Léane Alestra
Podcasteuse et blogeuse, créatrice de Mécréantes
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 sept. 2021

En France, la police demande aux victimes de viol si elles ont joui

En France, les femmes meurent brûlées vives, asphyxiées dans leur voiture ou sont écrasées devant leurs enfants, alors même qu’elles avaient supplié la police de leur venir en aide. En France, seulement 1 % des violeurs sont condamnés et une femme sur cinq victimes de féminicides avait déjà porté plainte. Un site visant à recueillir des témoignages de victimes de violences sexistes et sexuelles, ayant porté plainte ou essayé de porter plainte, vient d'être créé.

Léane Alestra
Podcasteuse et blogeuse, créatrice de Mécréantes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis des années, les militantes féministes françaises dénoncent la mauvaise prise en charge des victimes de violences sexistes et sexuelles par les forces de l’ordre : #prendsmaplainte #balancetapolice #payetaplainte #metoo.

Aucune mesure réelle n’a été prise. Le 28 septembre 2021, la militante féministe Anna Toumazoff a relayé sur les réseaux sociaux des témoignages accablant le Commissariat Central de Montpellier. 

De nombreuses victimes de violence ont témoigné et les tentatives de censure n’ont pas tardé. Le ministère de l’Intérieur, via la préfecture de l’Hérault, a menacé Anna Toumazoff de poursuites. Avec d’autres militantes et associations, le collectif #DoublePeine est né pour recueillir d’autres témoignages. Sans grande surprise, nous avons reçu en 24 h plus de mille témoignages de situations qui révèlent une véritable double peine : être victime de violences sexistes et sexuelles, et subir au moment de porter plainte culpabilisation, humiliation, intimidation, redirection vers une main courante et parfois même des avances de certains agents de police.

En France, les femmes meurent brûlées vives, asphyxiées dans leur voiture ou sont écrasées devant leurs enfants, alors même qu’elles avaient supplié la police de leur venir en aide. En France, seulement 1 % des violeurs sont condamnés et une femme sur cinq victimes de féminicides avait déjà porté plainte. 

Le gouvernement avait promis de faire de l’égalité femmes-hommes sa « grande cause du quinquennat » : au-delà des stratégies de communication, cinq ans après, rien n’a changé. En dépit des nombreuses propositions des féministes, les uniques réponses : offrir aux auteurs de violences conjugales des expérimentations de réalité virtuelle, ou des solutions qui faute de moyens financiers ne sont pas mises en œuvre. Si le gouvernement n’a de cesse d’encourager les victimes à porter plainte, l’impunité est partout jusque sur les murs des commissariats où s’affiche parfois le portrait d’un ministre de l’Intérieur ayant lui-même fait l’objet d’accusations de viol. 

La France est le pays des droits de l’homme, mais certainement pas celui des femmes. 

Le collectif #DoublePeine

Le site https://doublepeine.fr, qui vient d'être créé, vise à recueillir des témoignages de victimes de violences sexistes et sexuelles, ayant porté plainte ou essayé de porter plainte auprès de la police.

Nos revendications : 

  • Respecter l’article 15.3 du code de procédure pénale :“Les officiers et agents de police judiciaire sont tenus de recevoir les plaintes déposées par les victimes d'infractions à la loi pénale, y compris lorsque ces plaintes sont déposées dans un service ou une unité de police judiciaire territorialement incompétents.” 
  • Contrôler régulièrement et sanctionner les commissariats qui posent problème. Mise en place d’un système d’inspection (comme c’est le cas dans l’Éducation Nationale)  afin de vérifier la bonne prise en charge des femmes victimes. 
  • Création d’un réseau d'accompagnatrice dans chaque commissariat, pour soutenir les victimes pendant leur dépôt de plainte et tout au long du parcours judiciaire. 
  • 1 milliard d’euros pour lutter efficacement contre les violences sexistes et sexuelles en France : des moyens financiers, humains et matériels.

When they receive rapes victims, French police asks them if they had an orgasm

For years, French feminist activists have denounced the poor care of victims of gender-based and sexual violence by the police: #prendsmaplainte #balancetapolice #payetapolice #metoo. No real action was taken.

On September 28th, 2021, feminist activist Anna Toumazoff relayed testimonies overwhelming the Central Commission of Montpellier on social networks. Many victims of violence have testified the poor treatment they received from the police. The Interior Ministry tried to censor and threatened Anna Toumazoff with prosecution. With other activists and associations, the #DoublePeine collective was born to collect other testimonies.

Unsurprisingly, we have received in 24 hours more than a thousand testimonies revealing the existence a real double penalty (« Double Peine ») : being the victim of gender-based and sexual violence, and suffering, when filing a complaint, guilt, humiliation, intimidation and sometimes, advances from the police itself..

In France, women are burned alive, suffocated in their cars or are crushed in front of their children, even though they have begged the police to help them. In France, only 1% of rapists are convicted, and one in five women victims of feminicides had already filed a complaint.

The government had promised to make gender equality its "great cause of the five-year term": beyond communication strategies, five years later, nothing has changed. Despite the many proposals of feminists, the government was only capable of offering perpetrators of domestic violence virtual reality experiments, or solutions which for lack of financial means are not implemented.

Even though the government pretends to encourage victims to file complaints, you can find portraits of the Minister of the Interior (who has been subjected to rape charges) on the walls, which make you wonder about the impunity of the system.

France is the « country of men rights », but certainly not the country of women’s.

#DoublePeine collective

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie