Le vaccin protège

Le vaccin protège et il faudrait le généraliser car le non vacciné, par son égoïsme, peut contaminer les autres. Etrange paradoxe ... le vaccin protège, ou ne protège pas ?

Lorsque l'on profite de la peur pour imposer une privation de liberté et surtout dresser les citoyens les uns contre les autres dans un réflexe de contrôle permanent, on ne fait pas la guerre au virus, mais à la population et on installe un contrôle généralisé permanent au nom de la liberté.

La propagande, l’instrumentalisation des chiffres de la maladie, l'absence de protocole de soin, la mauvaise foi, la non-obligation vaccinale pour certaines catégories de population (députés, sénateurs, policiers) qui elles, ne sont pas stigmatisées, tout devrait pousser à réfléchir à ce qui n'est qu'une manœuvre politicienne de plus, accompagnée de la prolongation de l'état d'urgence.

Pour résumer : le vaccin ne protège pas de la contamination, le vaccin ne protège pas de la transmission, le vaccin ne protège pas de la mort, par contre le vaccin protège d'une réflexion saine : les conflits d'intérêt, les chiffres réels des morts et des malades, l'interdiction des soins, les arguments fallacieux et culpabilisateurs, la nature autoritaire du pass, sa mise en place pour une durée indéterminée mettant en place  un contrôle intrusif de chacun à chaque moment de la journée.

Tandis que Médiapart s'émeut de la surveillance de masse de Pegasus, la surveillance de masse du citoyen français est approuvée par le silence dans la mise en place du PASS sanitaire, pour notre bien.

A quand le vaccin contre la bêtise ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.