Comment sortir du capitalisme? De Podemos aux discussions stratégiques pour demain

Samedi 4 mars 2017 a eu lieu le 2e forum pour l’émancipation de Nîmes soutenu par Mediapart, et organisé par trois associations : l'Université Critique et Citoyenne de Nîmes, la Féria du livre de la critique sociale et des émancipations de Nîmes et Attac Nîmes. Les vidéos de la seconde édition: une conférence d’Andreu Coll, militant de Podemos sur ce nouveau parti, puis une table-ronde où il échange avec Carmen Castillo, Philippe Corcuff et Gustave Massiah.

Le capitalisme est un système socio-économique générateur d’inégalités sociales, de dégâts écologiques et de désordres existentiels pour les individus. Sa logique actuelle de globalisation néolibérale et sécuritaire détricote les quelques acquis démocratiques gagnés de hautes luttes antérieurement. Par ailleurs, le capitalisme se nourrit d’autres formes de domination, autonomes par rapport à sa logique de profit : sexisme, racisme, etc. Il faut donc sortir du capitalisme. Mais comment ? C’est sur ce comment que les ami-e-s des émancipations buttent aujourd’hui dans une sorte de panne stratégique après les espoirs, les déceptions et les impasses du XXe siècle. Comment relier les combats revendicatifs et les expérimentations alternatives, les résistances sociales et les initiatives culturelles ? Comment sortir du poids des xénophobies à travers l’extrême droitisation en cours en promouvant un peuple multicolore, pluriculturel, ouvert sur le monde ? Comment éviter l’attraction du repli national en trouvant des articulations entre luttes locales, nationales et mondiales ? Lors de ce second Forum de l’émancipation de Nîmes, il ne s’agira pas de prétendre proposer des réponses définitives à ces questions difficiles, mais d’ouvrir un chantier d’interrogations.

Pour explorer ces questions, la fin de matinée a été consacrée à une conférence-débat de Andreu Coll (un des animateurs du courant Anticapitalistas de la nouvelle organisation politique espagnole Podemos) sur « Ils nous gouvernent mais nous représentent-ils ? »

L’après-midi a été organisée autour d’une table-ronde animée par Joël Deydier. Elle comprenait des personnes de sensibilités différentes parlant en leur nom propre : Andreu Coll, encore une fois, ainsi que Carmen Castillo (écrivaine et cinéaste franco-chilienne, ancienne militante de la gauche révolutionnaire chilienne sous le gouvernement d’Allende, puis la dictature de Pinochet), Philippe Corcuff (libertaire) et Gustave Massiah (membre du Conseil Scientifique d’Attac France et du conseil international du Forum social mondial).

Cette journée du 4 mars 2017 a été dédiée à José Blat, né le 22 août 1951 à Palma de Majorque et décédé trop tôt ce 22 février à Nîmes. Militant politique, syndical et associatif, José est à l’origine des deux Forums pour l’émancipation nîmois. Que continue à vivre son message émancipateur, par-delà la tristesse qui nous serre la gorge ! Voir le blog de l’UCCN : http://uccn30.blogspot.fr/ .

jose-blat-lisbonne-2015

Les images et le son ont été pris par Stéphane Elzière.

Conférence d'Andreu Coll (Podemos), 4 mars 2017 matin © Stephane Elziere

Table-ronde (Carmen Castillo, Andreu Coll, Philippe Corcuff, Gustave Massiah, 4 mars après-midi © Stephane Elziere

Les vidéos du 1er Forum pour l’émancipation sur « Les partis politiques sont-ils utiles pour les émancipations ? » - avec une conférence du philosophe Jean-Christophe Angaut  sur « Critique sociologique des partis politiques depuis Roberto Michels », ainsi qu’une table ronde animée par François Bonnet (Mediapart), avec Verveine Angeli (membre du secrétariat national de l’Union syndicale Solidaires), Fabrice Flipo (philosophe écologiste), Samuel Johsua (professeur en sciences de l’éducation, sensibilité ex-LCR) et Roger Martelli (historien, sensibilité ex-PCF) – sont aussi disponibles sur Mediapart : https://blogs.mediapart.fr/le-club-mediapart/blog/270117/les-partis-politiques-sont-ils-utiles-pour-les-emancipations.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.