimer en en faisant des pions ou des agents des lobbies industriels, des pseudo-rationalistes, des pseudo-scientifiques en mal de reconnaissance, des relais des climato-sceptiques, des négationnistes, détournant ainsi facilement un public potentiel d’un si nauséabond marigot. C’est tragique.

La qualité rare de cette communauté sceptique est d’être ouverte. Qu’un sourcier vienne faire la démonstration qu’il jouit des facultés qu’il prétend posséder, qu’une étude menée selon les standards de la recherche montre un bénéfice de l’homéopathie ou de l’acupuncture au-delà du placebo, qu’un électro-sensible passe avec succès les tests de l’éléctro-sensibilité, qu’un effet toxique des ondes émises par les téléphones, les box ou les compteurs Linky soit démontré, ces gens-là l’accepteront.

C’est fondamentalement sans doute ce qui les distingue des trois auteurs. Chez ces derniers la science qui confirme leurs opinions est une bonne science, valable et prouvée scientifiquement (à la Séralini). Celle qui n’a pas l’heur de leur convenir en revanche est dévoyée, instrumentalisée, bidonnée, vendue, caca, poubelle…

Que le bio ne soit pas meilleur pour la santé, que le nucléaire puisse être étudié comme l’un des meilleurs moyens de gérer la transition énergétique, que les granules ou les huiles essentielles ne soit pas forcément la panacée en médecine, cela heurte si profondément leurs convictions qu’il fallait bien un livre pour démonter ceux qu’ils considèrent comme des adversaires, non pas à coups d’arguments scientifiques mais juste dans le but de salir.

Alliés des Raoult, Boiron, salons du zen et du bien-être, anthroposophes, gourous du web à la Crèvecoeur et Trotta, complotistes de tout poil, ils apportent leur pierre à la lutte contre l’éducation populaire à l’esprit critique et scientifique, ils se déshonorent comme se déshonore une nouvelle fois ce journalisme de meute qui les relaient complaisamment.

Que les lecteurs curieux se fassent leur propre idée en parcourant ces quelques sites :

https://lepharmachien.com/

https://esprit-critique.org/

http://www.scilogs.fr/ramus-meninges/

https://www.pseudo-sciences.org/

http://www.unice.fr/zetetique/

https://www.book-e-book.com/

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.