Lettre ouverte à Monsieur le Maire de Pierrefitte-sur-Seine

Le 18 novembre dernier, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, publiait un rapport dénonçant les entraves à l'inscription à l'école de certains enfants, notamment les Roms. Voici la lettre ouverte des mères roms du bidonville de Pierrefitte à Michel Fourcade, maire de Pierrefitte-sur-Seine, qui refuse depuis 92 jours de scolariser leurs enfants.

Pierrefitte-sur-Seine, le 1er Décembre 2016

Objet : 92 jours que vous refusez nos enfants à l'école

Monsieur le Maire de Pierrefitte-sur-Seine,

Nous, mamans du bidonville de Pierrefitte, sommes venues inscrire nos enfants à l'école avant la rentrée scolaire. Vous avez refusé.

Nous avons saisi le Défenseur des Droits pour qu'il nous aide, cela n’a rien changé.

Nous vous avons écrit des courriers, vous n'avez pas répondu.

Nous sommes venues à la mairie plusieurs fois pour demander votre réponse. C'est toujours la même : « On vous rappellera ». A chaque fois on lit « Liberté, Egalité, Fraternité », et on ne comprend pas.

Nous, mamans habitant le bidonville de Pierrefitte, faisons tout notre possible pour que nos enfants aient une vie meilleure que la nôtre. Pour cela, nous vous demandons simplement d'accepter nos enfants à l'école.

Cela fait 92 jours que l'année scolaire a commencé.

92 jours que nous attendons que vous acceptiez d'inscrire nos enfants à l'école.

92 jours que, chaque matin, nos enfants nous demandent pourquoi ils ne vont pas à l'école.

92 jours que nous baissons les yeux de honte, car on ne sait pas quoi leur répondre.

Pourquoi ne voulez-vous pas de nos enfants?

Parce que nous sommes pauvres ?

Parce que nous habitons dans un bidonville ?

Parce que nous sommes roms ?

Beaucoup de Français pensent que les Roms ne veulent pas s'intégrer, mais comment voulez-vous que nous fassions si nos enfants ne peuvent pas aller à l'école ?

Nous sommes des mamans comme les autres. Comme toutes les mamans, nous voulons que nos enfants aillent à l'école pour apprendre à lire et à écrire, pour avoir un métier plus tard. Est-ce que c'est quelque chose d'impossible ?

Dans l'attente de votre réponse,

Les mamans du bidonville de Pierrefitte.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.