Eh les gens, que voulez-vous ?

Mourir ou vivre. Polluer ou changer de route. Faire marcher la machine à aliéner ou changer le système. Que voulez-vous les gens ?

L'humanité est puérile. Elle accepte son propre esclavage quitte même à mettre le monde en péril. La machine était arrêté et nous avions l'occasion unique depuis 1968 de demander pourquoi on travaille, quel prix a la vie, comment fait-on pour sauvez la planète, comment fait-on pour en finir avec un système de destruction sociale et écologique.

C'est impossible ? Si c'est possible, c'est juste une question de volonté collective.

Continuer à vivre comme une fourmilière jusqu'à la fin du monde, ou décider de vivre autrement.

Décider nous-même des sacrifices à faire ou laisser à d'autres le soin de nous sacrifier.

Que préférez-vous ?

La vie ou la mort ?

Être exploité ou être autonome ?

Être aliéné ou être émancipé ?

La liberté ou la prison ?

Eh les gens ! Que voulez-vous ?

Êtes-vous tous à ce point enfermés dans le système  que vous êtes prêts à sacrifier l'avenir de vos propres enfants, de vous moquer de celui qui reste sur le trottoir dans un abris en carton ?

Allez-vous travailler toujours plus juste pour sauver un système profondément injuste et destructeur ?

Pourquoi ? Pour sauver votre petit confort égoïste ? Quelles bonnes raisons allez-vous donner à votre reprise du travail dans ce contexte de crise sociale, sanitaire et écologique où le nombre de chômeur va augmenter de façon inédite ?

Les morts du coronavirus vont continuer à augmenter ?

"Je veux sauver ma tête ?" C'est ça le sens de votre "action". ."Je pense à moi d'abord, tant pis pour les autres ?"

C'est ça la société que vous voulez ? Vous faites des gosses pour les tuer ?

Dans ce cas, je pense que vous ne méritez même pas de vivre...

Vous allez faire quoi pour vous donner bonne conscience, donner un petit peu d'argent à la lutte contre le cancer, faire un don au restau du cœur ?

Mais vous savez comme moi que la charité est le contraire de la justice, vous ne le saviez pas ? Sans blagues ?

Continuez à vivre comme des robots, ne prenez aucune décision allant contre la machine à broyer les corps et les esprits, soumettez-vous au grand Capital, continuez à vous bouffer les uns et les autres, ne vous révoltez surtout pas !

Cconstruisons des abris anti-atomiques, et attendons la fin du monde en pratiquant l'anthropophagie ! C'est ça le monde que vous nous promettez en retournant au travail sans conditions ! Merci à vous les moutons !

Nous aurions pu nous opposer à une reprise du travail pour exiger un système plus juste et moins stupide, nous tenions le système à la gorge... Mais au pays des moutons est heureux celui qui collecte la laine...

Travailleurs, travailleuses, vous êtes écœurants !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.