Un autre de Gaulle

Billet rédigé par Lionel ROUVE, d'abord mis en ligne le 16 avril 2011, sur Le Soupirail, rubrique "un peu d'air frais (ou pas...)"  Louis Althusser ne s’y était pas trompé : « Le père de Gaulle, tout de même, il faut y aller voir d’un peu près. » C’est précisément ce qu’a fait Laurent Lasne, dans un ouvrage de très bonne facture (1).

Billet rédigé par Lionel ROUVE, d'abord mis en ligne le 16 avril 2011, sur Le Soupirail, rubrique "un peu d'air frais (ou pas...)"

 

 

Louis Althusser ne s’y était pas trompé : « Le père de Gaulle, tout de même, il faut y aller voir d’un peu près. » C’est précisément ce qu’a fait Laurent Lasne, dans un ouvrage de très bonne facture (1).

Dès les premières pages de son ouvrage, Laurent Lasne n’y va pas par quatre chemins : la participation, « c'est-à-dire la transformation des structures sociales par l’association directe des intéressés aux décisions », constitua un thème essentiel de la philosophie politique de Charles de Gaulle (2). Néanmoins, « pour tenter d’arrimer le général à droite et afin qu’il soit présentable sur la photo de famille, les petits chambellans gaullistes gommèrent ses ‘’incongruités’’ sur la participation avant de l’installer dans la statue de pierre de l’homme du 18 juin. » Cette crapulerie des « héritiers » du gaullisme et autres bateleurs d’estrade sans épaisseur, Laurent Lasne la met bien à jour. On ne lui saura d’ailleurs jamais assez gré d’avoir rendu à de Gaulle ce qui lui appartient : une constante préoccupation pour le social ; un mépris pour ces forces d’argent qui, se liguant contre lui en 1969, finirent par avoir sa peau.

 

LIONEL ROUVE

* Pour que l'auteur puisse y répondre, les commentaires ne sont ouverts que sur le blog Le Soupirail

(2) V. les pp 5 à 33 du n°160 d’Espoir, la revue de la Fondation Charles de Gaulle, printemps 2010, 8 €

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.