SILENCE ET RENONCIATION

Ce 24 juillet 2021 a constitué une journée supplémentaire de renonciation honteuse pour la presse, encore une occasion manquée de dénoncer la dictature en marche, alors que le pass sanitaire qui va fracturer le pays définitivement est voté en procédure accélérée.

Tandis que le parlement puis le sénat ont voté haut la main sans broncher le texte le plus liberticide depuis 1940, l'ensemble des médias se répand en mensonge, instrumentalisation et mauvaise foi à propos des manifestations anti pass d'hier et médiapart se tait.

La désinformation bat son plein avec l'étalage de chiffres truqués destinés à faire croire à l'opinion publique que les français approuvent majoritairement un pass sanitaire, cette loi vicieuse qui entérine la mort définitive de toute liberté. C'est non seulement faux, mais la plupart de ceux qui approuvent le font par ignorance des enjeux cachés ou par une peur instillée depuis des mois grâce à une propagande digne d'une secte.

La liberté réclamée par le million et demi de manifestants hier est tout le contraire d'une revendication libertarienne comme l'analyse de façon perverse le politologue Jean Petaux sur france Info ce matin. Une fois de plus il s'agit d'un retournement de parole orwellienne, car c'est bien l'idéologie au pouvoir, le néolibéralisme qui prône la doxa libertarienne : tous les droits pour les puissants et aucun droit pour les autres ! Interrogeons-nous sérieusement à qui profite la crise ?

A cet effet, on peut voir comment Macron s'assoit depuis le début de son mandat sur la constitution. On assiste également à une désinformation et des mensonges répétés et instrumentalisés dans toutes les strates de décision. Rappelez-vous l'affaire Geneviève Legay, cette militante bousculée qui a terminé à l'hôpital : tout le monde a menti, du simple gendarme jusqu'au ministre en passant pas le préfet sans que cela n'entraîne la moindre sanction! Bienvenue en macronie !

Cela dessine les contours de leur monde divisé entre les premiers de cordée et les autres. Un monde dans lequel les sénateurs, les députés, les policiers n'ont pas d'obligation vaccinale tandis qu'on traque le salarié de base qui va être licencié.  Un monde dans lequel toute parole dissidente est qualifiée de complotiste et dans laquelle chaque parole est discréditée avec la logique néolibérale de la novlangue : INTERDIRE DE DECRIRE LE REEL.

Face à l'instauration du pass sanitaire, on peut clairement dire qu'il s'agit non de faire la guerre au virus, mais bien à la population. Ce pass destiné à durer (car il ne s'arrêtera pas à la fin de la pandémie, cela a été voté ainsi) instaure un passeport intérieur, un contrôle permanent. C'est une mise au pas, un outil de docilité massive aux caprices des libertariens. Les arguments avancés laissent rêveur :

- 1° une montée inquiétante des contaminés .... on oublie de dire qu'il n'y a quasi aucun mort et surtout que l'on continue de supprimer massivement des lit d'hôpitaux et qu'on interdit certains médicaments efficaces.

- 2° Les chiffre avancés par la presse aux ordres : 160 000 manifestants. Ces personnes sont présentées comme une infime minorité qui prend le pays en otage (tiens, cela ressemble aux arguments anti GJ )alors qu'il y avait en fait 1,5 million de manifestants, surtout des femmes et des enfants dans un très grand calme. La majorité sont des primo manifestants souvent apolitiques.

- 3° Les images choisies sur les chaînes d'info en continu se concentrent sur les fachos et quelques violences, des comportements  ultra marginaux, mais lorsqu'on veut discréditer, tout est bon et surtout plus c'est gros, mieux ça marche !

- 4°  La liberté de se faire vacciner est défendue par tout un panel de lois qui découlent du code de Nuremberg. On ne dit jamais que les vaccins ne sont pas homologués, donc il ne peut y avoir d'obligation. C'est pourquoi Macron a utilisé ce stratagème du pass, faisant reposer la responsabilité sur les gens au lieu de l'endosser, tout en fracturant le pays et en instaurant de facto une surveillance généralisée des gens entre eux. Il est vrai que le courage n'est pas une de ses qualités.  

- 5° L'insistance sur le sanitaire, passe sous silence les véritables de raison de cette mise au pas sociale : future austérité, loi sur le chômage, loi sur la retraite, flexibilité de l'emploi et tri social sur fond de méfiance, délation, mise au banc d'une partie de la population. Il faut empêcher à tout prix une fronde sociale et assurer la division pour les prochaines élections !

- 6° Chacun est invité désormais à surveiller et dénoncer les autres.... le début d'une surveillance de masse à laquelle chacun participe, une sorte de RDA sans les avantages sociaux semble donc se dessiner.

-7° Les résultats ne se sont pas fait attendre : en Rhône Alpes, on a déclaré commencer une expérimentation de reconnaissance faciale dans les TER. Estrosi a tenté d'imposer puis a retiré une obligation de pass pour les tout petits... La droite dure, véritable alliée de Macron se lâche : la surveillance de masse doit se généraliser !

Le sénat a cependant envoyé un message fort à Macron en supprimant la vaccination obligatoire pour les enfants. Il a compris, contrairement au Monarc, que c'était un point crucial de tension ! Nul doute que notre tyran décomplexé trouvera un moyen de rétablir cela, dès aujourd'hui tant son orgueil lui fait perdre le bon sens politique (en a-t-il jamais eu ? ).

Ce 24 juillet 2021 a constitué une journée supplémentaire de renonciation honteuse pour la presse, encore une occasion manquée de dénoncer la dictature en marche !

Tandis que toutes les polémiques sont utilisées pour dénigrer un mouvement de fond contre l'instauration d'un ostracisme général violent (" une vie de merde" promise et assumée pour des millions de français), le silence est total pour expliquer les raisons objectives de ce sursaut populaire pacifique et bon enfant.

Le pays s'enfonce dans la dictature avec la bénédiction des puissants et des médias, mais puisque Macron dit que ce n'est pas une dictature, on peut lui faire confiance, d'autant qu'il ne ment jamais. Il pense que nous avons oublié que 3 mois plus tôt, le 29 avril il affirmait que le pass "ne saurait être obligatoire pour accéder aux lieux de la vie de tous les jours comme les restaurants, théâtres & cinémas". "Il ne sera jamais un droit d’accès qui différencie les Français"...

Cette insistance depuis 4 ans à nier le réel, à interdire toute expression autre que sa pensée, son projet, décidés seul en toute opacité font bouillir de colère une population jamais consultée, toujours stigmatisée et à qui on ose reprocher son manque d'implication civique !

Il est vrai que la démocratie selon Macron consiste à faire revoter les lois quand le résultat ne va pas dans le bon sens tout en stigmatisant les méchants abstentionnistes, des procédés dignes d'une république bananière !

Mais la colère saine et juste qui s'exprime dans les manifestations calmes depuis une semaine, tout comme celle des GJ il y a deux ans, est celle d'un peuple bafoué, méprisé, insulté, maltraité ....

A nier sans cesse le réel, le réveil risque d'être extrêmement violent ! Désormais, la peur a changé de camp !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.