le moine copiste
Abonné·e de Mediapart

115 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 oct. 2021

Surtout ne pas se poser de questions.

C'est à ce genre de comportement que l'on reconnaît l'intolérance des sectes : certaines questions ne peuvent être posées car elles remettent radicalement en cause le dogme. Excommuniés, les soignants non vaccinés peuvent crever dans le mépris médiatique : ils l'ont bien mérité !

le moine copiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsqu'il s'agit de croyance il ne faut pas poser de questions. Imaginer interroger le pourquoi de la Sainte Trinité, des interdits alimentaires, la pertinence des pèlerinages ou le célibat des prêtres, c'est remettre en question aussitôt, la nature de la foi et le dogme des religions : c'est toucher à un tabou absolu.

Il est de même sur la gestion du covid.

Pourquoi certains soignants qui pourtant ont été en première ligne préfèreraient perdre leur salaire plutôt que de se vacciner ? C'est une question qu'il ne faut surtout pas se poser.

En effet, il est plus facile de se dire que ces personnes sont de dangereux complotistes d'extrême-droite, des anti- science, des égoïstes libertariens, de dangereux assassins et autre anathèmes définitifs.

Tout plutôt que de se poser des questions !

Pourtant, c'est à ce genre de comportement pavlovien adopté par nos élites et les médias que l'on reconnaît l'intolérance des sectes : certaines questions NE PEUVENT PAS EXISTER car elles remettent radicalement en cause LE DOGME :

- La foi dans les vaccins expérimentaux qui sont en même temps une thérapie archi connue utilisée depuis 20 ans ne peut pas être remise en cause.

- Le fait que ce vaccin ait été élaboré en quelques mois à partir d'une maladie soi-disant inconnue ne questionne pas.

- Le fait d'avoir renvoyé les gens chez eux avec du Doliprane au lieu de les soigner car aucun autre traitement n'existe, ne peut être pointé du doigt.

- La foi dans les chiffres est indiscutable car c'est la vérité. "On peut discuter de tout sauf des chiffres !"

- Le fait que toutes les décisions soient prises sous secret défense et que les contrats signés avec les labos soient gardés secrets pendant 10 ans est parfaitement normal.

- Le fait que toute personne qui pense différemment est systématiquement censurée ou traitée de complotiste, stigmatisée et éliminée du paysage médiatique est une avancée pour le débat démocratique.

On se rend compte que tout cela fonctionne comme la pire des sectes : l'excommunication et la mort (comment on vit sans argent dans notre société ?).

Et pourtant, ce n'est pas le fait d'un gouvernement de talibans ... quoique ! mais chut ! Il ne faut pas poser les questions qui dérangent, on risquerait de trouver des réponses non conformes au catéchisme néolibéral !

En attendant les soignants non vaccinés (sans doute par masochisme et tendance suicidaire) peuvent crever dans le silence médiatique : ils n'ont que ce qu'ils méritent !

Une société qui se dit progressiste et démocrate devrait rougir de honte : mais la religion de l'argent n'a pas de scrupule ni d'état d'âme, d'autant que les milliards ruissellent pour les très riches sur le dressage, la décérébration et la mise au pas des gueux !

Vive l'Argent Facile, Macron est un de ses prophètes !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo