Protocole sanitaire à l'école : ça suffit l’hypocrisie !

Le pays, face à la submersion hospitalière, est simili-confiné. Métro-Boulot-Dodo nouvelle devise nationale. C’est vrai que Liberté-Egalité-Fraternité ça fait un moment qu’on ne voyait plus trop pourquoi…On simili-confine, mais 12 millions d’élèves et un million d’enseignants seront le 2 novembre en classe, tous masqués (sauf en maternelle), tous distanciés... ou pas.

Nous ne pouvons plus circuler librement, nous voir, nous réunir, boire un coup, acheter un livre, mais demain, élèves et enseignants seront allègrement tous en classe, tous masqués et chacun à un mètre de distance des autres "lorsque c’est matériellement possible". Dans la classe mais pas dans la cour, où tout les contacts seront permis.

Occupés à quoi ? À se laver les mains une bonne dizaine de fois par jour, au moins 30 secondes, stipule le protocole. 25 élèves x 10 lavages x 30 secondes = 2 heures, 1/4 de la journée d’école.

On pourra lire un livre de la classe le lundi et le jeudi, car il aura reposé 24 heures, mais pas le mardi ni le vendredi, car pas.

Interdit, s’il est matériellement possible de rester à un mètre de distance, de mettre le doigt sur le cahier, le manuel ou la feuille d’un élève, de se pencher par dessus son épaule, de se baisser à son niveau pour lui parler, de valider ou corriger son travail d’un coup de crayon.

C’est tordu, inhumain, anti-scolaire mais rien ne bouge ou si peu, pourquoi ?

Parce que chaque enseignant de primaire sait qu’il ne respectera pas ce protocole.

Il agira dans sa classe en catimini, laissera prendre un livre, un crayon du pot commun, rassemblera ses élèves au coin regroupement, circulera entre les tables pour distribuer du matériel, prêtera un tube de colle ou une paire de ciseaux, mettra ses élèves en rang dans la classe ou le couloir avant de sortir, continuera de se pencher sur le travail d’un élève pour lui prodiguer ses remarques et ses encouragements, et laissera le masque des uns bâiller sous le menton et celui des autres pendouiller à une oreille, l’élastique cassé, ne serait-ce que pour éviter les masques remplis d’une douce morve automnale… Ou peut-être parce qu'il est prof, pas flic.

Ce protocole est absurde, tout-le-monde le sait. Il sert à justifier l’ouverture des écoles quand il semblerait que pour lutter efficacement contre l’épidémie leur fermeture soit le moyen le plus efficace1. Mais l’armée des fonctionnaires qui fonctionnent sera lundi au poste, sachant qu’elle va faire le dos rond, sans bruit, biaiser en solitaire pour simplement pouvoir faire son travail, enseigner.

En mai-juin dernier, il paraissait monstrueux d’imposer le masque aux collégiens. En septembre non. Et tout le monde s’est dit « Ouf ! On épargne les petits »... Les voilà masqués dès 6 ans, espacés «  lorsque c’est matériellement possible » et… ça va passer.

Quand la grenouille se décidera-t-elle à sortir de sa bouilloire, de son grand bouillon d'hypocrisie et d'injonctions paradoxales?

1 https://www.rtbf.be/info/societe/detail_la-fermeture-des-ecoles-est-une-des-mesures-les-plus-efficaces-pour-limiter-la-transmission-du-coronavirus-selon-une-etude-comparee?id=10617914

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.