Le Ravi
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 avr. 2021

Le Ravi, non essentiel?

C’est l’histoire d’un journal, un journal pas pareil, frappé par le Covid, et qui ne veut pas que son numéro de mai soit le dernier. Mais il n’y arrivera pas sans vous…

Le Ravi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour raconter une bonne blague, il ne faut jamais dire que la blague va être bonne. 

le Ravi va donc vous en raconter une mauvaise.  

Comme ça, à la fin, on est sûr d’en rire. 

 Vous êtes prêts ?

 S’il ne trouve pas au moins 500 nouveaux abonnés, le Ravi va devoir... déposer le bilan en mai.

 Hahahaha ! C’te blague !! Vous nous l’avez déjà faite l’an dernier, c’est un peu attendu... Mais toujours aussi drôle !

 En bon journal satirique, le Ravi fait hélas toujours rire en s’appuyant sur la réalité. 

 Et notre réalité c’est celle-là : les conséquences du Covid coupent une des deux jambes de notre budget au risque de nous faire tomber. Avec les confinements et re-confinements successifs, nos actions d’éducation aux médias auprès des jeunes mais aussi nos projets d’éducation populaire auprès des adultes sont presque à l’arrêt.

 Or cette mission d’éducation au média et de journalisme participatif représente la moitié de nos recettes. 

 Le lancement de notre site internet leravi.org nous a permis de toucher un nouveau public et, grâce au succès de notre appel, début 2020, nous avons gagné 500 nouveaux lecteurs en approchant les 1400 abonnés. Mais nos recettes liées aux ventes du journal n’augmentent pas assez vite pour compenser les pertes sur nos autres activités...

 Aujourd’hui, seulement 10 % des nombreux fans du Ravi sur les réseaux sociaux sont abonnés au journal. Vous tenez l’avenir du Ravi entre vos mains. Abonnez-vous, abonnez les autres, parlez du Ravi autour de vous et choisissez votre objectif  !

 500 abonnés en plus : le Ravi peut tenir jusqu’en décembre. Si l’épidémie de Covid passe sous contrôle, nos actions d’éducation aux médias et nos projets d’éducation populaire peuvent reprendre. Mais si leur redémarrage ne se fait pas à plein régime, le journal devra à nouveau appeler à l’aide.

1 000 abonnés en plus : le Ravi peut tenir jusqu’au printemps 2022. Cela lui permet poursuivre sa réinvention éditoriale, tant dans sa version papier que sur le web, et d’aller chercher de nouveaux lecteurs.

5 000 abonnés en plus : le Ravi est à l’équilibre jusqu’en 2023, et peut se projeter vers l’infini et au-delà.

En ces temps confinés, cochez la case de votre choix pour affirmer que la satire est essentielle ! Abonnez-vous !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission, reportage aux portes de l’Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/11)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl