Le Vagalâme
Conteur de Sciences (et chercheur, parfois)
Abonné·e de Mediapart

25 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 sept. 2022

Le Vagalâme
Conteur de Sciences (et chercheur, parfois)
Abonné·e de Mediapart

Eux aussi disparaissent… A la recherche des arbres perdus

Après un été de sécheresse et d’incendies, les forêts européennes ont durement souffert au cours des mois passés. Si d’un côté, il était possible de se déplacer à travers des décors lunaires calcinés, pour les forêts épargnées, il y avait comme une odeur d’automne avant l’heure... Si la disparition des espèces animales sur Terre est plutôt bien connue, qu’en est-il de nos amis végétaux ?

Le Vagalâme
Conteur de Sciences (et chercheur, parfois)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Auprès de mon arbre, je vivais heureux…

Un été particulièrement exceptionnel (ou catastrophique ?) qu’est celui que nous traversons en cette année 2022 ! Sécheresse, canicule, dôme de chaleur et autres incendies… A tel point que selon certains spécialistes, la forêt Française est en « situation de crise sanitaire » ! Un vocabulaire qui nous parle à tous à présent depuis quelques années déjà…

L’importance centrale des forêts, des arbres, n’est plus à démontrer pour grand monde… Les arbres sont des producteurs d’oxygène à partir de la photosynthèse, sans quoi la vie aérobie (basée sur la respiration) ne serait pas possible. Les arbres sont des puits de carbone, permettant le stockage du CO2 atmosphérique par l’intermédiaire de leur croissance1. Les arbres sont capables de favoriser les épisodes pluvieux2. Les arbres qu’ils soient isolés ou groupés constituent des réservoirs de biodiversité3,4. Les arbres, grâce à leurs racines, permettent de lutter contre l’érosion des sols5, d’améliorer la qualité de l’eau6. Les arbres participent à la régulation de la température7 (rôle qui pourrait être de plus en plus utile à l’avenir, qui sait…). Les arbres contribuent à notre bien-être psychologique8. Les arbres sont un atout économique via leur contribution au tourisme9. Les arbres constituent une matière première d’importance économique majeure10. Les arbres sont bien entendu une source de nourriture pour Homo sapiens11. Les arbres… Ok, je vais arrêter cette énumération déjà trop longue ici, je crois que l’on a bien compris la chose suivante : les arbres sont importants ! Toutes ces « utilités » que l’on retrouve pour les arbres sont appelées « services écosystémiques »… Une notion (à peine anthropocentrée !) née entre les années 1970 et 199012,13, visant à estimer/évaluer, et notamment économiquement, les services fournis par les écosystèmes. Mais là n’est pas le sujet…

Magnifique décors du parc national de Skuleskogen (Suède). © Le Vagalâme

J’aurai jamais dû m’éloigner de mon arbre…

Une des questions centrales en écologie est la suivante : combien existe-t-il d’espèce sur Terre ? Sans même rentrer dans le débat : « qu’est-ce qu’une espèce ? » (une question loin d’être simple à répondre)… Au milieu des années 1990, les plus optimistes pensaient que ce dénombrement serait probablement achevé en 204414. Nous voilà à la moitié du chemin, et nous sommes encore loin du but… Et ce, y compris pour les arbres, qui comptent parmi les organismes les plus grands (donc facile à voir) et les plus répandus de la planète15,16 !

Que sait-on du nombre d’espèce d’arbres sur notre planète ? Une étude publiée en début de cette année 2022 dans le prestigieux journal Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS pour les intimes), en se basant sur des données collectées aux 4 coins du globe, a estimé ce nombre à environ 73 300 (73 274 pour être tout à fait exact)17. Une estimation statistique effectuée à partir d’une gigantesque base de données d’arbres : celle-ci répertoriait 29 250 espèces, pour un total de 32 345 835 arbres dénombrés !

Cette image représente l’ensemble des arbres (plus de 38 millions !) et espèces (29 250 !) qui ont été utilisés pour estimer la diversité globale des arbres sur Terre. © Cazzolla Gatti et al. (2022)

Plus de 32 millions d’arbres individuels pris en compte ici… Le résultat de la somme d’un travail global monstrueux, échafaudé depuis des années grâces aux inventaires et études de foresterie effectués à travers le monde…

Où se situe toute cette diversité ? Car si elle se répartit sur l’ensemble du globe, elle ne l’est pas de façon aléatoire et homogène… Sans la moindre surprise, c’est bien entre les Tropiques que l’on retrouve le plus grand nombre d’espèces différentes : 84.8% (62 128 parmi les 73 274 estimées) des espèces sont retrouvées au niveau des forêts tropicales et subtropicales humides.

Cette carte représente la richesse spécifique (donc le nombre d’espèces) estimée pour chaque pays à travers le monde… Plus la couleur est chaude, plus le nombre d’espèces est important ! © Cazzolla Gatti et al. (2022)

Que nous reste-t-il encore à découvrir ? Car si on a estimé ce nombre d’espèces, c’est qu’il nous en reste encore à découvrir… Près de 9 200 selon cette même étude (9 186 pour être là aussi exact) ! Il resterait donc 12.5% des espèces d’arbre à découvrir, des espèces inconnues principalement situées en Amérique du Sud (42.7% des espèces à découvrir). Vous savez, là où il y a, au hasard, ce drôle d’endroit que l’on appelle l’Amazonie…

Auprès de mon arbre, qui n’existe plus…

Un autre fait bien connu, c’est que sur les nombreuses espèces qu’il reste encore à découvrir, nombre d’entre-elles auront disparu avant même qu’on ait pu les découvrir. Car si les ours blancs sont en danger sur leur banquise, il en va même pour les arbres ! Un rapport publié en 2021 (avant l’étude présentée plus haut) par l’ONG Fauna & Flora International estime que sur 58 497 espèces d’arbre, 17 510 sont menacées d’extinction… C’est-à-dire 30% des espèces à l’échelle mondiale (on parle également de 40% des espèces à l’échelle européenne selon un rapport de 2020) !

Selon un rapport de 2021, près d’une espèce d’arbre sur 3 est menacée d’extinction sur Terre… D’après les auteurs, les données sont insuffisantes pour établir le statut de vulnérabilité de 13,2% des espèces. Cependant, celles-ci sont souvent uniquement connues à partir de petites zones géographiques, relativement méconnues… Et sont donc probablement également en danger ! © Nature

Un exemple spectaculaire est celui de Karomia gigas, une espèce appartenant à la famille des Lamiaceae (parmi lesquelles on retrouve le thym ou la lavande). Tandis que l’on pensait qu’elle avait disparu au cours des années 1980, 6 individus ont été découverts en Tanzanie en 201118 ! 6 individus… Difficile de mettre en place un quelconque plan de conservation dans pareille situation.

Car les obstacles sont nombreux ! Pour certaines espèces, les organismes pollinisateurs ne sont tout simplement plus là, et donc il leur est impossible de croître en nombre… Pour les espèces dioïques (c’est-à-dire que les fleurs mâles et femelles sont portées par des plantes différentes, comme le Ginkgo biloba, autrement appelé « arbre aux 40 écus »), parfois seul un des 2 sexes subsiste ! Il est donc impossible pour ces espèces de se reproduire. Les stratégies de sauvegarde in situ (protéger l’arbre dans son environnement en protégeant l’environnement !) sont également mises à mal à cause du changement climatique, qui garantit un changement profond des écosystèmes. D’ailleurs, près de 2 espèces menacées sur 3 sont présentes au sein de zones qui sont d’ores et déjà protégées18 ! Des stratégies ex situ (collecte de graines, ensemencement dans de nouvelles zones, etc.) peuvent aussi être tentées, même s’il faut encore savoir où planter les graines collectées, lorsque celles-ci ne sont pas en état de dormance (un état de protection de la graine, spécifique à l’espèce, et qui peut être levé en chauffant la graine, en la refroidissant ou parfois même en l’abîmant)…

 J’aurai jamais dû le quitter des yeux !

Comme vous l’avez probablement compris, ce n'est pas seulement le nombre d'arbres qui compte, mais aussi leur diversité ! Une seule espèce peut être le fondement de tout un réseau écologique, et sa disparition peut provoquer une cascade d'extinctions pouvant conduire à l'effondrement de l'écosystème. La perte de régions forestières qui contiennent ces espèces, parfois rares, aura des impacts directs et potentiellement durables sur la diversité globale des espèces et leurs services écosystémiques19,20.

Un constat évident : nous manquons toujours de connaissances sur les espèces d’arbres au sein de nos forêts… Combler ces lacunes, c’est non seulement nous fournir des informations fondamentales sur la diversité de la vie sur notre planète, mais aussi permettre sa nécessaire protection et préservation.

Toutes les espèces comptent.

Références bibliographiques :

  1. Gibbs, H. K., Brown, S., Niles, J. O. & Foley, J. A. Monitoring and estimating tropical forest carbon stocks: making REDD a reality. Environ. Res. Lett. 2, 045023 (2007).
  2. Wright, J. S. et al. Rainforest-initiated wet season onset over the southern Amazon. Proceedings of the National Academy of Sciences 114, 8481–8486 (2017).
  3. Bütler, R., Lachat, T., Larrieu, L. & Paillet, Y. 2.1 Habitat trees: key elements for forest biodiversity. Integrative approaches as an opportunity for the conservation of forest biodiversity 84, (2013).
  4. Prevedello, J. A., Almeida‐Gomes, M. & Lindenmayer, D. B. The importance of scattered trees for biodiversity conservation: A global meta‐analysis. Journal of Applied Ecology 55, 205–214 (2018).
  5. Gyssels, G., Poesen, J., Bochet, E. & Li, Y. Impact of plant roots on the resistance of soils to erosion by water: a review. Progress in Physical Geography: Earth and Environment 29, 189–217 (2005).
  6. Pavlidis, G. & Tsihrintzis, V. A. Environmental Benefits and Control of Pollution to Surface Water and Groundwater by Agroforestry Systems: a Review. Water Resour Manage 32, 1–29 (2018).
  7. Doick, K. & Hutchings, T. Air temperature regulation by urban trees and green infrastructure. (Forestry Commission, 2013).
  8. Velarde, M. D., Fry, G. & Tveit, M. Health effects of viewing landscapes – Landscape types in environmental psychology. Urban Forestry & Urban Greening 6, 199–212 (2007).
  9. Hall, C. M., James, M. & Baird, T. Forests and trees as charismatic mega-flora: implications for heritage tourism and conservation. Journal of heritage tourism 6, 309–323 (2011).
  10. Agrawal, A. et al. Economic contributions of forests. Background paper 1, 1–127 (2013).
  11. Nair, K. P. The agronomy and economy of important tree crops of the developing world. (2010).
  12. Westman, W. E. How Much Are Nature’s Services Worth? Science 197, 960–964 (1977).
  13. Heywood, V. H. & Watson, R. T. Global biodiversity assessment. vol. 1140 (Cambridge university press Cambridge, 1995).
  14. May, R. M. & Hawksworth, D. L. Conceptual aspects of the quantification of the extent of biological diversity. Philosophical Transactions of the Royal Society of London. Series B: Biological Sciences 345, 13–20 (1994).
  15. Gaston, K. J. Global patterns in biodiversity. Nature 405, 220–227 (2000).
  16. Cazzolla Gatti, R. A century of biodiversity: Some open questions and some answers. Biodiversity 18, 175–185 (2017).
  17. Cazzolla Gatti, R. et al. The number of tree species on Earth. Proceedings of the National Academy of Sciences 119, e2115329119 (2022).
  18. Irwin, A. The loneliest trees: can science save these threatened species from extinction? Nature 609, 24–27 (2022).
  19. Leitão, R. P. et al. Rare species contribute disproportionately to the functional structure of species assemblages. Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences 283, 20160084 (2016).
  20. Dee, L. E. et al. When do ecosystem services depend on rare species? Trends in Ecology & Evolution 34, 746–758 (2019).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre