L'autoritarisme conduit à l'insurrection

La posture de plus en crispée d'un gouvernement sourd aux demandes et qui s'arc-boute sur ses positions idéologiques, le conduit à apporter une seule et même réponse à tous les problèmes : la répression, l'autoritarisme, la criminalisation de tout ce qui ne lui convient pas. Cette posture autoritaire ne peut tenir sur la durée.

Le pouvoir s'assoit sur sa légalité et grignote interdiction après interdiction les libertés constitutionnelles : liberté de circuler, liberté de manifester, liberté d'informer, liberté de se réunir, liberté de filmer, liberté d'avoir une opinion...

Les euphémismes de la propagande nous font accepter lentement, goutte à goutte ce qui est inacceptable, la novlangue comme vérité : « Ne parlez pas de “répression” ou de “violences policières”, ces mots sont inacceptables dans un Etat de droit. »

Tout comme il n'existe plus d'état de droit, puisque nous sommes en état d'urgence permanent, la vérité présentée est leur vérité, le journal télévisé devient ainsi un simple outil de propagande massive.

Le dernier coup d'arrêt a été mis hier par le vote de la loi de sécurité globale qui non seulement couvre les violences policières mais poursuit toute personne qui oserait les dénoncer et donne des armes supplémentaires aux forces de l'ordre pour surveiller et punir tout opposant.

Désormais aucune parole contraire à la doxa ne doit sortir : seule la parole gouvernementale fait force de Vérité, de Loi et tient lieu de Réalité.

Cette violence physique, symbolique et morale totalement idéologique d'un gouvernement qui s'enfonce chaque jour un plus en plus dans le déni du réel, ne laisse que peu de possibilités au peuple sommé de se soumettre ou d'être puni.

Par cette attitude extrémiste et sans concession, le gouvernement pointe pourtant vers une résolution. Désormais il ne reste qu'une possibilité à la population : l'insurrection ! Tout n'est qu'affaire de temps !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.