le moine copiste
Abonné·e de Mediapart

117 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2021

COVID la grande manipulation

3.000 personnels de santé non-vaccinés ont été suspendus depuis la mise en place de l'obligation vaccinale. Il y a un peu plus d'un an les mêmes étaient obligés d'aller travailler y compris en étant malades du covid. Le pass prolongé permet toutes les outrances. Retour sur une grande manipulation politico-sanitaire.

le moine copiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

" 3.000 personnels de santé non-vaccinés contre le Covid-19 ont été suspendus depuis la mise en place de l'obligation vaccinale pour les personnels soignants. Mais il leur est possible de travailler chez un autre employeur le temps de leur suspension, sous réserve du respect d'une éventuelle obligation de loyauté ou d'une clause de non-concurrence. " (https://www.europe1.fr/sante/obligation-vaccinale-les-soignants-suspendus-peuvent-ils-travailler-dans-un-autre-secteur-4067405)

Donc une personne non vaccinée peut travailler mais en même temps ne peut pas ! Il y a un peu plus d'un an les mêmes personnels soignants pouvaient aller travailler y compris en étant malades du covid et quelques mois plus tôt encore sans masque ni protection ....

Décidément le en même temps c'est surtout le grand n'importe quoi.

On parle de science, de rationalité, de logique ... je vois surtout du dogmatisme, de l'irrationnalité, de la culpabilisation, de l'intimidation pour imposer des décisions sans aucune logique et finir par imposer l'unique solution : l'obligation vaccinale déguisée afin surtout de n'en assumer aucune conséquence.

L'imposition d'un pass a permis en quelques mois de soumettre une grande partie de la population contre son gré, par la peur ou la résignation. Sa prolongation jusqu'en juillet 2022 (alors qu'il devait rester temporaire et de courte durée) augure sans doute de sa pérennisation dans le temps comme tous les autres outils de contrôle mis en place depuis 20 ans au nom de la liberté.

Le but de tout ceci ? certainement pas la lutte contre le covid mais une superbe combinaison de circonstances qui permettent au gouvernement en même temps :

- d'habituer les gens à être constamment surveillés.

- de créer et d'entretenir la peur et donc contrôler la population.

- de détruire les solidarités, favoriser la délation et isoler les gens.

- d'empêcher les gens de réagir par la raison en apportant de fausses réponses à de fausses polémiques. De favoriser par la propagande répétée ad nauseam des réponses pavloviennes et d'empêcher ainsi toute pensée critique.

- de criminaliser les analyses différentes de la doctrine officielle en hystérisant le débat autour d'une théorie du complot, de la propagation de fake news tout en censurant les réseaux sociaux, derniers espaces de liberté face à une  presse aux ordres.

- de permettre d'écouler les vaccins et honorer ainsi les contrats juteux passés avec les labos tout en passant sous silence les énormes conflits d'intérêt des médecins invités dans les medias.

- de trier les gens entre les dociles et les rétifs. Récompenser les uns et punir les autres en les montrant du doigt, en les privant de vie sociale voire en les privant de salaire et de moyen de vivre.

- De terminer de désorganiser et de détruire l'hôpital en cassant les solidarités et en mettant à la porte ceux qui font passer les valeurs de leur métier avant la doctrine de l'argent.

- de cacher le fait que toutes les décisions violentes et anticonstitutionnelles sont prises par un conseil de guerre secret hors de tout cadre démocratique

- Faire oublier que les prochaines élections se feront sous état d'urgence, c'est à dire hors du cadre démocratique.

Tout ceci relève d'un cynisme qui s'ajoute à l'autoritarisme de Macron, sa haine de tout débat, sauf de façade, et aboutit à une répression violente.

La communication délirante autour du covid puis de la vaccination relève d'une machine à créer la peur et à décérébrer digne d'une secte. Des messages fallacieux sont martelés des dizaines de fois par jour avec des arguments creux et irrationnels : "on peut discuter de tout sauf des chiffres".

Dans ce climat de moraline hystérique dans lequel les pro pass en arrivent à souhaiter la mort des non vaccinés, l'outrance des propos de Zemmour dérive le débat vers le but souhaité : l'élection présidentielle. Il s'agit de faire oublier la crise covid, de rejeter dans l'oubli ceux qui ont choisi de refuser le vaccin en les laissant à leur mort sociale (le rejet des soignants est particulièrement putassier) et grâce à ce repoussoir caricatural permettre la réélection de Macron, le président pourtant le plus haï de la Ve République.

Oui, la manipulation fonctionne .... pour le moment. Mais tic, tac, tic tac ......  l'horloge de l'Histoire avance.

Dans cette guerre contre la population menée par la religion de l'argent, les gens qui luttent se heurtent directement à la machine de répression de l'Etat.

Avec un conseil de guerre placé sous secret défense, on n'est pas près d'avoir un jour la vérité sur le vaccin, les vrais chiffres des morts, des malades, des profits, des vieux euthanasiés, des victimes du vaccin, le tout béni par un discours autour de la citoyenneté et de la science.

Pourtant lorsqu'on interdit de poser des questions sur un sujet, et qu'on interdit de parler de certains faits, on ne se situe plus dans la science mais dans la propagande, le dogme, la religion ou la secte.

Pour Macron comme pour Machiavel la fin justifie les moyens.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi