Le bathyscaphe
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 oct. 2021

Scénarios Énergie 2050: RTE pour une décroissance radicale ?

En se focalisant sur la part du nucléaire que contiennent les différents scénarios énergétiques élaborés par RTE pour l'horizon 2050, les commentateurs passent à côté de l’essentiel : le projet de baisse de 40 % de la consommation totale d’énergie en trente ans. Un projet qui pose forcément question, tant rien n’est prêt...

Le bathyscaphe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Extrait du "Petit Guide de l'Effondrement" © Emile Bertier, Yann Girard

RTE vient de publier son étude prospective « Futurs Energétiques 2050 », « fruit de deux ans de travail et de concertation » qui élabore six scénarios de sortie des énergies fossiles (pétrole, gaz) dans les trente ans à venir. La plupart des commentaires glosent sur la part de nucléaire qu’ils contiennent (de 0 % dans un mix 100% renouvelable à 50%). Ce faisant, ils passent à côté de l’essentiel.

Passer d’un monde de pétrole-gaz à un monde électrique demande des efforts incommensurables. C’est pourquoi les experts de RTE ont préféré se faciliter la tâche en choisissant un prémisse facilitateur : ils tablent sur une diminution de 40 % la consommation d’énergie totale en France, à 930 TéraWatt heures.

Il s’agit donc grosso modo de retrouver la consommation énergétique de la France en 1968. Depuis cette date, le PIB par habitant a été multiplié par 2,4 tandis que la facture énergétique est passée à 1 600 TWh, fossiles aux deux tiers.

Graphique contenu dans le rapport RTE © RTE

Depuis plus de 150 ans, la création de richesses s’est réalisée grâce à une hausse continue de la consommation d’énergie. Rien n’est si bien corrélé que le lien entre PIB et Tep (Tonne équivalent pétrole) consommées, même si les avancées technologiques ont permis des gains d’efficacité énergétiques.

Le corollaire, c’est que nous n’avons jamais su et ne savons toujours pas créer plus ou autant de richesses avec moins d’énergie.

Infographie Le Monde © Le Monde

Les effets rebonds contrebalancent en partie les gains de productivité énergétiques : l’amélioration de la performance des moteurs thermiques augmente la production de gros véhicules (4x4, SUV), celle de la performance énergétique des logements augmente le confort des habitations : quand on améliore l’isolation d’un logement, on chauffe autant pour avoir plus chaud.

Mais quand même, une baisse de la quantité d’énergie disponible de l’ordre de celle envisagée par RTE revient de fait à supprimer un paquet de métiers et d’outils qui seront considérés comme superflus dans un contexte de contraction, ce qui aura pour conséquence de réduire d’autant la richesse produite.

De ce fait prévoir une baisse de consommation énergétique globale de 40 % revient grosso modo à prévoir une baisse du PIB du même ordre, mettons un tiers (33%) en tenant compte de potentiels gains d’efficacité énergétique.

Graphique du Shift Project utilisé par JM Jancovici dans ses conférences © Jancovici Shift Projet

À cela il faut ajouter un autre facteur : une augmentation générale du prix des choses pour plusieurs raisons :

- une énergie plus chère, donc des coûts de production et de transport plus élevés.

- l’abandon des composants issus du pétrole dans les milliers d’objets du quotidien. Le pétrole est partout, dans nos vêtements, nos appareils, nos outils, nos emballages. Pour une raison simple : peu onéreux et facile à mettre en œuvre. Le remplacer partout où il est présent sera coûteux.

A l’horizon 2050 il faudra donc faire non seulement avec un tiers de richesse en moins mais avec une baisse plus importante encore de pouvoir d’achat. Les scénarios de RTE nous disent en substance : « préparez-vous à diminuer votre niveau de vie de moitié ».

Ce programme est probablement fatal. Mais imaginer qu’il se fera dans la paix et la douceur est largement illusoire.

Les oligarchies néo-libérales construisent patiemment depuis des décennies un système ségrégationniste dans lequel elles se taillent la part du lion. Elles nous montrent quotidiennement que dans le partage du gâteau de la richesse, ceux qui tiennent le manche du couteau ne sont pas prêts de le lâcher. En témoigne en ce moment par exemple l’envolée des ventes des voitures de luxe1.

Pour avoir la moindre chance d’être vivable, une réduction drastique de la richesse commune devrait forcément commencer par frapper le plus fort ceux qui possèdent le plus. Assistés d’escouades de journalistes, d’experts et de laquais qui défendront bec et ongle l’indéfendable, ils ne se laisseront pas faire. Tous les moyens seront bons, y compris la force.

C’est pourquoi avant même de se demander quelle est la bonne part du nucléaire dans le mix énergétique de 2050 il serait peut-être plus judicieux de se demander comment une société comme la nôtre peut choisir de baisser volontairement sa consommation énergétique de 40% et se passer de pétrole alors que rien dans sa structure économique, technique, sociale ou mentale n’est prêt pour cela.

1https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/10/28/je-n-ai-jamais-vu-un-tel-niveau-d-activite-la-bonne-fortune-des-voitures-de-luxe_6100208_3234.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
À l’hôpital de Saint-Denis : « On est des bonnes poires, nous les soignants ? »
Malgré un record de contaminations en Seine-Saint-Denis, une baisse des malades graves du Covid semble se dessiner dans le service de réanimation de l’hôpital de Saint-Denis. Dans cette cinquième vague, celle des non-vaccinés, les personnels soignants ont multiplié les heures supplémentaires, au risque d’un épuisement général.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Le Covid vu par des enfants : « Je m’enferme dans les toilettes pour enlever mon masque »
Alors que le nombre de classes fermées pour cause de Covid n’a jamais été aussi élevé, comment les enfants eux-mêmes vivent-ils ce moment ? Éléments de réponse en paroles et en images.
par Joseph Confavreux et Berenice Gabriel
Journal
Dessine-moi un coronavirus
Le coronavirus est-il noir, rouge, vert ou transparent ? Quelle est sa forme ? Sa taille ? Où se tapit-il ? Quelle place prend-il à la maison ou à l’école ? Que peut-on faire pour y échapper ? Les enfants d’un atelier de dessin parisien répondent avec leurs mots et leurs images.
par Berenice Gabriel, Joseph Confavreux et les enfants du centre Paris Anim’ Mercœur
Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin